1. Réchauffement climatique

La lutte contre le réchauffement climatique doit prévaloir sur les priorités économiques.

D'accord

"Nous refuserons de signer tout accord commercial avec un pays qui ne respecte pas l'accord de Paris car nous faisons passer nos objectifs environnementaux avant toute autre considération."

"Le réchauffement climatique est le symptôme de notre pression excessive sur l'écosystème et les ressources naturelles. Il est nécessaire d’instaurer la règle verte au niveau européen, c’est-à-dire l’interdiction de prélever davantage à l’écosystème que ce qu’il est capable de supporter. Le respect de cette règle doit être le préalable à toute politique publique ou investissement de l'Union européenne."

"Face à un capitalisme prédateur des ressources naturelles, il est temps de poser des limites et de renverser les priorités. Nous proposons un super traité environnemental européen, qui fasse de l’écologie la norme juridique supérieure et tourne le dos à la logique productiviste des anciens traités. Pour changer les règles du jeu face aux industries polluantes et leurs lobbies, l’environnement doit être prioritaire."

"Notre priorité économique à long terme devrait être la lutte contre le réchauffement climatique puisque il sera destructeur pour les êtres humains et donc pour l'économie. Ne pas lutter contre le réchauffement climatique est un mauvais choix économique . Nous proposons un principe d'exception écologique pour que toute la politique économique de l'UE soit soumise à des critères environnementaux et climatiques."

"La règle d'or budgétaire imposée aux Etats doit être remplacée par une régle d'or sociale et écologique. Nous proposons que la monnaie créée par la BCE soit utilisée par un fonds de développement social et écologique, qui puisse prêter aux Etats à taux nul. "

"Nous ne pouvons plus reculer devant l'urgence climatique. Notre planète est en danger, et c'est en ayant une action coordonnée à l'échelle européenne qu'une politique climatique ambitieuse pourra avoir un impact réel."

"Action extérieure: faire de la lutte contre le réchauffement climatique une des priorités de la diplomatie pacifique ; conditionner l’accès du marché intérieur au respect par les entreprises étrangères des normes environnementales européennes. Action intérieure : investissements massifs (y compris par une dette commune) pour la transition énergétique et le développement du ferroviaire paneuropéen."

"à 200%"

"Les deux sont indissociables et le retour à une production qui utilisera d’autres sources d’énergie et notamment celle fournie par le travail humain ne manquera pas de créer des emplois, ce qui devrait être l’objectif ultime de toute politique économique."

"Oui mais il faut que la transition écologique soit payée par les entreprises qui polluent et non par les citoyens."

"Ce beau principe suppose de changer les traités européens, ce qui est impossible puisque certains pays s'y opposeront. Il faut donc sortir de l'UE."

"A condition que ce ne soit pas vrai pour les conséquences sociales."

"La lutte contre le réchauffement climatique est une priorité absolue au-delà de celles économiques. "

"Oui mais seulement si USA et Chine, les plus gros pollueurs, s'y engagent également : notre seul impact n'est pas suffisant "

"Au delà du réchauffement climatique, il faut inscrire le respect des limites planétaires et reconnaître les droits de la nature dans leur ensemble dans les traités européens. Cela implique de supprimer l’objectif de « croissance » et d’abandonner le PIB comme indice de référence dans ces textes."

"La transition des ressources fossiles aux énergies renouvelables et aux sources d’énergie propre est nécessaire. L'utilisation des sources d'énergie doit être durable et ne doit pas entrer en conflit avec d'autres objectifs environnementaux. Notre objectif est d’établir une structure de fournisseurs d'énergie transparente et décentralisée qui garantisse des options participatives pour tous les citoyens."

"c'est une priorité. "

Indifférent

"Nous devons préserver notre planète pour les générations qui viennent, en réconciliant économie et écologie. Nous proposons l'instauration d'une Barrière écologique : appliquer les standards et la contribution carbone imposés à nos industries aux produits importés, pour éviter une concurrence déloyale et protéger l’environnement. Sans quoi nous saborderons notre économie en continuant à abîmer notre environnement."

"Une telle opposition est absurde et amènera à l'échec. La clé de la transition est justement de déployer des innovations technologiques et des modes de production à la fois plus durables mais aussi plus intenses en emplois qualifiés qui créent de la richesse."

"Les deux doivent aller ensemble. C'est le rôle des pouvoirs publics d'assurer un développement économique luttant contre le réchauffement climatique (isolation, développement d'énergie renouvelable, transports...)."

"Proposition PFE 17 – Nous définirons la mixité des sources d’énergie au niveau européen et la réalisation du marché de l’énergie en finançant des réseaux et un maillage transfrontaliers pour stabiliser ou faire baisser les coûts de l’énergie pour les ménages et les entreprises."

"c’est aux citoyens de fixer les priorités."

"L’un et l’autre ne sont pas incompatibles."

Pas d'accord

"Il ne faut pas opposer l'un et l'autre, on a vu le résultat avec la crise des Gilets Jaunes. Il faut le développement d'un nouveau modèle économique, basé sur le localisme et les circuits courts, qui conjugue à la fois la préservation de l'environnement et le développement des économies locales. "

"Il faut accorder les priorités économiques aux enjeux écologiques, en développant le localisme et le protectionnisme, et en rompant avec le mondialisme libéral et les traités de libre-échange."

"Le réchauffement climatiques ne dépend pas seulement de l'activité humaine comme on voudrait le faire croire pour faire peur. L'activité humaine est dominée par les multinationales mondiales, ce n'est pas pour rien que le réchauffement s'est accéléré. "

"Le réchauffement climatique est une réalité complexe, qui n'a pas que des effets négatifs. C'est surtout la pollution qu'il faut réduire très fortement et la diversité biologique qu'il faut protéger à tout prix."

2. Reconduction des demandeurs d'asile

Les demandeurs d'asile qui tentent de traverser la Méditerranée doivent être reconduits dans leur pays d'origine

D'accord

"Le droit d'asile est aujourd'hui détourné en filière d'immigration massive. Cela nuit aux véritables réfugiés. Les demandes d'asile doivent être traitées dans les pays d'origine ou les pays voisins avant toute arrivée sur le sol européen, c'est une réforme indispensable au maintient de cette protection légitime des individus en danger. "

"Les drames en Méditerranée cesseront lorsque l’Europe mettra fin à son impuissance en matière migratoire. Les demandes d’asile doivent être effectuées dans des pays tiers sûrs en-dehors des frontières de l’UE, sur le modèle de ce qui se fait en Australie par exemple."

"Seule la fermeté peut détourner les immigrés d'entreprendre une traversée si dangereuse. Le laxisme donne un faux espoir qui est meurtrier. Au contraire, la fermeté de l'Australie contre l'immigration a dissuadé les passeurs, ce qui a permis de sauver les innocents qui ont cessé de vouloir faire la traversée."

"l'UE doit réfléchir et œuvrer à résoudre les causes de l'immigration. (aides et assistances aux pays défavorisés)."

Pas d'informations disponibles

"Les clandestins doivent être systématiquement reconduits dans leur pays d'origine. Il faut rétablir immédiatement nos frontières et mettre à fin à tous les dispositifs dont bénéficient les immigrés en attente de régularisation."

"Le seul moyen efficace d'empêcher les gens de mourir en tentant la traversée, c'est de les faire renoncer à tenter la traversée en rendant le risque totalement inutile. "

"Préférable d'allouer les budgets afférants à l'accueil des immigrés pour développer des infrastructures dans leur pays d'origine."

"La maîtrise des flux migratoires n'est possible que si les dossiers des demandeurs d'asile sont étudiés depuis les consulats. Une personne qui est en France ne devrait pas pouvoir postuler et devrait quitter le territoire national pour le faire. "

Indifférent

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

Pas d'accord

"Si des migrants en détresse sont sauvés en mer par nos gardes-frontières, ils seront, dans le respect des conventions internationales, conduits dans le port le plus proche. En tant que pays des droits de l'homme, nous ne dérogerons jamais de nos devoirs. Cependant, si leur demande d’asile ou de titre de séjour est refusée, ils seront renvoyés dans leur pays d’origine. "

"Au contraire, il faut garantir les conditions d’un asile digne. Éventuellement, on pourra construire un programme pour l’aide au retour des réfugiés qui le souhaitent lorsque la situation de leur pays d’origine le permet. Il faut donc lutter contre les causes de l’exil, plutôt que contre les demandeurs d’asile."

"Les politiques répressives de retour forcé vers les pays d'origine sont coûteuses et inefficaces. Nous proposons la mise en place par l'UE de corridors humanitaires, sûrs et légaux, pour garantir des migrations décentes et éviter les naufrages. L'UE doit créer un titre de séjour « résident extra-communautaire » pour permettre la libre circulation et libre installation des étrangers en Europe."

"Ceux qui risquent leur vie pour traverser la méditerranée doivent avant tout être sauvés de la noyade: nous relancerons un plan de sauvetage type Mare Nostrum, piloté au niveau européen. Ensuite, les demandeurs d'asile qui ont arrivés en Europe doivent avoir accès à une procédure d'asile respectueuse de leurs droits. Le non-refoulement est un principe essentiel du droit international. "

"Il faut accorder des visas humanitaires aux réfugiés afin d'ouvrir des voies légales et sûres de migration."

"A traiter au cas par cas : la DUDH de 1948 dit que tout être humain a droit à la vie. S'ils risquent la mort dans leur pays d'origine, c'est forcément non."

"Les demandes d'asile doivent toutes être étudiées et ce dans des délais les plus brefs possibles. L'Union européenne est la terre des droits de l'Homme et doit le rester. "

"S'ils souhaitent demander l'asile, ils seront reconduits dans les "hotspots" créés auprès des ambassades de l'Union (Etats membres) ou de la République européenne dans le respect des critères du UNHCR. La protection de ces demandeurs d'asile sera assurée par les autorités européennes."

"La situation doit être examinée au cas par cas en fonction de la situation qui est celle du migrant dans son pays d’origine. Il faut à la fois permettre à ceux qui le souhaiteraient de pouvoir continuer à vivre dans leur pays tout en accueillant ceux qui s’y trouvent en réelle insécurité."

Pas d'informations disponibles

"Il faut supprimer le système Dublin."

"C'est les envoyer à la mort ou la misère alors que la France, l'Europe sont coupables de la situation."

"Les réseaux de passeurs doivent être identifiés et démantelés."

"Un programme humanitaire pour que plus personne ne meure en Méditerranée ou en montagne. L'UE et les Etats membres doivent cesser de contribuer à la destruction et à l’accaparement des ressources (désertification, exploitation forestière, pétrolière et minière, déchets) qui fabriquent la misère ou mènent à des conflits. Les demandes d’asile doivent être examinées au cas par cas, en respectant les droits humains. "

"C’est un sujet humainement très délicat. Il faut donc étudier au cas par cas les demandes d’asile et accueillir temporairement tous les demandeurs légitimes. "

"Les pirates ont une exigence de solidarité à l'égard des migrants, en assurant des voies de migrations légales y compris humanitaires, et en offrant aux migrants arrivant sur le territoire français un accueil digne et respectueux des droits humains. Il faut également suspendre le renvoi des demandeurs d'asile au pays de première entrée dans l'UE prévu par les accords de Dublin."

Pas d'informations disponibles

3. Déficit budgétaire

L'Union européenne doit systématiquement sanctionner les États membres qui ne respectent pas les règles de déficit budgétaire.

D'accord

"Les niveaux d'endettement des grandes économies européennes sont déjà très élevés. Laisser dériver à nouveau nos finances publiques ne ferait qu'aggraver la situation que nos enfants et petits-enfants devront régler pour nous. "

"Proposition PFE 27 – Nous mettrons en place une veille démocratique sur les budgets des États par un régulateur européen pour s’assurer que les états membres ne génèrent pas des montants de dettes incontrôlés."

Pas d'informations disponibles

Indifférent

"Le respect des critères budgétaire permet une confiance mutuelle entre les Etats de la zone euro. Mais des sanctions systématiques aveugles peuvent être contre-productives. En revanche, tout appel à l’aide au Mécanisme européen de stabilité doit être gagé par de strictes contreparties en termes de réformes structurelles (comme en Espagne ou au Portugal)."

"En l'état actuel de l'UE, les Etats ne suivent pas les règles : voir par exemple l'Italie, ou la France, dont le déficit prévu a augmenté depuis quelques mois."

"L’austérité systématique qui prend les citoyens à la gorge n’est pas une solution. Voir l’exemple de la Grèce qui ne s’est pas encore relevée des mesures drastiques imposées par l’UE et dont les plus pauvres ont été les principales victimes. Pour sortir de la main-mise de la finance, nous proposons de rétablir des monnaies publiques locales, régionales et nationales, à côté d’une monnaie commune remise à sa place."

"L'Union européenne est légitime à sanctionner un état qui ne respecterait pas les règles communes concernant le déficit budgétaire. Cependant une sanction doit toujours prendre en compte le contexte qui a amené à ne pas respecter la règle commune. En tout état de cause, les sanctions de ce type doivent être soumises au Parlement européen."

Pas d'accord

"Les questions budgétaires relèvent de la souveraineté des Etats. S'il est nécessaire de rompre avec certaines règles pour relancer la croissance par la consommation, c'est un mal pour un bien. Par ailleurs, les politiques d'austérité sont néfastes, en Grèce l'espérance de vie à diminué suite aux politiques de la troïka. "

"Ce dogmatisme budgétaire est mortifère. Il empêche, par exemple, de répondre à l’urgence climatique dont dépend la survie de l'espèce humaine et de préserver nos services publics. C’est une atteinte insupportable à la souveraineté populaire."

"La règle des 3% de déficit public n'a pas de fondements. Nous devons sortir du calcul des déficits les dépenses d’investissement écologique, augmenter le budget de l’UE à 5% du PIB, en dédier 50% à la lutte contre le dérèglement climatique pour enclencher la transition écologique de l'économie qui développera l'emploi et changera la donne économique en Europe."

"A moyen terme il faut revoir les règles budgétaires européennes. En particulier, nous proposons d'exclure les dépenses en faveur de l'environnement du calcul du déficit public dans le cadre de la règle des 3 % de déficit public maximum. "

"L'UE n'a aucune légitimité pour "sanctionner" un gouvernement élu démocratiquement. Les plans "d'austérité" imposés pour réparer les erreurs conjointes de certains états et de la Commission ont aggravé les choses comme l'a reconnu le FMI. Les dépenses administratives de la Commission ont représenté plus de 50 milliards d’euros depuis 2014 et augmentent en moyenne de 5% par an. Voilà de vraies économies à faire !"

"Les règles imposées quant aux déficits budgétaires ne reposent sur aucune justification économique mais sur un objectif politique, celui de mener des politiques d'austérité dans les différents pays européens. "

"Les règles de déficit budgétaire ne sont pas adaptées à tous les Etats et à toutes les conjonctures économiques. Il est nécessaire de permettre à un gouvernement de mettre en œuvre une politique de relance dans un contexte défavorable. Il faut adapter les règles pour qu'elles tiennent compte des politiques structurelles mises en oeuvre. "

"La règle du déficit doit être respectée mais n'est pas absolue. Les indicateurs habituels (PIB, dette, déficit) ne sont pas les plus pertinents, l'action de la République européenne doit être guidée par de nouveaux indicateurs: coefficient de GINI (écarts de richesse), taux de suicide et de burn-out, taux de mal-logés, qualité de l'air, taux de recyclage des déchets... i.e. le bien-être social et environnemental."

"Les politiques économiques et budgétaires relèvent de la souveraineté exclusive des états membres."

"Les règles de déficit budgétaire et la politique d’austérité imposés les dernières années ont accru la crise économique et ont frappé les classes populaires en Europe."

"L'austérité est un facteur de destruction de l'économie, du modèle social, de la croissance et de l'emploi. Les règles ont été définies de façon arbitraire et ne correspondent à aucune réalité économique"

"L’UE doit respecter le choix des pays qui la composent lorsque ces choix sont faits à travers une législation directe."

"Les investissements nécessaires à la transition écologique doivent être sortis du calcul."

"Lorsque qu’un pays dépasse son déficit budgétaire c’est qu’il ne maîtrise plus ses finances publiques, son l’inflation, ses taux d’intérêt, son taux de change. Lui imposer une amende qui peut aller jusqu’à 0,2% du PIB revient à faire payer les citoyens d’un pays pour les décisions souvent inconséquentes de ceux qui les dirigent. Pierre Moscovici, a souhaité que la zone euro se contente de sanctions symboliques car les sanctions ne sont pas "la réponse qui convient en tout". "

"Les nations doivent être libres et indépendantes. Nous sommes contre tout pacte et accord supranational. "

"Les situations des états peuvent justifier un délai de respect des règles de déficit budgétaire. Les pays de l’Europe doivent converger vers ces critères mais être solidaires de situations particulières qui justifient le non-respect. "

"L'Union européenne n'est pas un Etat fédéral chargé de sanctionner les mauvais élèves. Il s'agit d'une structure de coopération entre Etats souverains, qui doivent assumer leurs responsabilités."

"Il faut sortir d’urgence les investissements écologiques de la règle des 3 %, afin de financer un effort comparable à un effort de guerre pour la décroissance énergétique, la sortie des énergies fossiles et la régénération de la nature. En parallèle, l’arrêt des subventions publiques aux nombreux projets destructeurs (Lyon Turin, GCO, Europacity) contribuera significativement à réduire les déficits."

"Chaque État devrait être souverain dans l’élaboration de son budget. Il n’existe aucune raison rationnelle économiquement pour imposer un seuil de 3% de déficit. Cette règle varie au gré des intérêts qu’elle sert et constitue la justification des politiques récessives imposées par la Commission. Pourtant, sous la présidence de Sarkozy, notre déficit public a grimpé jusqu’à 8,5% du PIB pour « sauver les banques ». "

"Pour relancer la croissance ou faire tourner leurs administrations en période de crise."

4. GAFA et stockage des données

L’UE doit obliger les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) à stocker leurs données sur le continent européen.

D'accord

"Nous souhaitons renforcer la souveraineté technologique de l'Europe. Cela peut passer par l'obligation de stocker les données eurpéennes sur notre territoire, en particulier en réaction au Cloud Act américain."

"La protection des données est un des grands enjeux de l'avenir. Il est indispensable de développer le principe de coffres forts numériques pour protéger les données personnelles et empêcher leur commerce, source de toutes les dérives éthiques futures. "

"Nous le proposons : les Européens doivent être maîtres de leurs données et avoir le choix face à la marchandisation des données personnelles."

"Il faut également briser leur monopole en s’opposant à la colonisation par les GAFA de nos services publics, en s’opposant par exemple à la sponsorisation d’établissements, d’équipements informatiques ou de diplômes."

"L’hébergement de nos données en Europe est un enjeu de protection et d’indépendance stratégique majeur. Mais il ne s’agit pas de remplacer les GAFAM étrangers. L’enjeu n’est pas commercial : nos données sont des biens communs devant être sécurisés des appétits lucratifs de tout acteur (qu’il soit européen et Français ou étranger) et utilisés pour servir l’intérêt général. "

"Tant pour des questions de performance que pour la protection des usagers, la réglementation européenne doit imposer la localisation des données des Européens en Europe. "

"Chaque pays doit être maître des données personnelles de ses citoyens, il s'agit d'un nouveau droit humain à conquérir pour tout citoyen digne de ce nom. La seule solution est que les pays européens encouragent la création de leurs propres champions numériques car les multinationales américaines obéiront toujours aux Etats-Unis avant tout, comme le montrent les scandales récurrents de "fuites" et d'espionnage."

"Créer une agence européenne pour un internet décentralisé, avec une architecture « pair-à-pair » et une gouvernance de Commun, afin créer une alternative aux GAFAM, pour un web ouvert, sans censure, ni exploitation abusive des données personnelles, ni atteintes à la vie privée, ni manipulations par les fake news, en répartissant les données, leur traitement et leur hébergement en Europe, sans contrôle centralisé."

"Il faudrait aussi soutenir les logiciels libres."

"Proposition PFE 43 – Nous œuvrerons pour une réelle protection juridique des citoyens européens, ce qui implique que les droits du citoyen soient garantis de façon uniforme dans tous les pays membres de l’Union Européenne. L'internet européen doit être développé intensément à l'exemple de Qwant."

"Les données personnelles sont des éléments très sensibles qui ne devraient pas transiter par des pays tiers. La cybersécurité serait renforcée en imposant aux GAFA de stocker leurs données sur le territoire car elles ne seraient plus soumises aux aléas géopolitiques."

"L'Europe doit garder le contrôle des données de ses propres citoyens."

Pas d'informations disponibles

"Tout ce qui peut contraindre les GAFAM doit être mis en place afin que cesse l’hégémonie dont ils disposent en toute impunité."

"Les données personnelles de chaque citoyen doivent être stockées sur le territoire de leur pays d'origine."

"Les données sont le produit de la coopération sociale et doivent être socialisées. Elles ne doivent pas être exploitées par des monopoles."

"La protection des données personnelles est un enjeu majeur. La France devrait imposer que les données de ses ressortissants soient stockées en France."

"Au-delà, l'Europe doit vérifier l'usage des données : exemple RGPD"

"Etant donné les rapports de force, il est tout à fait judicieux de traiter ces sujets au niveau de l'Union européenne, plutôt que séparément au niveau de chaque Etat."

"Nous souhaitons des mesures de reconquête de la souveraineté numérique, telles que la relocalisation des serveurs, la protection des données personnelles (et leur stockage en Europe) et l’application des règles démocratiques dans le cyberespace. Nous souhaitons également l’abandon de la 5G, inutile et coûteuse, financièrement et écologiquement."

"Nous sommes pour le contrôle des données stockées par les GAFA, c’est un enjeu stratégique majeur. Cependant, il est illusoire de penser que les instances de l’UE obtiendront l’unanimité des États membres pour mettre en place une telle contrainte. Des pays, tels que l’Irlande pour des raisons économiques, s’y refuseront. "

"Le Parti Pirate milite pour le renforcement du droit de contrôle de ses données personnelles, le stockage des données des GAFA concernant les citoyens européens sur le continent européen permettrait un meilleur contrôle."

"doit surtout avec la possibilité de contrôler et de respecter les libertés individuelles"

Indifférent

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

"La priorité est au paiement d'impôts en fonction du chiffre d'affaires réalisé et au respect du RGPD."

Pas d'accord

"Peu importe où sont stockées les données, la vraie question est de légiférer sur l'utilisation de celles-ci. Le stockage des données en Europe n'empêche pas forcément une utilisation détournée de celles-ci."

"les grandes multinationales citées n'ont qu'un but: faire du profit. Ce n'est pas en stockant leurs données que cela va changer. Ces outils, cette industrie doit être débarrassée de la maîtrise capitaliste, sinon rien ne changera."

5. Régions pauvres de l'UE

L’aide financière accordée aux régions les plus pauvres de l’Union européenne doit être diminuée.

D'accord

"La solidarité entre Nations peut être un principe, mais cela ne doit pas se faire au détriment de notre propre peuple. La France est contributrice nette au budget de l'UE pour 10 milliards par an, cet argent serait bien utile en France, où nos compatriotes ont de plus en plus de mal à finir le mois et sont écrasés d'impôts. "

"Le principe d'une solidarité entre les Etats-membres de l'Union européenne est une bonne chose. Est-elle au bon niveau ou est-elle excessive ? Il revient aux Etats d'en discuter et de ne pas se faire dicter une politique par la Commission. "

Indifférent

"La politique de cohésion doit être réévaluée à l’aune de ses résultats : être particulièrement attentif à ce que les fonds structurels soient utilisés pour de réels projets structurants pour les régions les plus pauvres de l’Union, et à ce qu’ils ne financent pas les délocalisations qui affectent notre industrie."

"Ce n'est pas le sujet. Quelles aides et pour quoi faire ? Subventionner à perte des projets bidons ou des ponts en Croatie construits par des multinationales chinoises n'a aucun intérêt. Il faut assumer un patriotisme économique français et européen qui donnent les marchés publics subventionnés à nos entreprises."

"“doit être diminuée” : non. Mais il faut une gestion claire des aides."

"Les subventions accordées aux économies sinistrées par la crise financière, l'austérité budgétaire et la mondialisation sauvage ne font qu'accroître la sujétion des états concernés aux diktats de Bruxelles."

"Les aides européennes n'ont JAMAIS permis aux régions les plus pauvres de se développer durablement. Le financement de quelques infrastructures n'a absolument pas rééquilibré les différences industrielles importantes. Au contraire, tous les déséquilibres sont aggravés par la monnaie unique et les critères budgétaires absurdes que l'UE impose. Il faut absolument sortir de ce modèle dysfonctionnel."

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

"Étant pour la sortie de la France de l’UE alors que celle-ci est un contributeur net (elle verse environ 8 milliards d’euros chaque année en plus de ce qu’elle reçoit), nous souhaitons récupérer cet argent pour en priorité sauver nos services publics, aider nos agriculteurs ou construire des logements sociaux. L’aide aux régions défavorisées est ensuite possible et ne doit pas se limiter au périmètre de l’UE. "

Pas d'accord

"Nous ne souhaitons pas réduire les aides au développement mais nous souhaitons être plus exigeants. Il nous faut les conditionner au respect de l'état de droit et à la convergence sociale (instauration d’un SMIC et convergence vers le haut)."

"Nous refusons la baisse des fonds européens de la politique de cohésion. Par ailleurs, il ne saurait être question que ces fonds soient conditionnés à la réalisation de réformes structurelles qui détruisent les droits sociaux. Ces fonds doivent servir à une harmonisation sociale vers le haut."

"La politique de cohésion de l'UE est un élément essentiel de la solidarité européenne. L'UE doit viser une convergence économique, et soutenir financièrement les régions les plus pauvres. Nous voulons renforcer ce soutien et y ajouter un fonds social pour la transition écologique et une assurance transition, visant à accompagner les régions et les travailleurs.euses dans la transition."

"Il faut assumer la solidarité européenne, c'est à la base du projet européen."

"Nous nous opposons au cadre pluriannuel du budget de l'UE 2021-2027 qui prévoit de baisser le financement des fonds sociaux européens et nous défendons un accès plus simple aux fonds européens. "

"Proposition PFE 28 – Nous mettrons en place un mécanisme européen de résolution de crise et un système européen d’assurance des dépôts de telle façon que les finances des États membres ne soient plus assujetties uniquement au sauvetage des banques privées,"

"L'Union européenne n'a pas permis le rattrapage des régions les plus pauvres. L'action en leur faveur doit donc continuer pour offrir les mêmes opportunités et un niveau de vie décent à chaque citoyen européen."

"Il s'agit actuellement du meilleur outil de solidarité européenne au service de tous les citoyens européens. La solidarité est au cœur du projet européen et PACE propose d'en faire un devoir du citoyen européen (aux côtés du devoir de respecter les valeurs européennes)."

"Pas d'accord du tout "

"Non, l’Europe que nous voulons est une Europe solidaire où prédomine le partage des richesses et la lutte contre les inégalités"

Pas d'informations disponibles

"L'Europe doit être un puissant facteur de réduction des inégalités entre citoyen.nes et entre Etats."

"L'Europe doit se battre contre la pauvreté en aidant chacun des membres de L'UE. La vraie question n'est pas l'aide financière mais le contrôle des sommes de cette aide et la vérification que celles-ci ne servent ni la corruption, ni d'autres destinations."

"Les Nations doivent être libres et indépendantes. Elles doivent décider de leurs propres droits à mettre en œuvre. "

"Nous devons être solidaires. "

"Nous sommes pour une Europe solidaire."

"Le principe de solidarité entre les états et les différentes régions est une des réussites de l'Union européenne qui a permis de réduire l'écart entre les différents citoyens de l'Union. "

"une Europe solidaire. "

6. Interdiction du glyphosate

Il faut interdire le glyphosate.

D'accord

"Oui, il est impératif de sortir du glyphosate d'ici 2021. C'est notre objectif en France et notre objectif pour l'Europe. Nous avons la politique en la matière la plus ambitieuse de toute l'Union Européenne : nous ne la changerons pas. "

"C'est une solution à terme. Mais il faut aussi logiquement protéger nos agriculteurs de la concurrence déloyale en interdisant aussi l'importation de tout produit traité au même glyphosate. "

"La fin du glyphosate est un objectif à poursuivre mais il suppose impérativement que des alternatives viables soient proposées à nos agriculteurs. Le gouvernement actuel, en défendant une sortie en 2021 soit 2 ans avant la date fixée au niveau européen, va pénaliser notre agriculture déjà confrontée à de nombreuses difficultés. Nous refusons de considérer l'agriculture uniquement par le prisme des pesticides."

"Oui, il faut interdire le glyphosate, mais pas que. Il faut sortir des pesticides et des néonicotinoïdes. Si l’UE ne prend pas ces mesures, chaque Etat doit pouvoir les appliquer unilatéralement y compris vis-à-vis des importations en provenance d’autres pays de l’UE. "

"Le glyphosate doit être interdit dans l'UE au plus vite. Sa nocivité sur l'humain et l'environnement est de mieux en mieux établie par les scientifiques, et interpelle. Mais le procès du glyphosate, c'est avant tout le procès d'un modèle agricole dans son ensemble. Nous devons le changer en profondeur, en donnant à la PAC de nouveaux objectifs : une agriculture 100% bio et locale à terme, sans pesticides ni OGM."

"Nous souhaitons rouvrir le plus tôt possible la négociation sur la mise sur le marché du glyphosate au niveau européen en visant son interdiction immédiate."

"Il faut interdire les pesticides dangereux pour les agriculteurs, les consommateurs et le milieu naturel. En revanche, il faut accompagner les paysans et la recherche pour rendre possible ce changement. Il faut aussi interdire les importations de produits étrangers utilisant le glyphosate, sinon c'est hypocrite et absurde."

"Nous défendons l’élaboration d’un plan annualisé prévoyant l’abandon au niveau européen du glyphosate et des autres substances qui nuisent à la santé et à l’environnement, assorti d’aides financières destinées aux agriculteurs. "

"Oui, car trop dangereux, mais il faut aussi taxer les importations de produits cultivés avec du glyphosate (ou les interdire ?)"

"Proposition PFE 24 – Nous développerons une agriculture plus respectueuse de l’environnement et nous intensifierons les contrôles sanitaires."

"Tout produit qui menace la santé humaine ou l'environnement ne doit pas être autorisé dans l'Union européenne. Nous voulons une Europe exemplaire sur la protection des citoyennes et des citoyens."

"La sauvegarde de la biodiversité et la santé humaine sont les priorités absolues. La PAC peut accompagner les agriculteurs pour une transition immédiate."

Pas d'informations disponibles

"Non seulement le glyphosate mais tous les intrants chimiques (engrais, pesticides…) qui nuisent à la préservation de la biodiversité et ont des conséquences désastreuses en termes de santé publique."

"Par étape et en accompagnant les agriculteurs dans la recherche et la mise en place de solutions alternatives moins nocives pour l'environnement et la santé humaine."

Pas d'informations disponibles

"L'agriculture moderne passe par la compréhension fine des interactions et des écosystèmes. Les produits destructeurs comme le glyphosate n'y ont pas leur place. Mais, pour changer de modèle agricole, il faut protéger nos agriculteurs, ce dont l'UE est parfaitement incapable puisqu'elle est conçue pour promouvoir la concurrence."

"Immédiatement."

"Le glyphosate est un poison."

"Bon sens."

"Il faut respecter la complexité des éco-systèmes et revenir à des méthodes agricoles plus proches de la nature. Là encore, pour pouvoir le faire, il faut maîtriser la concurrence des productions agricoles non respectueuses de l'environnement."

"Oui, il faut interdire le glyphosate, de même que tous les pesticides et produits chimiques cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques et perturbateurs endocriniens, ainsi que des additifs et adjuvants alimentaires et cosmétiques dangereux."

"La très grande majorité des études concluent à la dangerosité de ce produit, nous pensons donc qu’il faut l’interdire. Pourtant, l’autorisation a été renouvelée pour 5 ans à tous les États membres. Il n’y a qu’en sortant de l’UE que nous pourrions dès que possible interdire le glyphosate. Un petit pays comme le Vietnam, qui lui est souverain, l’a fait récemment."

"Le Parti pirate demande la création d'un moratoire sur l'utilisation de l'ensemble des produits phytosanitaires actuellement mis sur le marché et issus de l'industrie chimique."

"risque pour la santé. "

Indifférent

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

Pas d'accord

"Il faut interdire tous produits néfastes à la santé, mais cela dépend évidemment des objectifs poursuivis, si c'est rentabilité, compétitivité rien ne changera. "

7. Exports d'armes

Les exportations d’armes d’États Membres de l’UE doivent être systématiquement interdites vers les pays enfreignant les droits de l’homme.

D'accord

"Les autorisations préalables d'exportation sont conditionnées au respect des engagements internationaux, mais aussi aux enjeux de stabilité internationale. Il est aussi nécessaire de prendre en compte les enjeux économiques et industriels militaires, essentiels pour notre souveraineté. Il convient enfin de veiller au respect de la position commune de l'UE 2008/944/PESC du Coneil du 8 décembre 2008."

"Bien sûr, c’est une honte ! Il faut en particulier sanctionner les pays qui entretiennent la guerre au moyen-orient comme la Turquie ou l’Arabie Saoudite en faisant en autres respecter la décision européenne d’embargo sur les ventes d’armes."

"Nous demandons l’arrêt des exportations d’armes produites dans l’Union européenne non seulement vers des pays enfreignant les droits humains mais en général et une nouvelle initiative européenne pour le désarmement nucléaire multilatéral, le soutien au Traité d’interdiction des armes nucléaires, le retrait des armes nucléaires américaines sur le sol européen et l’établissement de zones libres d’armes nucléaires. "

"Cela suppose une meilleure application de la Position commune du Conseil sur les exportations d'armes (2008), y compris par la France. "

"ainsi que vers les pays en guerre et les zones en tension"

"Oui pour le principe, mais “systématiquement” est difficile, car il n'existe guère de pays qui n'enfreigne pas les droits de l'homme."

"Proposition PFE 56 – Nous créerons un corps diplomatique européen pleinement intégré sur la base du Service Européen d’Action Extérieure avec à sa tête un Ministre des Affaires étrangères. La voix de l’Europe sur la scène internationale sera claire, puissante et respectée. "

"L'UE doit adopter une position ferme face à un Etat qui ne respecte pas les droits qui sont au fondement de la construction européenne et ne doit pas se rendre complice d'exactions portant une atteinte avérée ou supposée aux droits de l'Homme."

"En établissant une stratégie industrielle fédérale de défense, il deviendra possible de se désengager de tous les marchés d'exportation controversés, permettant aux Etats européens de retrouver une crédibilité morale et du poids dans les négociations internationales sur la sécurité. "

Pas d'informations disponibles

"Comment pourrait-il en être autrement !"

"Une transparence dans le marché de l'armement, aussi bien au sujet de la vente qu'au sujet de la production. Un fichier doit être créé pour que chaque citoyen européen soit informé. La France a vendu des armes à l'Arabie Saoudite avec lesquelles des civils ont été tués au Yémen. L'Union Européenne doit sanctionner les acteurs de ce trafic. Par ailleurs il est aussi question de l'utilisation d'armes par les pays européens contre leurs citoyens. À titre d'exemple en France il faut interdire le LBD"

"Une instance indépendante doit vérifier le respect de ces règles et plus généralement il faut réduire les ventes d'armes au profit d'une coopération renforcée."

"Il y a 8 critères d'octroi d'une licence d'exportation d'armes au niveau européen. Aucun des 5 pays européens qui sont les plus gros exportateurs d'armes en Europe dont la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie ne respectent ces critères et fournissent notamment l'Arabie Saoudite qui en retour pour remercier l'Europe fournit Al Qaeda, le Front al-Nosra, et l'Etat islamique."

"les exportations d'armes favorisent des guerres. Au même titre que le réchauffement climatique une grande politique visant au désarmement planétaire doit être engagée. "

"Bien sûr. Hélas dans une grande indifférence, la France viole actuellement les traités internationaux en exportant des armes vers des pays qui commettent des crimes de guerre contre les populations civiles."

"Les Pirates réclament une régulation rigoureuse du commerce d’armes dans le monde et l’interdiction de l’exportation d’armes dans les zones de conflits. Les Pirates cherchent à construire un monde plus pacifique, et réclament donc une régulation plus stricte du commerce de l’armement. "

"oui."

Indifférent

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

"Certes il est moralement difficile de défendre la vente d’armes à des pays enfreignant les droits de l’homme, cependant nous estimons que chaque État doit pouvoir décider de sa politique industrielle et militaire. L’UE ne devrait rien avoir à interdire à des nations libres. Concernant la France, nous arrêterons l’exportation d’armes vers des pays ne respectant pas les droits de l’homme. "

Pas d'accord

"Par principe, nous sommes opposés à toute intrusion de l'UE dans les décisions souveraines des Etats. Cela n'empêche pas l'obligation morale du respect des Droits de l'Homme. Il devrait d'ailleurs commencer par s'appliquer en France aux relations que nous entretenons avec certains Etats du Golfe, soutiens tacites de l'islamisme et peu scrupuleux des Droits de leurs peuples. "

"Ce sujet relève de la compétence nationale, en respect du principe de subsidiarité. "

"C'est un objectif souhaitable mais cela relève des nations."

"Les choix en matière de relations étrangères et de politique commerciale relèvent de la souveraineté exclusive des états membres. "

"C'est à chaque pays de prendre ses responsabilités et il ne faut pas donner à l'Union européenne la possibilité d'exercer des pressions en menaçant de punir un Etat membre par une instrumentalisation peu reluisante de la grave question des droits de l'homme (arrêtons de croire que l'UE les défend : si c'était le cas, elle ne se coucherait pas devant la Chine)."

"La France doit stopper immédiatement toutes ventes d'armes et rapatrier ses troupes de l'étranger. Nous souhaitons que les pays européens fassent de même, alors que tous les pays de l'UE augmentent leur budget guerrier."

"Il est évident que les pays qui maltraitent leurs populations ne doivent pas pouvoir acheter des armes. Toutefois, les enjeux stratégiques sont complexes. De plus, les “droits de l'homme” sont souvent instrumentalisés dans les conflits géopolitiques. Il faut donc faire attention à ne pas se faire dicter des politiques contraires à nos intérêts européens parce que les opinions publiques ont été manipulées par des informations partielles ou biaisées (cf. armes de destruction massives en Irak...)."

8. Salaire minimum

L’Union européenne doit encourager la mise en place d’un salaire minimum propre à chaque État membre

D'accord

"Nous prônons la mise en place d'un salaire minimum européen adapté à chaque pays. L'accès aux fonds européens dépendra en partie de la mise en place de ces salaires."

"Il faut une harmonisation sociale ambitieuse ! Nous souhaitons instaurer un SMIC dans chaque pays européen à 75% du salaire médian, mais ce n’est qu’un premier pas. Il faut aussi un mécanisme de convergence rapide entre les pays vers un SMIC européen digne."

"Nous proposons un salaire minimum européen à hauteur de 60% du salaire médian de chaque Etat. C'est une mesure nécessaire pour lutter contre la pauvreté, contre le dumping social, et pour harmoniser par le haut les conditions de vie des européens. Aussi, cette mesure permettrait de ne pas exercer de pression à la baisse sur les salaires."

"Nous proposons un salaire minimum dans tous les pays d'Europe après concertation avec les partenaires sociaux européens; au minimum, il devra être égal à 65 % du salaire médian dans chaque pays."

"Il n'est plus tolérable de partager un marché commun sans une harmonisation sociale, fiscale et environnementale ambitieuse. Pour que cet engagement ne soit pas les éternelles promesses sans conséquences, il faut avoir le courage de suspendre l'accès au marché commun à des pays qui ne s'engagent pas à harmoniser par le haut leur modèle social."

"Il est nécessaire de doubler cet objectif d'un mode de calcul cohérent, qui doit être à au moins 60% du revenu net moyen dans un pays donné. En France, cela correspond à 1400 euros nets. "

"Oui, mais comme les économies des différents Etats-membres ne convergent guère, ce salaire minimum doit être fixé par l'Etat en question."

"Proposition PFE 38 – Nous mettrons en place des standards sociaux minimums : un revenu minimum basé sur le coût de la vie et des conditions de travail décentes. Nous veillerons à réduire par le haut les grandes différences entre les protections sociales entre les différentes régions de l’UE."

"Assurer les mêmes conditions socio-économiques et un niveau de vie décent à chacun quel que soit le pays européen dans lequel il travaille est une condition de base à une union solidaire. Allons Enfants propose dans un premier temps de mettre en place une rémunération minimale des stages fixée au niveau du seuil de pauvreté de chaque pays."

"Expérimentation d'un salaire minimum européen différencié (SMED) par grande zone géographique de prix. Le SMED ne serait pas un montant unique pour l'Europe ni un SMIC par Etat, mais un salaire minimum par grande région qui correspondrait à une quantité de biens et services minimums auquel chaque travailleur peut prétendre. "

Pas d'informations disponibles

"Tant que les prix des produits de base ne sont pas les mêmes partout, le salaire minimum de chaque pays doit être compatible avec les pratiques et plafonds écologiques de chacun des Etats. Il faut néanmoins ne pas autoriser le dumping social qui permet aux dirigeants d’entreprises de certains Etats de faire de la croissance sur le dos des salariés. "

"La mise en place d'un salaire minimum est un devoir pour tous les Etats de l'Union Européenne pour permettre, à tout homme et femme, de vivre dignement au sein de l'Union Européenne."

"Oui sur la base de 60% du salaire moyen."

"Il ne s'agit pas d'un salaire minimum européen mais d'un salaire propre à chaque Etat membre. Donc, oui à un salaire minimum pour lutter contre la pauvreté."

"Pour un salaire minimum obligatoirement défini dans chaque État membre garantissant le pouvoir de vivre pour tous, dans le cadre d'un socle commun de droits sociaux européens (formation, couverture santé, assurance chômage). Renforcement du Fonds social européen. Harmonisation des pratiques fiscales européennes et une protection contre les dumping fiscal, social et environnemental extra-européen. "

"Permets d'accroître l’emploi et la stabilité."

Indifférent

"Il faut prioritairement obtenir une vraie révision du travail détaché et que tout travailleur étranger respecte en France les mêmes règles que celles appliquées aux Français, notamment en s’acquittant des cotisations du système de sécurité sociale dont il bénéficie."

"Un SMIC européen propre à chaque État membre ne résout pas les problèmes de concurrence déloyale. Cependant, il s'agit d'une avancée sociale que nous souhaitons pour chaque peuple."

"c’est le rôle de l’UE d’encourager dans certaines directions. "

"Nous sommes pour la sortie de la France de l’Union européenne. Respectant le droit international et donc la non ingérence dans les affaires intérieures d’un autre État, nous considérons que chaque peuple doit être libre de décider de sa politique salariale. Pour le cas de la France, nous sommes en faveur d’une augmentation de l’ordre de 300€ net du salaire minimum."

"Le Parti Pirate prône la mise en place d'un revenu de base, proposition alternative au SMIC européen."

Pas d'accord

"Ce salaire existe déjà dans 22 des 26 Etats membres, mais les disparités sont telles que cela n'a aucune influence sur le dumping social et la concurrence déloyale encouragée, notamment, par la directive sur les travailleurs détachés. "

"Les politiques économiques et sociales relèvent de la souveraineté exclusive des états membres."

"Les nations doivent être libres et indépendantes. Nous sommes contre tout pacte et accord supranational. "

"Chaque pays doit avoir un smic en lien avec son niveau de vie. L'objectif est qu'à terme les états fondateurs convergent socialement et économiquement. Il faut une politique du mieux-disant et non du moins-disant. Ce n'est pas à l'Europe de l'imposer car elle factoriserait une démarche moins disante. "

"Le bénéfice d'un salaire minimal n'est pas évident dans chaque pays, surtout face à une concurrence internationale contre laquelle l'Union européenne refuse de nous protéger."

9. Aides sociales

Il faut rendre l’obtention d’aides sociales plus difficile pour les citoyens européens résidant dans un pays autre que le leur.

D'accord

"Le principe de la priorité nationale doit s'appliquer naturellement pour les aides sociales. La solidarité nationale, c'est d'aider en priorité les siens. C'est une des bases du consentement à l'impôt. "

"Si un Européen travaille dans un autre pays de l'UE, il doit en respecter les règles mais aussi bénéficier du système du pays qui l'accueille. Nous proposons toutefois de conditionner les aides à au moins 3 ans de cotisations dans le pays afin d’assurer son financement. L’objectif n’est pas de rendre l’obtention plus difficile, mais d’assurer l’équilibre budgétaire qui a besoin de financements lissés. "

"Le tourisme social n'est pas tolérable. Venir vivre chez un de ses voisins européens en étant motivé par le système social n'est pas sain. Il est normal que chacun cotise d'abord à un système social pour pouvoir en bénéficier."

"Les aides sociales doivent être attribuées en priorité aux citoyens résidant sur le territoire national de leur pays d'origine."

Indifférent

"c'est à chaque Etat de définir sa politique."

"Proposition PFE 30 – Nous réduirons les disparités entre peuple et régions d’Europe par un budget qui œuvrera pour une plus grande cohésion territoriale et sociale."

"Le problème, ce ne sont pas les aides sociales qu'un pays décide d'accorder ou non, le problème, ce sont les cotisations sociales payées ailleurs que dans le pays où a lieu l'activité. Il faut mettre fin au travail détaché et donc sortir de l'UE comme le prouve la récente réformette que contestent devant la justice de l'UE la Pologne et la Hongrie."

"cela doit être laissé au choix de chaque pays européen."

"Le sens de la plupart des 30 questions posées revient à se demander si on veut que l'Europe ait beaucoup plus de pouvoir politique que les états membres et si l'on veut se diriger vers une Europe Fédérale ou non. A voix Égales est en faveur pour que soit appliquée la loi la plus favorable votée par un des états dans tous les autres états membres."

"Les aides sociales sont du ressort des Etats-membres."

"Nous sommes pour la sortie de la France de l’Union européenne. Respectant le droit international et donc la non ingérence dans les affaires intérieures d’un autre État, nous considérons que chaque peuple doit être libre de décider de sa politique fiscale et en particulier concernant ses ressortissants expatriés."

Pas d'accord

"Nous nous opposons fermement à rendre plus difficile l'accès aux aides sociales pour les citoyens européens vivant dans un autre pays que le leur. "

"Ce n'est pas la bonne question. Il faut garantir l’harmonisation sociale par le haut au niveau européen grâce à une clause de non-régression des droits sociaux dans les pays les plus protecteurs et mettre fin au dumping social."

"La libre circulation est un principe fondateur de l'UE. Compliquer l'accès des citoyens européens aux aides sociales de l'Etat-membre dans lequel ils résident, ce serait les décourager, voire les entraver, dans l'exercice de ce droit. Nous devons combattre le dumping social, pas un supposé « tourisme social », et faciliter l'accès aux aides sociales quand ils exercent leur droit à la libre circulation."

"Les citoyens européens doivent avoir accès aux aides dans le pays où ils résident."

"La lutte contre le dumping social passe par le fait que l'ensemble des Européens travaillant et vivant dans un autre pays que leur pays d'origine ait accès à l'ensemble des dispositifs de protection sociale de leur pays de résidence."

"Chaque ressortissant européen doit pouvoir bénéficier des mêmes prestations que n'importe quel autre citoyen européen, quel que soit le pays membre dans lequel il réside."

"Un citoyen européen = un citoyen européen. Aucune discrimination basée sur la nationalité n'est possible."

Pas d'informations disponibles

"Si la vie a été rendue impossible dans son pays pour un citoyen qu’il soit européen ou non, il devra être accueilli dans les mêmes conditions et avec les mêmes droits que les autochtones."

"Il faut au contraire harmoniser le système de protection sociale et le revoir à la hausse au sein de l'Union Européenne. Il faudrait au contraire garantir à toutes les personnes vivant au sein de l'Union Européenne de pouvoir obtenir des aides sociales."

"Nous sommes pour la portabilité des droits."

"Les aides sociales sont liées à la personne et non pas à la nationalité."

"Non il faut faire converger les modèles sociaux mieux-disants et ne pas niveler vers le bas en favorisant une Europe qui devient cannibale. "

"La restriction des aides sociales aux seuls ressortissants nationaux n'a pas de justification. "

"L’UE devrait encourager ses Etats membres à supprimer les obstacles administratifs à la libre circulation des travailleurs en harmonisant les systèmes de sécurité sociale et les systèmes de santé publique, notamment en harmonisant les paiements, en partageant l’information entre les Etats membres et en sécurisant les paiements des retraites publiques lorsqu’un citoyen travaille dans plusieurs pays de l’UE."

"L'Europe doit être fraternelle."

10. Mariage homosexuel

L'Union européenne doit encourager ses États membres à légaliser le mariage entre personnes de même sexe.

D'accord

"Nous souhaitons que le Parlement européen continue de promouvoir les droits fondamentaux des personnes LGBT+ en votant des directives si nécessaire. Nos candidats défendent le mariage pour tous mais cela ne relève malheureusement pas des compétences de l'UE."

"Il faut garantir que dans les actes de l’UE, la notion de mariage vise l’union légale entre personnes de même sexe ou de sexe différent. Et il faut également permettre la reconnaissance des droits des familles pour aller vers l’égalité de droits des couples."

"La Commission doit initier des propositions législatives pour clarifier la reconnaissance des contrats de mariage et partenariats civils dans l’Union, y compris pour les ressortissants de pays tiers. Elle devrait aussi faire un suivi strict de l’application de la jurisprudence de la Cour européenne de justice dont le récent arrêt Coman a reconnu la liberté de circulation aux couples mariés de même sexe."

"Tous les couples et toutes les familles doivent avoir accès aux droits les plus protecteurs dans l'UE. "

"Nous défendons le principe de l'alignement des droits sur la personne LGBTIQ+ la plus favorisée."

"Si des marges de souveraineté doivent subsister et permettre aux Etats de faire eux-mêmes certains choix sociétaux, il revient à l'UE d'orienter ces décisions dans la direction de la liberté, de la tolérance et du respect des orientations sexuelles de chaque individu. "

"La décision d'autoriser le mariage pour tous appartient aux Etats membres. Mais reconnaître le mariage pour tous et l'adoption pour tous sont deux conditions pour intégrer la République européenne. "

Pas d'informations disponibles

"Absolument."

"Nous sommes favorables à la reconnaissance de l'égalité entre les couples et à la lutte contre toutes les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle."

"Le Parti Pirate pense qu'il est important d'encourager les différents Etats européens à légaliser le mariage entre personnes de même sexe dans un objectif d'égalité."

"respect des libertés. "

Indifférent

"Chaque nation est libre. Tout ingérence étrangère dans les affaires intérieures d'un pays finit toujours mal, surtout avec des bons sentiments, il serait temps de s'en rendre compte."

"Le meilleur encouragement, ce serait un débat à l'échelle de l'UE, avec une langue commune équitable. Un des gros problèmes de l'UE est la divergence culturelle entre les pays (en particulier Europe de l'Ouest / Europe de l'Est)."

"Les droits des LGBT accordés dans les états seront reconnus à la condition qu'ils ne s'opposent pas aux autres droits, notamment ceux de l'enfant."

"Ce n’est pas une priorité."

"c’est aux citoyens de fixer les priorités."

Pas d'accord

"Cela ne relève pas de l'UE, mais de la liberté de chaque Etat. En France, le RN a affirmé qu'il abrogerait cette loi pour privilégier une union civile renforcée. "

"Ce sujet relève de la compétence nationale, en respect du principe de subsidiarité. "

"Absolument pas."

"Les choix de civilisation tel que le "mariage gay" relèvent de la souveraineté exclusive des états membres, l'Union Européenne ne dispose d'aucune légitimité en la matière."

"C'est à chaque peuple de décider ce qu'il souhaite dans ce domaine comme dans les autres."

"Cette proposition doit rester du ressort de chacun des états membres selon leur histoire, culture, croyance et volonté nationale."

"Les nations doivent être libres et indépendantes. Nous sommes contre tout pacte et accord supranational. "

"Les états doivent mettre en place des référendums pays par pays pour approuver ce principe. Nous n'avons pas à imposer."

"Cette décision est du ressort des Etats-membres."

"Le mariage entre personnes du même sexe est un sujet de société dont l’UE n’a aucune raison de se mêler. Chaque peuple doit être libre de légiférer ou non sur ce sujet selon ses propres désirs et évolutions sociétales."

11. Mobilité des jeunes

Une mobilité obligatoire (Erasmus, service civique, formation) doit être instaurée au niveau européen pour les jeunes.

D'accord

"Nous inclurons progressivement un échange Erasmus dans toutes les formations françaises d’ici 10 ans. Par ailleurs, nous triplerons le budget Erasmus pour que 400 000 jeunes français partent en échange chaque année. "

"Proposition PFE 44 – Nous favoriserons les échanges d’étudiants et de jeunes professionnels dans l’éducation, les sports et la culture. Nous favoriserons également l’excellence dans la recherche et la connaissance par une reconnaissance mutuelle accrue des diplômes."

"Ce serait un bon principe."

"Nous sommes pour un Erasmus écologique et soutenons la mise en place d’un service civique écologique européen qui aurait pour vocation principale la restauration écologique, la dépollution, l’apprentissage de la permaculture et l’appui à l’organisation de la résilience des territoires."

Pas d'informations disponibles

Indifférent

"Pas de mobilité « obligatoire ». Nous proposons un Erasmus universel : chaque jeune, scolaire, apprenti ou étudiant, doit pouvoir effectuer un séjour éducatif et de formation dans un autre Etat membre. C'est aussi ainsi que nous transmettrons à tous les jeunes européens ce sens de la civilisation européenne que nous voulons défendre."

"Il faut surtout se donner les moyens budgétaires d’une politique éducative ambitieuse, en garantissant la gratuité et le libre accès à l’université en Europe, et en accordant une allocation d’autonomie à tous les jeunes de 16 à 25 ans pour se former, étudier et travailler un an dans un autre pays européen."

"La mobilité doit être de droit mais pas obligatoire. Nous proposons de multiplier par 10 les bénéficiaires du programme Erasmus+ en y intégrant les filières technologiques et professionnelles, tout en renforçant les moyens consacrés au programme European Voluntary Service. "

"“obligatoire” est toujours un mot inquiétant. Il serait mieux de promouvoir de vrais échanges interculturels (éviter les séjours “Erasmus” où les jeunes n'apprennent pas la langue du pays d'accueil)."

"Chacun devrait être libre de vivre et d'apprendre ailleurs sans obligation. Il faudrait plutôt garantir l'égalité à l'accès au droit d'étudier. Il existe plusieurs barrières à la mobilité à l'intérieur de chaque pays. À titre d'exemple en France la réforme Parcoursup est un frein à la mobilité de chacun."

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

"Une éducation sans frontières est une partie importante d'une forme d’état providence européen pour ne pas laisser une partie de l'Europe en retrait. Cependant, les pirates n'ont pas eu de débat sur une obligation de mobilité, qui demanderait des réflexions économiques et éducatives pour le permettre, mais sont profondément attachés à la liberté de circulation."

Pas d'accord

"Ces choix doivent uniquement relever des Etats et surtout de la liberté individuelle. Des coopérations peuvent bien entendu être développées, Erasmus par exemple s'est développé au départ sans aucun lien avec l'UE. "

"La mobilité ne doit pas être obligatoire mais permise, facilitée et encouragée, notamment par la dotation d'une bourse pour les jeunes qui souhaitent étudier ou travailler dans un autre pays européen, que nous proposons. "

"Il faut encourager la mobilité des jeunes en général, y compris hors d'Europe, mais pourquoi le rendre obligatoire ?"

"Nous sommes favorables à l'augmentation des bourses pour les plus démuni·e·s dans le cadre d’Erasmus + et à la mise en place d’un statut européen du·de la stagiaire avec des droits nouveaux et des débouchés sur l’emploi. La mobilité ne se décrète pas. "

"L'Europe ne doit pas être subie, elle doit être choisie : il revient au système éducatif d'intéresser les jeunes à l'UE pour qu'ils décident par eux-mêmes de la mobilité qui leur convient."

"Tout ce qui est imposé contre la volonté ne fera que créer du ressentiment. Il faut inciter fortement chaque jeune à un service civique européen ou un service militaire européen dans un Etat membre autre que celui dont le jeune est originaire, mais pas l'imposer."

"Certainement pas “obligatoire”."

"L’hypermobilité va à l’encontre de notre objectif de réduction de l’empreinte carbone de tout un chacun. Chacun est libre de choisir l’endroit où il pourra s’épanouir, que ce soit sa commune de naissance ou un pays voisin."

"Il faut au contraire lutter contre le déracinement et le nomadisme, et encourager l'engagement civique des jeunes citoyens au sein de leurs nations respectives."

"Il est tout à fait louable de prendre des mesures pour que les jeunes puissent aller faire des études à l'étranger mais il serait idiot de les restreindre au seul continent européen et il est hors de question de rendre cela obligatoire car bien des jeunes peuvent avoir d'excellentes raisons de ne pas vouloir partir loin de chez eux."

"Pas obligatoire mais offerte sous forme d'une bourse annuelle de 850€."

"Avant d'imposer une mobilité obligatoire, il est essentiel d'avoir une politique commune de l'éducation en termes d'apprentissage de l'égalité hommes/femmes, laïcité, respect de tous les genres et communautés."

"Le caractère obligatoire de ce système va à l'encontre des objectifs de formation. Cette demande émane des multinationales pour exploiter les peuples d'Europe."

"L'Union européenne doit rester un espace de liberté et ne pas se transformer en un totalitarisme qui a pour but de modeler les mentalités en combattant systématiquement les identités nationales. "

"Pourquoi se limiter à une mobilité au sein de l’UE? Le monde est vaste et les récentes années montrent que les étudiants européens sont attirés par des pays comme les États-Unis, l’Australie, le Canada, la Chine etc. À l’UPR nous militons pour un ERASMUS planétaire. Concernant la France, nous voulons en particulier intensifier les échanges avec les pays de la francophonie."

12. Services publics

La mise en concurrence des services publics avec le secteur privé est bénéfique.

D'accord

"Oui si l'ouverture à la concurrence est décidée au cas par cas pour qu'elle ne porte pas atteinte à la qualité et à l'accessibilité du service. "

"La question sur la mise en concurrence des services publics va de pair avec celle sur la mise en place d'une politique industrielle commune. Pas de développement de la compétitivité des entreprises sans mise en concurrence afin d'être les plus compétitifs en interne et au niveau mondial. Ce qui permet une amélioration des services publics. Modification, révision du statut de fonctionnaire."

"si elle est maîtrisée et en respectant les lois."

Indifférent

"Il faut distinguer services non-économiques (justice, police, défense, éducation, santé...) qui sont protégés de toute concurrence par les traités européens, des services économiques (transport aérien, télécommunications) dont la mise en concurrence permet l'amélioration de la qualité et la baisse des prix. Qui aujourd'hui souhaite revenir à un seul opérateur télécom et une seule compagnie aérienne ?"

"Cela dépend des secteurs. La concurrence a été un succès pour la téléphonie et un désastre pour l'électricité, avec une facture en constante hausse car il s'agissait d'un monopole naturel comme les aéroports, les barrages ou les autoroutes. Il faut du pragmatisme et surtout résister aux lobbys qui cherchent à piller les biens publics."

"Proposition PFE 8 – Nous créerons un budget européen qui pourra directement financer des programmes d’investissement dans de nombreux domaines (transports, rail transeuropéen, réseaux d’énergie, santé, recherche, science, technologie…) avec à la clé la création de centaines de milliers d’emplois."

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

"Il est impossible de définir de manière globale si une mise en concurrence est bénéfique ou pas. L'important est le respect du principe d'égalité entre les citoyens, pour le moment rarement respecté en cas de privatisation."

Pas d'accord

"Les services publics ne sont pas faits pour être rentables ou concurrentiels, ils sont là pour rendre un service de qualité à tous et garantir l'égalité sur le territoire et quelques soient les situations personnelles. Cela ne veut pas dire encourager les gaspillages et la mauvaise gestion, bien entendu. Ils doivent rester la prérogatives des Etats et avoir une situation de monopole quand les circonstances l'exigent."

"Nous défendons une vision dans laquelle le secteur public est recentré sur ses activités régaliennes : les règles de concurrence n’ont pas vocation à s’y appliquer (au contraire de certains services non directement régaliens). Le pire en la matière, c’est l’idéologie : on le voit avec la volonté de privatiser nos barrages hydro-électriques, qui sont en situation de monopoles naturels."

"Les services publics ont trait à l'intérêt général et à la souveraineté. Il faut donc en conserver la maîtrise et refuser leur ouverture à la concurrence et la privatisation. En Europe, cela exige d'abroger les paquets ferroviaires et énergie, de permettre le maintien des monopoles publics et de refuser la mise en concurrence. C'est essentiel, par exemple, pour la transition écologique."

"La défense des services publics est une priorité. La mise en concurrence crée des déserts territoriaux, vidés de services publics, mettant en grande difficulté les citoyens qui y vivent. Elle encourage la détérioration des communs plutôt que leur transformation en sources de bonheur collectif. Contre l'idéologie de la concurrence libre et non-faussé qui saccage nos services publics, nous proposons une garantie européenne des services publics."

"Les services publics doivent être préservés et non privatisés. Dans les transports par exemple, il est important que les Etats gardent la main car c'est une condition de la mise en oeuvre de la transition écologique. "

"Tirons les leçons de la mise en concurrence suivie de la privatisation des chemins de fer britanniques : une majorité de Britanniques soutiennent aujourd'hui le retour à un monopole public. "

"Pour les grands services publics, un monopole est souhaitable, et il doit être organisé par les pouvoirs publics. Ensuite, que les acteurs soient publics ou privés n'a que peu d'importance."

"Le bien commun (dont font partie la santé, l'éducation, la sécurité, la défense, la justice…) ne peut pas être privatisé. Certaines activités publiques peuvent être déléguées au privé. Les entreprises privées peuvent être mises en concurrence. Mais il n'est pas bénéfique que le privé vienne concurrencer le public. "

"À 200 %"

"Nous sommes au contraire pour la gratuité des services publics et pour que reviennent partout dans le domaine public des services tels que la production d’eau ou d’énergie, les transports…"

"Les services publics doivent remplir une mission d'intérêt général, et non se plier aux règles de la rentabilité à court terme."

"La soumission des services publics à la logique marchande est délétère. Il faudrait plutôt transformer les services publics en biens communs, les sortir d'une logique bureaucratique et impliquer la population dans leur gestion selon la logique autogestionnaire."

"L'expérience montre hélas que les services publics doivent rester publics. Leur privatisation est une catastrophe pour les usagers, surtout les plus pauvres. La constitution française prévoit que les monopoles naturels doivent rester publics. Il serait temps de la faire respecter !"

"Les biens communs ne doivent pas être mis en concurrence ni même confiés au privé."

"Nous sommes contre tous secteur concurrentiel. La seule préoccupation de l'organisation de la société doit être la réponse aux besoins sociaux et aux aspirations du peuple."

"Pas toujours. On ne peut pas vendre ce qui rapporte et conserver ce qui perd de l'argent. "

"Le service public a d'abord à assurer des missions régaliennes dont il a le monopole. S'il est en concurrence avec le secteur privé, c'est probablement qu'il n'est pas à sa place. Mais c'est de la responsabilité des Etats-membres, qui doivent rester souverains. "

"Elle n'est pas bénéfique et la politique européenne d'ouverture systématique à la concurrence a fait beaucoup de dégâts. Elle a globalement affaibli les services publics (transport, énergie etc). Nous sommes opposés à une nouvelle étape de libéralisation telle que la remise en concurrence des barrages hydrauliques. "

"La mise en concurrence des services publics est généralement la première étape menant à une future privatisation. Or, lorsqu’il s’agit de grands réseaux ou de projets à long terme (électricité, gaz, réseaux routiers, aéroports, hôpitaux etc.) la privatisation, qui ajoute des problématiques de rentabilité afin de rémunérer des actionnaires, est totalement inefficace. La qualité du service baisse et les prix flambent."

13. PAC

La PAC (Politique Agricole Commune) doit favoriser uniquement l’agriculture biologique

D'accord

"Bien sûr ! Il faut développer l’agriculture écologique et paysanne grâce à des transferts massifs des subventions de la PAC vers les petites exploitations et l’agriculture bio, en plafonnant les aides pour les grosses exploitations, et en renforçant les aides à la conversion vers l’agriculture bio. La vigilance est aussi de mise sur les risques d'une industrialisation dommageable de la filière bio."

"La PAC actuelle encourage une agriculture productiviste, destructrice de l'environnement, ne permettant pas de garantir des revenus décents aux agriculteurs et encourage la production pour le seul export. La PAAC que nous proposons encourage la transition vers une agriculture biologique, locale, respectueuse de l'environnement et de la santé, tout en garantissant des revenus décents pour ses travailleurs."

"La PAC doit, à long terme, permettre la transition de l’agriculture européenne vers une agriculture biologique. Tout type d'agriculture respectueux de l'environnement doit ainsi être encouragé, notamment les formes nouvelles de production telles que la permaculture."

Pas d'informations disponibles

"Oui mais elle doit favoriser l’Agriculture Bio ancrée dans les territoires et à taille humaine. L’agriculture bio doit être un choix fait non par appât du gain mais par souci de préserver l’environnement et d’offrir aux consommateurs des produits de qualité à travers des circuits courts."

"Ce serait un premier pas mais nous ne croyons absolument pas possible que l'UE le fasse. Il est temps de mettre en œuvre une politique agricole française efficace, respectueuse de l'environnement, avec des objectifs clairs."

"en tenant compte par ailleurs d'autres critères que la taille des exploitations."

"Si nous voulions convertir toutes les terres agricoles du monde à l'agriculture biologique, nous aurions besoin d'environ 50% de plus de terres agricoles que nous en avons aujourd'hui. le monde aurait besoin de 5 à 6 milliards de têtes de bétail de plus pour produire suffisamment de fumier pour fertiliser les terres agricoles. Il n'y a, selon les estimations, que 1,3 milliard de bovins sur la planète aujourd'hui. "

"Avec un bémol. Tout ceci ne peut pas se décréter en un jour. Il faut aider et accompagner nos agriculteurs à revenir à des cultures de qualité et qui, en France, valorise nos terroirs."

"Oui, nous défendons une nouvelle Politique Agroécologique Commune 100% bio à partir de 2021, programmant la fin des aides publiques à l’agriculture industrielle chimique et la conversion intégrale à l’agro-écologie en trois ans. Ainsi la totalité des aides agricoles permettront aux paysans de vivre dignement, en produisant une alimentation de qualité, toute en préservant la biodiversité et les paysages."

"Nous sommes pour le retour à une agriculture à taille humaine et tournée vers le biologique (à condition que tous les critères soient bien définis). Néanmoins, il faut savoir que les traités européens (qui se changent à l’unanimité) l’empêchent et au contraire, imposent une agriculture ultra productiviste qui met en concurrence nos agriculteurs avec d’autres qui n’ont pas les mêmes contraintes. "

"priorité pour la PAC. "

Indifférent

"Nous sommes favorables à un verdissement massif des aides de la PAC (conditionnalité des aides, eco-scheme, aides aux surfaces bio etc.). Cependant, il faut préserver les autres domaines d'application de la PAC : le soutien aux revenus des agriculteurs, le développement du tourisme rural, les aides à l'installation, à la modernisation des équipements etc."

"La PAC doit permettre une “agriculture durable”, donc éviter l'importation massive d'aliments pour le bétail, et la course à la productivité par les engrais et les pesticides. Il faut une augmentation des prix payés aux producteurs."

"Proposition PFE 23 – Les Fédéralistes réorienteront la Politique Agricole Commune en faveur des petites et moyennes exploitations agricoles tout en luttant contre la concurrence intra-européenne par les coûts salariaux."

"La politique agricole et le développement de l'agriculture biologique doit relever de la souveraineté exclusive des états membres."

"Il faut revoir les paramètres de l'agriculture biologique."

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

Pas d'accord

"La PAC doit favoriser l'agriculture paysanne et le localisme, c'est un garant de la bonne qualité et de la sécurité des produits que nous consommons. Bien entendu le bio doit y avoir une très large part. "

"Favoriser l’agriculture bio est positif mais se limiter à ne subventionner que le bio condamnerait de fait les agriculteurs qui n’en produisent pas, pour lesquels les subventions PAC sont malheureusement déterminantes. La Commission projette une baisse du budget de la PAC de 15%, nous nous opposerons à toute baisse de ce budget européen pour notre agriculture française."

"Nous proposons que 70 % de la PAC soit consacrés à des mesures de soutien agro-environnementale. A terme, il faut viser une agriculture entièrement sans produits phytopharmaceutiques, et, plus généralement, correspondant aux critères de l'agriculture biologique."

"La PAC doit encourager les bonnes pratiques et favoriser agriculture vraiment biologique mais aussi soutenir les efforts anciens des agriculteurs français qui ont mis en place des pratiques raisonnées d'excellence."

"La refonte totale de la PAC que nous défendons implique d'assurer des revenus décents aux agriculteurs, de relocaliser les productions, d'harmoniser les normes environnementales vers le haut et de garantir la souveraineté et la sécurité alimentaire. "

"La PAC doit être utilisée comme un outil pour accélérer la transition vers le bio, sans mettre en péril son objectif premier qui reste l'autosuffisance alimentaire des Européens. "

"Nous sommes contre la PAC. Accord dominé par les multinationales européenne qui a des conséquences terribles pour l'agriculture française, les agriculteurs. L'agriculture est soumise aux mêmes critères que n'importe quelle industrie. Quels dégâts!!"

"La PAC doit favoriser un changement progressif de modèle."

"Le rôle des subventions dans la politique agricole européenne doit changer et se concentrer sur davantage de diversité et d’égalité. Elles doivent être accordées selon les principes d’une écologie durable."

14. Politique industrielle

Il faut mettre en place une politique industrielle européenne commune.

D'accord

"Si nous voulons peser dans le monde de demain et renforcer notre indépendance technologique, il est impératif d'avoir une politique industrielle commune. C'est ce que nous proposons avec la mise en place d’un plan de soutien à l'industrie massif, dénommé Made in Europe 2024."

"Cela dépend naturellement des domaines. Il faut mettre en place de grandes coopérations inter-étatiques sur des projets définis de manière à peser dans le jeu mondial. Les exemples d'Airbus et d'Ariane sont des cas d'école. Mais cela ne doit pas se faire en détriment des entreprises françaises, et donc de nos emplois comme c'est le cas actuellement. "

"C'est le Plan "Made in Europe 2025" que nous proposons. Face aux Américains ou à la Chine qui n'hésitent pas à défendre leurs intérêts, nous proposons de donner la préférence à nos entreprises et nos emplois, de cesser la naïveté en matière commerciale, et de flexibiliser la politique de concurrence européenne dans les domaines où la concurrence est mondiale pour créer de véritables champions industriels européens. "

"Oui ! Mais il faut s’en donner les moyens et commencer déjà par protéger les industries stratégiques contre le pillage par la finance (acier, énergie, numérique, télécom, transport, spatial, etc.), il faut également sortir du dogme de la concurrence et permettre les aides d’états aux secteurs stratégiques sans blocage de la Commission. "

"Nous voulons mener une politique d’industrialisation et d’emplois écologiques qui passe par : rénovation thermique, économie circulaire, énergies renouvelables…Face aux géants chinois ou américains, nous soutenons le développement de « champions européens » et de structures publiques. Nous voulons garantir notre indépendance industrielle et technologique, recréer un tissu d'emplois industriels non-délocalisables."

"Oui, notamment pour ne pas dépendre des industries américaines, chinoises, etc., et parce que l'industrie européenne doit effectuer une nécessaire transition écologique, qui doit être réalisée au niveau européen pour éviter les distorsions de concurrences entre pays de l'UE."

"Cette formule ne veut pas dire grand-chose. On ne fera rien à 28 pays membres sur l'industrie. Il faut protéger le marché commun de la concurrence mondiale déloyale avec une taxe sur le carbone. Ensuite il faut coopérer à quelques pays volontaires pour porter de beaux projets sur le numérique, la voiture propre, l'énergie d'avenir, etc."

"Cette politique industrielle doit être fondée sur les services publics et sur le développement de coopérations industrielles utiles socialement et écologiquement : par exemple en construisant un Airbus du bus pour permettre la transition des transports urbains collectifs vers l'électrique."

"Proposition PFE 6 – Nous voulons faire des entreprises européennes des champions industriels, compétitifs et bien placés sur les marchés mondiaux. Cette démarche sera conduite en accordant une attention toute particulière aux intérêts du consommateur européen, notamment en termes de qualité et de prix tout en favorisant la protection environnementale, l’éducation et les nouvelles technologies."

"Pour faire face au monde globalisé et rivaliser avec les géants chinois ou américains, il est nécessaire de permettre l'émergence d'une économie européenne forte. Allons Enfants propose de créer des campus d'innovation regroupant des acteurs publics et privés de différents pays européens autour des technologies d'avenir."

"Un fond souverain européen de relocalisation doit permettre de prendre des parts significatives dans des entreprises stratégiques pour l’économie européenne, afin de les ancrer dans les territoires et d’éviter leur délocalisation. Ce fond œuvrera aussi à la relocalisation en Europe d’activités aujourd’hui délocalisées dans des pays tiers. Secteurs de politique commune : ferroviaire, intelligence artificielle, spatial."

"Oui en ce qui concerne les droits des travailleurs et l’interdiction de l'industrialisation toxique."

Pas d'informations disponibles

"Une politique industrielle commune équivaut pour à VOIX ÉGALES à avoir des entreprises dirigées à égalité par les femmes et les hommes."

"Oui et pour cela arrêter les directives qui cassent les rapprochements industriels dans l'Europe en nous affaiblissant face aux industries US et mondiales qui peuvent se muscler."

"La politique industrielle européenne est inexistante. Elle est urgente, notamment en matière de filières d’énergies renouvelables, d'écoconception, d'économie circulaire."

"ça permet de mettre en place des conditions propices à la compétitivité des entreprises."

Indifférent

"La réponse serait “oui”, mais il ne faut pas que la politique industrielle commune de l'UE nuise à l'existence de politique industrielle des Etats ou des collectivités locales. De plus, il faut que cette politique industrielle soit “durable”, avec des normes contraignantes, et éventuellement des taxes ou des contrôles sur les importations pour un équilibre de concurrence."

"sous contrainte que chaque Etat la valide."

"Le Parti Pirate n'a pas pris position sur cette question, cependant nous soutiendrons tout effort visant à accroître la flexibilité des fonds structurels afin qu’il puisse réagir rapidement aux développements récents de l’économie ou à la situation en matière de sécurité. "

Pas d'accord

Pas d'informations disponibles

"A nos yeux, la production (quand elle s’avère nécessaire…) doit être relocalisée au niveau de biorégions aux besoins desquelles elle subviendra en fonction de l’environnement et des ressources locales => Pas de possibilité d’harmonisation à grande échelle."

"Les orientations économiques et la politique industrielle doivent relever de la souveraineté exclusive des états membres."

"Toutes les politiques communes ont conduit à la ruine du secteur concerné en France. Il faut une politique industrielle française, protégeant notre industrie de la concurrence allemande et de la concurrence déloyale des pays de l'Est. Toute tentative de politique commune aggravera les inégalités et les déséquilibres."

"Dans l'Europe actuelle, c'est la concurrence qui prévaut. Nous proposons des coopérations mutuellement avantageuses débarrassées de toute domination des multinationales, dans la paix et le respect des droits nationaux."

"Non, s'il s'agit d'une politique industrielle commune imposée par le pouvoir technocratique que constitue la Commission (qui n'est responsable devant aucun corps électoral). En revanche, il est souhaitable que les Etats-membres coopèrent pas des politiques définies entre eux (et pas forcément avec tous les membres systématiquement) : cela a été le cas du charbon, de l'acier et maintenant d'AIRBUS..."

"Il est illusoire de penser pouvoir mettre en place une politique industrielle commune à tous les États membres car ceux-ci ont des intérêts divergents selon les secteurs. Cependant, nous sommes persuadés que les coopérations internationales, ne s’arrêtant à aucun périmètre géographique mais selon les intérêts de chacun, sont bien plus efficaces et représentent l’avenir au troisième millénaire. "

15. Armée européenne

L'Union européenne doit mettre en place une armée européenne commune.

D'accord

"Nous devons avancer vers l'armée européenne. Chaque pays doit conserver son armée et sa capacité à lancer des opérations militaires. Mais nous devons progresser vers une capacité d’intervention commune : clause de défense mutuelle rendue opérationnelle, augmentation des dépenses militaires, Conseil de sécurité européen associant le Royaume-Uni pour préparer nos décisions collectives."

"Nous proposons de créer une armée commune et indépendante de l'OTAN, tournée vers des missions de paix, en commençant par la coordination interarmées, puis la construction d'un corps permanent pour des opérations de prévention des conflits, de maintien de la paix ou de défense des écosystèmes. Cette armée doit être sous contrôle du Parlement européen, et au service des droits fondamentaux, humains et environnementaux."

"Proposition PFE 57 – Nous créerons une armée unique avec un commandement centralisé qui jouera un rôle central au sein de l’OTAN. Nous augmenterons l’interopérabilité des différents corps. Nous favoriserons la recherche et le développement en nous appuyant sur l’expertise que chaque État et réduirons ainsi les coûts de la politique de défense et des budgets militaires."

"L'UE doit pouvoir se mobiliser au-delà de ses frontières dans des conflits présentant des enjeux humanitaires graves ou menaçant les intérêts d'un ou plusieurs Etats membres. Avoir une force commune d'intervention donnerait plus de poids à l'UE sur la scène internationale et en ferait une véritable puissance diplomatique."

"Il faut commencer immédiatement par une cyberarmée puis avancer vers une armée européenne d'ici 2050 en adoptant un calendrier de rapprochement de nos armées. Dès aujourd'hui, mutualisation complète de l'innovation, la R&D et la production pour réaliser des économies d'échelle, mutualisation des gros équipements de défense (comme les sous-marins), mutualiser les moyens de formation..."

"Absolument d’accord. L’Union européenne doit opérer son retour dans l’histoire et prendre son destin en main."

"Oui pour la sortie de l'OTAN."

"A condition qu'il y ait en parallèle une politique européenne commune de défense et une industrie européenne d'armement."

"Pour la France, une telle armée n'a de sens que si elle garantie l'indépendance stratégique de l'Union Européenne, et si elle est au service d'une diplomatie cohérente, notamment face aux risques pour la sécurité liés aux conflits environnementaux. "

"Les Pirates soutiennent l’idée d’une force commune pour protéger les Nations de l’Union européenne. Toutes forces armées européennes communes (existantes ou nouvellement créées) doivent être placées sous la supervision et/ou le contrôle du Parlement européen au travers d’un droit de réserve parlementaire."

Pas d'informations disponibles

Indifférent

"Une armée composée de troupes parlant des langues différentes est peu efficace (voir l'armée austro-hongroise pendant la première guerre mondiale). Il faudrait d'abord développer une langue commune équitable (langue internationale espéranto, par exemple)."

"c’est aux citoyens de prendre de telles décisions."

Pas d'accord

"La Défense est le domaine de souveraineté des Nations par excellence. La coopération entre Nations doit être renforcée, notamment pour acquérir davantage d'indépendance par rapport à l'OTAN, mais chaque Etat doit rester maître de son outil de Défense et défendre ses propres intérêts, souvent divergents de ceux de ses voisins. "

"Une armée européenne n’aurait aucun sens pratique, c’est une utopie fédéraliste absurde au regard des différentes règles d’engagements, des capacités des différents pays, et de la nature même des armées nationales. En revanche, les coopérations entre les Etats doivent être renforcées sur le plan de l’industrie de défense et sur le plan de la solidarité budgétaire concernant les opérations extérieures."

"La défense et l'armée n'ont leur place que dans le cadre de la souveraineté populaire. Celle-ci n'existe pas au niveau européen. Ce projet ne répond à aucune menace militaire réelle et immédiate pesant sur l'Union européenne. Nous refusons l’Europe de la défense, à plus forte raison soumise à l’OTAN et aux ingérences des Etats-Unis. "

"Une armée européenne n'est pas à l'ordre du jour du fait de l'absence d'une pensée stratégique commune et de la faible interopérabilité des corps d'armées nationaux. En revanche, il faut approfondir la coopération interétatique vers des missions civiles et militaires européennes mieux dotées."

"C'est une illusion dangereuse. Imagine-t-on des Français mourir pour une guerre que la France n'aurait pas voulu ? Au contraire, imagine-t-on la France ne pas pouvoir s'engager dans un conflit que nous estimons nécessaire parce que des voisins européens le refusent ? Les nations européennes doivent coopérer pour développer du matériel militaire en commun mais chacun doit rester maître de son destin."

"Les Etats membres de l'UE, au lieu d'être liés à l'OTAN, doivent travailler à la constitution d'un espace commun de paix, de coopération et de sécurité collective, par la réunion d'une conférence pan-européenne de coopération sur le modèle de la conférence d'Helsinki de 1979."

"Pas d’armée commune ne signifie pas que nous soyons favorables à une Défense Nationale bénéficiant des budgets astronomiques actuels "

"Les politiques de défense sont des prérogatives régaliennes exclusives des états membres. Il faut émanciper l'Europe de la tutelle américaine en suspendant la participation de la France à l'OTAN, et accroître le budget de l'armée française en sanctuarisant constitutionnellement le maintien en condition opérationnelle de notre force de dissuasion nucléaire."

"Il ne faut surtout pas laisser à l'Union européenne la possibilité de diriger une armée. Les capacités militaires de la France seraient exploitées pour défendre d'autres intérêts que ceux des Français et, un jour, pour contraindre un peuple européen rebelle à se soumettre."

"Une armée européenne est souhaitable en terme d'équilibre des forces au niveau international. Elle nous paraît nécessaire en terme de cohérence et de cohésion entre les différents Etats membres pour organiser leur défense et assurer la stabilité entre eux (vs tendance nationaliste)."

"Les nations doivent être libres et indépendantes. Nous sommes contre tout pacte et accord supranational. "

"La France doit sortir de l'OTAN car elle est membre du conseil de sécurité et bénéficie de la dissuasion nucléaire. L'épisode de l'Irak avec la position de J Chirac est une illustration. Comment aurions-nous fait si nous avions été englobés dans une armée européenne à cette époque ?"

"L'Union européenne n'est pas un Etat fédéral. Les Etats-membres ont des intérêts parfois divergents et on ne peut pas demander à des soldats d'aller mourir pour des intérêts qui leur sont totalement étrangers."

"L’indépendance de la France en matière diplomatique et militaire est une priorité pour nous. Nous sommes actuellement inféodé à l’OTAN, dirigée depuis Washington, qui nous entraîne vers des guerres illégales (Libye, Syrie etc.) au regard du droit international. La France a un rôle d’équilibre à jouer entre l’occident et les puissances émergentes pour le maintien de la paix mondiale."

16. PMA

L’UE doit encourager la légalisation de la PMA (Procréation Médicalement Assistée) pour les couples homosexuels dans tous ses États Membres.

D'accord

"Nos candidats sont en faveur de la PMA pour tous. Cependant, l'Europe n'est pas compétente en la matière."

"Il faut que l’UE permette la reconnaissance mutuelle des droits des familles pour aller vers l’égalité des droits pour les couples, pour la PMA, l’adoption, et l’homoparentalité."

"L'UE ne peut pas contraindre ses Etats membres à le faire. Comme dit plus haut, nous voulons à terme que l'UE se dote d'un véritable socle de droits fondamentaux, pleinement contraignant, dont elle garantirait la protection. Ce socle serait l'occasion d'avancées sociétales, notamment en matière de droits reproductifs. En attendant, elle peut d'ores et déjà agir contre les discriminations."

"Tous les couples et toutes les familles doivent avoir accès aux droits les plus protecteurs dans l'UE."

"Nous défendons le principe de l'alignement des droits sur la personne LGBTIQ+ la plus favorisée."

"Si des marges de souveraineté doivent subsister et permettre aux Etats de faire eux-mêmes certains choix sociétaux, il revient à l'UE d'orienter ces décisions dans la direction de la liberté, de la tolérance et du respect des orientations sexuelles de chaque individu. "

"Tout à fait."

"A partir du moment où la PMA représente entre 1 à 6% des naissances annuelles dans les pays européens, certainement. Nous ne voyons pas ici pourquoi la question pointe ici les couples homosexuels, ce qui ne fait qu'uniquement marginaliser un groupe de citoyens. PMA pour tous indifféremment de l'orientation sexuelle"

"La situation est très variable d’un pays à l’autre et les pays les plus favorables autorisent la PMA pour les couples de femmes et les femmes seules. La PMA ne doit pas être confondue avec la GPA. "

"La PMA étant autorisé pour les couples hétérosexuels, le Parti Pirate ne voit aucune raison de ne pas légaliser celle-ci pour les couples homosexuels, son interdiction est infondée et repose sur une inégalité."

Pas d'informations disponibles

Indifférent

"Chaque nation est libre. Tout ingérence étrangère dans les affaires intérieures d'un pays finit toujours mal, surtout avec des bons sentiments, il serait temps de s'en rendre compte."

Pas d'informations disponibles

"L'exigence est la non-discrimination. Si la PMA est autorisée pour les couples hétérosexuels, elle doit être autorisée pour les couples homosexuels. Si elle est interdite pour les couples hétérosexuels, elle peut être interdite pour les couples homosexuels."

Pas d'informations disponibles

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

Pas d'accord

"Cela relève de la seule souveraineté des Etats. Par ailleurs, la PMA doit être réservée qu'aux seuls couples infertiles, aller plus loin ouvrirait une boite de Pandore qui finirait pas aboutir immanquablement à la GPA et à la marchandisation du corps. "

"Ce sujet relève de la compétence nationale, en respect du principe de subsidiarité. "

"« Il est crucial d’éviter toute banalisation. Certes, la médecine doit progresser, mais la fin ne justifie pas les moyens.... » Jean-François Mattéi."

Pas d'informations disponibles

"La PMA est un acharnement thérapeutique que nous n’encourageons pas. Privilégier l’adoption pour tous les couples, de même sexe ou non. "

"Il faut interdire la PMA pour les couples homosexuels et faire prévaloir les droits de l'enfant, et non le droit à l'enfant. "

"C'est à chaque peuple de décider ce qu'il souhaite dans ce domaine comme dans les autres."

"La France doit apporter sa propre réponse à cette question, les états européens sont libres de décider. "

"Les états doivent mettre en place des référendums pays par pays pour approuver ce principe. Nous n'avons pas à imposer."

"Cette décision est du ressort des Etats-membres."

"La légalisation de la PMA est un sujet de société dont l’UE n’a aucune raison de se mêler. Chaque peuple doit être libre de légiférer ou non sur ce sujet selon ses propres désirs et évolutions sociétales."

17. GAFA et bénéfices

Il faut contraindre les grandes multinationales (dont les GAFA - Google, Amazon, Facebook, Apple) à payer leur impôts dans les États où elles réalisent leurs bénéfices.

D'accord

"Nous taxerons les géants du numériques comme nous le faisons en France, notamment en mettant un terme à la règle de l'unanimité pour les questions fiscales. Nous nous servirons également d'un mécanisme de "name and shame" en obligeant ces géants à déclarer où ils génèrent leurs revenus et où ils paient leurs impôts."

"C'est une évidence, ces firmes ne doivent pas être au dessus des lois. "

"L'inéquité fiscale ne peut plus durer. Nous défendons une taxe sur les géants extra-européens du numérique qui doit nous servir non pas à remplir les caisses de l’Etat comme le veut le gouvernement mais à baisser les impôts des Français. "

"Pour cela la taxe Macron/Moscovici est insuffisante. Il faut obliger les multinationales à déclarer publiquement leurs chiffres d’affaires et les impôts effectivement payés par pays, afin de pouvoir taxer les profits là où ils sont réalisés. Cela implique aussi de revenir sur la directive Mère-Fille qui facilite l’évasion fiscale. "

"Nous voulons substituer au modèle des GAFAM une économie numérique guidée par les principes de partage et de collaboration. Nous voulons taxer les GAFAM, appliquer les lois anti-trust, rendre obligatoire un reporting pays par pays de leurs activités réelles et adopter l'ACCIS, un taux commun minimum de l'impôt sur les sociétés, pour les empêcher d'éviter l'impôt."

"Les GAFAM doivent être autant redevables de l'impôt que les PME par exemple : pour éviter que ces entreprises puissent arbitrer entre différents pays de l'UE il faut harmoniser la fiscalité des entreprises au sein de l'UE. Nous proposons un impôt sur les sociétés avec une assiette commune et un taux commun de 20 %. "

"Debout la France a mis en 2ème position Stéphanie Gibaud, lanceuse d'alerte sur le dossier UBS pour être sûr d'envoyer au Parlement une députée courageuse qui se battra contre les fraudes. Nicolas Dupont Aignan a lui-même été élu député de l'année pour son combat contre la fraude fiscale. Il faut naturellement imposer les GAFA sur leur chiffre d'affaires dans chaque pays."

"Plus largement, nous sommes favorables à l'instauration d'une imposition à la source pour les entreprises, afin de lutter contre l'évasion et l'optimisation fiscales, ainsi qu'à l'instauration d'un taux minimal d'imposition pour les multinationales fixé à au moins 20% des bénéfices (contre 9% actuellement)."

"Le problème est l'évaluation des bénéfices. Dans la mesure où les “coûts de production” sont faibles, la taxation sur le chiffre d'affaires peut être une bonne solution."

"Proposition PFE 33 – Les Fédéralistes feront en sorte que l’Europe dispose de ressources fiscales propres. Nous mettrons en place une taxe sur les transactions financières et dans le champ environnemental. Certains impôts nationaux seront remplacés par des impôts européens comme la TVA européenne ou une taxe sur les sociétés opérant à l’échelle de l’UE."

"La lutte contre l'optimisation et l'évasion fiscales au niveau européen doit être une priorité pour assurer que les entreprises du numérique étrangères, qui bénéficient du marché européen, contribuent par l'impôt au financement des services publics au même titre que les entreprises européennes."

Pas d'informations disponibles

"Tout ce qui peut contraindre les GAFAM doit être mis en place afin que cesse l’hégémonie dont ils disposent en toute impunité."

"Les entreprises doivent être soumises aux règles fiscales des pays dans lesquels elles exercent leurs activités et réalisent leur chiffre d'affaire."

"Il faudrait établir un ISF européen avec un impôt à 70% pour les grandes multinationales."

"L'évasion fiscale légale est un des nombreux inconvénients de l'Union européenne. On ne peut absolument pas compter sur elle pour y mettre fin car le système, qui désavantage la France, profite à certains des Etats membres. Le seul moyen de taxer efficacement les grandes entreprises, dont les GAFA, c'est de quitter l'Union européenne."

Pas d'informations disponibles

"C'est une évidence. Tout citoyen est imposable sur l'ensemble des revenus dans son pays de résidence, il est surprenant qu'il n'en soit pas de même pour les groupes internationaux qu'ils soient GAFA ou autres."

"Bon sens de la justice fiscale. Et dans ce contexte pas qu'eux : tous les groupes internationaux implantés en Europe et qui bénéficient de ses marchés. "

"Il est évident que les multinationales “optimisent” de manière abusive leurs impôts. Là aussi, il est judicieux de traiter ces sujets au niveau de l'Union européenne, où le rapport de force est plus favorable, plutôt que séparément au niveau de chaque Etat."

"La reconquête de la souveraineté numérique passe en effet par l’impôt, à travers une fiscalisation effective des bénéfices réalisés sur le territoire européen. Cette fiscalité ne doit pas être inférieure à celle payée par les entreprises pour n'importe quel type d'activité. Par ailleurs, l’impact écologique de ces activités n’étant pas négligeable, elles doivent également être mises à contribution dans le cadre d’une fiscalité écologique."

"Cependant, pour que cette contrainte soit possible, il faudrait un rétablissement du contrôle des mouvements de capitaux. Or, selon l’article 63 du TFUE, cela est impossible. Il faudrait l’unanimité des États membres et des ratifications nationales pour obtenir un changement de cet article central de la construction européenne. C’est une illusion de penser possible cette contrainte dans le cadre de l’UE. "

"Les Pirates soutient la mise en place d'une ACCIS (assiette commune consolidée pour l’impôt sur les sociétés), qui calcule la taxation d'une entité multinationale dans chaque pays de l'UE sur la base des ventes, du capital et du travail dans chacun des pays respectifs. Cela éliminera les disparités entre les systèmes nationaux, les régimes préférentiels et les décisions fiscales cachées, exploitées par les fraudeurs. "

"C'est une évidence."

Indifférent

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

Pas d'accord

"Les entreprises qui exercent des activités dans plusieurs Etats membres doivent payer un impôt sur les sociétés européanisé (taux et assiette uniques) qui alimentera directement le budget de la République européenne en tant que ressource propre."

"Encore une fois, ce n'est pas parce que les GAFA vont payer leurs impôts dans les pays où ils sont implantés que la situation des nations va changer. Les budgets des états sont construits en fonction des demandes des multinationales."

18. OGM

Il faut autoriser la culture d’organismes génétiquement modifiés (OGM) au sein de l’Union européenne.

D'accord

"La règle de base “pas de brevetabilité du vivant” doit être strictement appliqué mais les OGM pourraient être autorisés s'ils respectent à la fois les principes de non brevetabilité et qu'ils ont été étudié de manière neutre et transparente. "

Indifférent

"La question ici est plutôt la suivante : voulons-nous importer des produits cultivés avec des OGM qu’on aura interdits en France ? A force de vouloir laver plus blanc que blanc, notre agriculture est mise à mal par une concurrence déloyale au sein même du marché européen. Le sujet essentiel est de trouver des alternatives viables et compétitives pour assurer notre sécurité alimentaire."

"Le problème n'est pas tant que les organismes soient génétiquement modifiés, mais qu'il y a des problèmes juridiques de propriété des gènes, et de pollution génétique. ==> éviter la culture d'OGM tant que ces problèmes ne sont pas résolus, à la suite de débats démocratiques."

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

Pas d'accord

"Aujourd'hui, les OGM sont un enjeu écologique, de santé publique et de souverainté (70% du bétail européen est nourri par des OGM importés de l'exterieur de l'Europe). C'est pourquoi, nous souhaitons mettre en place un plan européen pour les protéines animales afin de parvenir rapidement à l'objectif de 0 bête nourrie aux OGM."

"Il faut respecter le principe de précaution et laisser la nature en paix. "

"Les OGM véhiculent des risques pour la santé, la biodiversité et l'agriculture paysanne durable. Il faut interdire la culture et l’importation d’OGM, y compris d'OGM cachés. Si l’UE ne prend pas ces mesures, chaque Etat doit pouvoir les appliquer unilatéralement, y compris vis-à-vis des importations en provenance d’autres pays de l’UE."

"Nous voulons l'interdiction totale des OGM en Europe, y compris les nouveaux. Nous proposons que la PAC devienne une PA et Alimentaire Commune et intègre l'objectif d'une agriculture 100% bio et locale, sans pesticides ni OGM : les européens ont droit à une alimentation saine, loin des scandales alimentaires,accessible et de proximité. Elle permettrait enfin aux agriculteurs de vivre correctement de leur travail."

"Le principe de précaution doit prévaloir. Le risque d'interfécondité avec les plantes sauvages génétiquement proches est très élevé et peut favoriser l'apparition de résistances venant s'ajouter à celles causées par les pressions de sélection causées par l'Homme - parfois déjà problématiques. Les principes d'agro-écologie que nous défendons sont opposés à ceux d'une agriculture qui mise tout sur la biotechnologie. "

"Chaque pays doit être libre d'autoriser ou d'interdire la culture d'OGM mais aussi l'importation de produits faits à base d'OGM.Pour la France, tout cela doit être interdit, y compris les importations de saumon OGM autorisé par le CETA avec le Canada."

"Il faut harmoniser les normes environnementales vers le haut, avec le refus du recours aux OGM, un abandon programmé des substances qui nuisent à la santé et à l’environnement et une stricte égalité des conditions d’interdiction des produits phytosanitaires."

"Proposition PFE 24 – Nous développerons une agriculture plus respectueuse de l’environnement et nous intensifierons les contrôles sanitaires."

"Les risques sur la santé humaine liés aux OGM justifient de les interdire au profit d'une agriculture saine pour l’environnement et la santé."

"Opposition par principe de précaution. "

Pas d'informations disponibles

"Il faut au contraire revenir à une agriculture paysanne et pourvoir aux besoins alimentaires des pays par le développement de la permaculture, de l’agroforesterie et de toutes les méthodes qui permettent de produire plus sans aucune utilisation d’intrants."

"Il faut mettre en place immédiatement un moratoire sur la culture des OGM et ordonner des études indépendantes pour établir ou écarter la nocivité des OGM pour l'être humain et l'environnement."

Pas d'informations disponibles

"Les OGM posent plusieurs problèmes : on connaît mal leurs effets à long terme, ils appartiennent à des sociétés privées, souvent américaines, et placent donc leurs utilisateurs dans une dépendance malsaine vis-à-vis de ces sociétés, ils contribuent au développement d'un modèle ultra-productiviste avec large usage de pesticides qui détruit l'environnement et la biodiversité."

"Ni culture ni importation."

"L'OMS (organisation mondiale de la santé) considère que les aliments avec OGM présentent les mêmes risques pour la santé que les aliments classiques. L'OMS qui dépend de l'ONU dont les membres ont élu comme membre de l'organisation des droits de la femme l'Arabie Saoudite. On peut légitimement douter des conclusions de l'OMS sur les OGM."

"La France doit apporter sa propre réponse à cette question, les états européens sont libres de décider. La recherche fondamentale est à l'abandon en France, elle dépend aujourd'hui du privé dont on connait le but."

"Contraire à nos réglementations européennes."

"A ce stade de nos connaissances, le principe de précaution conduit naturellement à limiter les interventions de l'homme dans la nature. C'est cela “sauver la planète” : empêcher l'homme de jouer à l'apprenti-sorcier. "

"Il ne faut pas ouvrir la porte aux cultures OGM, et interdire leur importation actuellement massive. Nous demandons une application réelle et stricte du principe de précaution et de prévention : plus aucune autorisation ne peut être délivrée sur la base d’études scientifiques corrompues financées par les industriels. Nous exigeons ainsi une augmentation des moyens alloués à la recherche scientifique indépendante."

"Beaucoup d’études semblent indiquer que les OGM sont un risque pour la santé des consommateurs. Nous sommes démocrates et par conséquent estimons que chaque peuple doit librement choisir d’autoriser ou non la culture d’OGM. Ce n’est en aucun cas aux instances de l’UE, fortement influencées par les lobbies, d’autoriser ou non cette culture. "

"Les risques sur la santé des OGM : possible apparition dans l'organisme humain de bactéries devenues résistantes aux antibiotiques. "

19. Elections du Parlement européen

Lors des élections du Parlement européen, les citoyens européens doivent pouvoir voter pour un parti ou un candidat d'un autre État membre.

D'accord

"Absolument. Nous sommes favorables aux listes transnationales pour que les européens puissent voter avant tout pour une vision de l'Europe, quelle que soit la nationalité des candidats qui la portent."

"La mise en œuvre des listes transnationales permettrait d'aborder les élections européennes hors du seul cadre national et de donner corps à une politique réellement européenne."

"A terme, il faut surtout des listes communes à tous les pays. "

"Oui pour le principe, mais la réalisation est très difficile 1) à cause des langues différentes et 2) à cause des systèmes de vote différents."

"Proposition PFE 54 – Nous créerons un gouvernement européen dirigé par un président élu au suffrage universel et responsable devant un Parlement bicaméral. Une chambre représentera les citoyens européens l’autre représentera les Etats membres. Le Parlement européen aura le droit d’initiative en matière législative."

"A terme, le vote européen doit dépasser les clivages nationaux mais cela ne sera rendu possible que par la constitution de listes pan-européennes transcendant les frontières"

"Oui les décroissants de l’Europe entière doivent pouvoir se réunir pour faire entendre leur voix."

Pas d'informations disponibles

"Il faut arriver le plus rapidement possible à des listes transnationales pour créer une démocratie européenne et un sentiment plus fort d'appartenance à l'Europe."

"Cela pourrait être rendu possible par la mise en place de listes transnationales et renforcerai la dimension européenne du scrutin."

"Le Parti Pirate est favorable à la mise en place de liste transnationale pour les élections européennes. "

Pas d'informations disponibles

Indifférent

"Il est essentiel de ne pas couper les élections européennes de l'ensemble des élections nationales (parlementaires comme municipales), car les enjeux européens sont présents dans toutes les élections."

"c’est aux citoyens de fixer de telles questions."

Pas d'accord

"C'est brouiller encore un peu plus la légitimité démocratique des institutions européennes. La souveraineté appartient au peuple de chaque Etat, c'est en France un principe constitutionnel. "

"Nous sommes contre les listes transnationales qu'a tenté d'imposer Emmanuel Macron, sans succès. L'Europe, c'est un continent d'Etats nations dans lesquels les citoyens élisent leurs représentants nationaux et territoriaux pour qu’ils portent leurs voix au plan européen."

"Qu'on s'occupe déjà de lutter contre l'abstention dans chaque pays. "

"Le Parlement européen constitue la représentation des peuples des Etats européens."

"Les citoyens européens votent pour un Spitzenkandidat, un candidat à la présidence de la Commission européenne, qui peut évidemment être d'un autre Etat-membre. Sinon, ils votent pour une liste qui se présente à leurs suffrages, dans leur circonscription."

"Mais ils devraient pouvoir voter pour des partis européens et leurs candidats."

"L'exercice de la citoyenneté doit être conditionné à la nationalité."

"Il n'y a pas de peuple européen, toute tentative de nier la réalité des peuples ne peut que se terminer très mal."

"Inutile tant que l'Europe n'est pas fédérale."

"Les nations doivent être libres et indépendantes. Nous sommes contre tout pacte et accord supranational. "

"Le principe des représentants des états est un bon principe. "

"L'Union européenne n'est pas un Etat fédéral. Chaque citoyen est responsable des décisions prises dans son pays et il en subira les conséquences ; il n'a pas à s'immiscer dans les décisions prises dans un autre pays."

"L’idée peut paraître séduisante pour certains mais il n’y a pas de peuple européen et donc de démocratie possible à l’échelle de l’UE. Voter pour une liste transnationale reviendrait à semer plus de confusion et éloignerait encore plus les citoyens du fonctionnement des instances européennes. "

20. Islam

L’islam est compatible avec les valeurs de l’UE.

D'accord

"L'islam, au même titre que les autres grandes religions présentes en Europe, est bien sûr compatible avec les valeurs de l'UE. Cependant, il nous faut lutter plus fermement contre les dérives religieuses extrêmes qui portent des discours antirépublicains."

"La religion doit cependant rester dans le cercle privé au nom du respect du principe de laïcité. Par ailleurs, le fondamentalisme islamiste doit être rigoureusement combattu, les mosquées radicales doivent être fermées et les islamistes étrangers expulsés. "

"La liberté de culte est un droit fondamental garanti partout en Europe, indispensable au « vivre ensemble ». A l'heure où les discours xénophobes et populistes renaissent, nous devons plus que jamais réaffirmer la liberté de chacun de croire ou de ne pas croire."

"La liberté de conscience et de culte est une valeur cardinale. Comme toute religion, l'Islam est compatible avec les règles de l'UE."

"La laïcité est un principe fondamental qui permet l’égalité de toutes et de tous devant les services publics,à l’école, dans les hôpitaux."

"Toute religion est compatible avec les valeurs de l'Union européenne si elle respecte les traités et la Charte des droits."

"Poser cette question constitue déjà un attaque islamophobe."

"Toutes les religions sont compatibles dès lors qu'elles ne sont pas pratiquées sous forme d'intégrisme."

"La liberté de croire fait partie des valeurs démocratiques de la convention européenne des droits de l’homme (article 9) et a été confirmée par le Conseil des affaires étrangères de l‘UE. Il ne faut pas confondre islam et islamisme."

"Nous défendons la laïcité à la française qui protège la liberté de culte de chacun dont notamment celle des musulmans. L’islam est l’une des trois grandes religions du monde et rien n’indique qu’elle serait incompatible avec les “valeurs de l’UE” (valeurs dont la définition est pour le moins imprécise). "

"du moment que ça respecte les lois des pays de EU."

Indifférent

"L’Union européenne est un outil de coopération entre les pays qui la composent. Les considérations religieuses n’ont pas à interférer dans son fonctionnement. La liberté religieuse est un principe à protéger. Pour autant, l'islam politique n’a pas sa place en Europe. Dans le cas d’étrangers radicalisés, ils doivent être expulsés. Les lieux de culte propageant des appels à la violence doivent être fermés."

"Ce n’est pas la bonne question ! Il faut garantir le principe de laïcité dans les institutions de l’UE, cela implique de refuser le “dialogue avec les églises” prévu par le traité de Lisbonne. Il faut aussi abolir le délit de blasphème dans les pays européens qui le reconnaissent encore. "

"Ce n'est pas à un mouvement politique à répondre à une telle question."

"L'Europe s'est construite sur des valeurs et une culture chrétiennes mais parfois dans la douleur (guerres). Aujourd'hui et demain, nous devons être guidés par les valeurs de Paix, de Solidarité, et surtout de Fraternité. Ce sont les valeurs des Chrétiens mais aussi d'autres courants religieux."

"La religion relève de choix individuels et, du moment qu'elle est pratiquée sans extrémisme, elle n’a pas à figurer dans le débat politique."

"Les valeurs de l'UE sont un mythe qui sert à endormir les gens, seul l'argent compte dans cette institution détestable qui instrumentalise ce qu'elle prétend défendre pour mettre les peuples sous la coupe de la finance."

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

"Tous ceux qui se dressent contre ces valeurs doivent être sévèrement pénalisés."

"Le Parti Pirate encourage la recherche de compromis en vue de sociétés multiculturelles, sources d’échanges et d’enrichissement réciproque. Nous visons, plus que l'intégration ou l'assimilation, l'inclusion de chacun, dans le respect des croyances et des libertés. Tout ceux qui respectent les principes de tolérance envers les autres sont compatible avec l'Europe"

Pas d'accord

"Comme toute religion, l'Islam doit se soumettre aux lois des nations européennes. "

"La tolérance et la laïcité sont des valeurs fondamentales de l'Union européenne et qui doivent prévaloir à sa construction future. Tout citoyen européen doit pouvoir exercer sa religion sans craindre pour sa sécurité, à condition de le faire sans porter atteinte à l'ordre public et dans le respect des autres croyances."

Pas d'informations disponibles

"Il faut réaffirmer les racines charnelles de l'Europe, refuser toutes les formes de communautarisme et lutter en particulier contre l'islamisme et le fondamentalisme."

"Quelles sont ces valeurs? Les religions sont utilisées notamment dans les périodes de crise du capital pour détourner les causes et les origines des crises. Pour le capital elles sont toutes compatibles pour diviser les peuples pour poursuivre sa politique."

"Le mélange religieux et politique est une logique du passé. Les racines chrétiennes ont été retirées du traité de Lisbonne. En quoi l'Islam serait plus compatible que la Chrétienté ? La laïcité doit s'imposer et les lois républicaines doivent être au dessus des lois religieuses. ce type de question montre un danger de construction d'une Europe communautariste. Notre histoire reste basée sur le christianisme c'est un fait."

"Les racines de l'Europe sont greco-latines et chrétiennes, tout ce que l'Islam (en tant que civilisation) a combattu depuis son origine. Quant à l'islam (la religion), il contient des préceptes totalement opposés à nos valeurs (statut inférieur de la femme, interdiction de changer de religion, statut inférieur des non-musulmans...). "

21. Egalité salariale entre hommes et femmes

Une égalité salariale stricte entre les hommes et les femmes doit être instaurée au niveau européen.

D'accord

"Le combat pour l'égalité femmes-hommes est loin d'être fini. C'est pourquoi nous lancerons avec les états les plus avancés en la matière le "Pacte Simone Veil" afin d'harmoniser par le haut le droit des femmes. Ce Pacte inclura les droits sexuels et reproductifs, la lutte contre les violences faites aux femmes et l’égalité́ salariale. "

"Mais cela doit toujours passer par un cadre souverain et national. "

"Il faut défendre les droits des femmes et agir pour l’égalité femmes-hommes, notamment salariale. Il faut aussi appliquer la clause de l’européenne la plus favorisée pour harmoniser par le haut les droits des femmes. Nous souhaitons un droit européen à la contraception et à l’avortement, proposer un congé de 10 jours pour le parent qui n’accouche pas et un congé parental individuel de 4 mois à 50% du salaire. "

"Au rythme actuel, il nous faudrait encore 70 ans pour atteindre l'égalité salariale. L'UE doit aller plus loin en exigeant la transparence sur les inégalités de salaires au sein des entreprises, et en fixant des trajectoires contraignantes. L'objectif, c'est 0 écarts de salaire à travail égal à l'horizon 2030. L'UE doit aussi rendre obligatoire l'indemnisation minimale des congés d'accueil de l'enfant."

"Nous proposons la mise en place de la clause de l'européenne la plus favorisée, portant notamment sur l'égalité salariale et qui prévoit l'alignement par le haut des politiques de défense des droits des femmes en UE."

"Nous sommes favorables à l'idée de rendre ce principe contraignant, assorti d'une date de réalisation."

"Cela est déjà légiféré dans certains pays de l'UE. Il faut le généraliser."

"Il est inconcevable qu'encore aujourd'hui les femmes gagnent moins, à poste équivalent, que leurs homologues masculins. "

"PACE propose concernant l'égalité salariale une obligation de résultat qui pèse sur les Etats. Le juge européen sera donc compétent pour sanctionner les Etats qui n'auront pas mis en place les mesures de nature à établir une stricte égalité salariale entre les hommes et les femmes à poste de travail égal."

"Nous sommes contre toute forme d’inégalités et la discrimination hommes/femmes en est une parmi d’autres."

Pas d'informations disponibles

"Rien ne peut justifier de telles inégalités mais c'est à chaque État de mettre en place les dispositions qu'il juge nécessaires, dans le plein respect de la démocratie."

"Avec une instance indépendante de contrôle afin de vérifier la mise en œuvre effective de cette égalité."

"Cette question est un des points clés du programme de A VOIX ÉGALES, il est même consternant de constater que l'Islande est le seul pays d'Europe a avoir voté et appliqué cette mesure."

"Les états doivent mettre en place des référendums pays par pays pour approuver ce principe. Nous n'avons pas à imposer."

"Oui, il faut sur le modèle de la loi islandaise rendre obligatoire l'égalité salariale et contrôler son respect effectif."

"À compétence égale, il n’y a aucune justification pour que les hommes et les femmes n’aient pas une stricte égalité de salaire."

"Les pirates souhaitent l'instauration d'une égalité salariale entre les hommes et les femmes, les entreprises seront condamnées à des astreintes supérieures à la différence de salaire observée. "

Pas d'informations disponibles

Indifférent

"Ce sujet relève de la compétence nationale, en respect du principe de subsidiarité. "

"C'est naturellement un objectif souhaitable mais cela n'est pas du ressort de l'Union Européenne."

"Oui pour l'égalité salariale, mais le mot “stricte” est inquiétant."

"c’est aux citoyens de prendre de telles décisions."

Pas d'accord

Pas d'informations disponibles

"Les politiques sociales et le droit du travail relèvent de la souveraineté exclusive des états membres."

"Les nations doivent être libres et indépendantes. Nous sommes contre tout pacte et accord supranational. "

"Cette question difficile doit être traitée au plus près du terrain, donc dans les Etats-membres."

22. Référendums européens

Il faut introduire des référendums à l'échelle européenne.

D'accord

"Il faudrait déjà que la volonté populaire exprimée par le référendum de 2005 soit respectée. L’introduction d’un référendum révocatoire au niveau européen (pour les députés et les commissaires) permettrait cela, lorsque les responsables politiques bafouent les volontés populaires. L'ICE (initiative citoyenne européenne) doit imposer des suites législatives au niveau européen."

"Pour redonner le pouvoir aux citoyens, nous proposons des référendums européens d'initiative citoyenne (RIC), un suivi politique pour les ICE en leur permettant d'être présentées au vote des européens. Nous souhaitons de grandes consultations pan-européennes contraignantes, sous la forme de référendums, sur des grands sujets (santé, environnement, protection sociale) et des actions de groupe européennes."

"Nous sommes également favorables au développement d'initiatives citoyennes qui puissent être à l'origine de propositions de directives par le Parlement européen, ce qui n'est pas possible aujourd'hui."

"Proposition PFE 52 – Les Fédéralistes renforceront la participation du citoyen à la vie politique européenne en étendant le champ d’application des référendums (Initiative Citoyenne Européenne) et en assouplissant ses conditions de mise en œuvre. Si plus d’un million d’Européens signe pour une initiative, le Parlement européen devra se prononcer directement sur une telle proposition."

"Il est impératif de renforcer la démocratie au niveau européen en permettant aux citoyens de participer plus directement à l'élaboration des politiques européennes "

"Le référendum européen permettra de créer une conscience citoyenne européenne et une vie politique européenne. L'outil présente des dangers et il faut l'utiliser avec précaution. Les Français par exemple n'ont pas de culture référendaire et il faut utiliser l'outil en faisant preuve de pédagogie."

Pas d'informations disponibles

"Oui à des référendums d’initiative citoyenne et un droit de veto des peuples représentés par des citoyens tirés au sort."

Pas d'informations disponibles

"oui, c’est l’une de nos revendications principales. Les citoyens européens doivent avoir le dernier mot sur les décisions prises."

"Il faut développer considérablement la démocratie participative et renforcer en parallèle les pouvoirs du parlement au détriment des pouvoirs de la commission et du conseil."

"Sur des choix impactant les populations de manière durable il faut avoir recours au référendum."

"Le référendum d’initiative citoyenne (RIC) européen pourrait être un élément de la réappropriation citoyenne de l’Europe. Mais il doit s’inscrire strictement dans le cadre de la charte des droits fondamentaux et avoir une valeur contraignante, loin du simulacre de démocratie que sont les ICE aujourd’hui."

"La démocratie directe au niveau de l'UE, à savoir les référendums paneuropéens sur les révisions constitutionnelles et les référendums législatifs à l'initiative des citoyens, devraient faire partie d'une nouvelle constitution. Les citoyens ont le droit d'abroger la législation existante et de prendre l'initiative d'une nouvelle législation. "

"pour plus de démocratie."

Indifférent

"Il nous faut en effet donner plus de pouvoir et d'influence aux citoyens. C'est pourquoi nous proposons de mettre un place un mécanisme grâce auquel si plus d'1 million de citoyens soutiennent une proposition, le Conseil et le Parlement seront obligés de s'en emparer."

"Tant qu'il n'y a pas de langue commune pour permettre un débat à l'échelle de l'UE, un référendum à l'échelle européenne n'a pas d'intérêt."

Pas d'accord

"Il faut avant tout les introduire à l'échelle française, avec le Référendum d'initiative citoyenne. Il faut également tenir compte de la volonté des peuples, tout le monde garde en tête le référendum bafoué de 2005. "

"Il ne revient pas à l'Union européenne d'imposer aux Etats membres d'introduire des référendums ou non. Nous défendons le principe de subsidiarité, pour que l'UE se concentre sur des priorités stratégiques et non la production de normes. "

"Compte tenu des contraintes juridiques internes à certains États membres pour organiser des référendums contraignants, nous militons pour le renforcement de l’Initiative Citoyenne Européenne allant vers une obligation pour la Commission de transmettre chaque initiative au Parlement et au Conseil. Cela n'empêche pas d'organiser des référendums paneuropéens à valeur consultative. "

"Il n'y a pas de peuple européen. En revanche, on peut imaginer des consultations communes de plusieurs peuples sur la même question. Néanmoins, il faudrait l'unanimité de chaque peuple pour en tenir compte."

"Il conviendrait d'abord de respecter les choix manifestés par les peuples d'Europe lors des référendums nationaux, et notamment celui exprimé par le peuple Français lors du référendum de 2005."

"Un référendum a du sens à l'échelle d'un corps civique cohérent, d'un peuple. Il n'y a pas de peuple européen et il est évident que les peuples les moins nombreux se sentiraient marginalisés et niés dans leur droit fondamental à l'autodétermination en cas de référendum européen"

"Il faut surtout que le mode de fonctionnement soit complètement révisé pour que les élus européens travaillent vite, en toute transparence et que n'importe quel citoyen ait une vision en temps réel de ce qu'il finance avec ses impôts."

"Les nations doivent être libres et indépendantes. Nous sommes contre tout pacte et accord supranational. "

"Les décisions politiques doivent être prises au niveau des Etats-membres. C'est à eux de consulter les populations et ensuite de négocier avec les autres pays."

"Cela ne ferait qu’accroître la défiance de certains peuples les uns envers les autres car certains seraient contraints de facto d’appliquer des décisions dont ils ne veulent pas. La règle de l’unanimité empêchera de toute manière de faire advenir ce genre de projet. Des petits États membres tels que Chypre ou Malte mettraient leur veto car cela reviendrait pour eux à subir la volonté des États les plus peuplés."

23. Traités de libre-échange

Il faut continuer à négocier des traités commerciaux et accords de libre-échange avec le reste du monde.

D'accord

"L'urgence écologique ne peut rester un angle mort de notre politique commerciale. C'est pour cela que nous refuserons de signer tout accord de libre-échange avec les pays qui ne respectent pas l'Accord de Paris sur le Climat. Par ailleurs, nous interdirons l'accès au marché unique à toutes les entreprises qui ne respectent pas les exigences sociales et environnementales fondamentales."

"L'Europe et les états de l'Europe doivent réguler les échanges sur un principe de mieux disant social. Sinon appliquer une TVA sociale sur les importations. "

"C'est une évidence. "

Indifférent

"Nous défendons le juste-échange. Les accords commerciaux ne sont pas un but en soi : ils doivent donner des règles à la mondialisation, et ces règles doivent être utiles à nos producteurs. Il faut exiger une réciprocité dans les relations commerciales et s’assurer pour tout accord que celui-ci sera véritablement bon pour nos producteurs, sans concurrence déloyale ni dumping environnemental. "

"Le commerce international est utile pour créer du lien et des intérêts communs, il favorise la paix. Il pollue aussi énormément. Les accords commerciaux qui créent des marchés gigantesques favorisent les grandes entreprises au détriment des plus petites. Il n'est pas souhaitable d'aller vers toujours plus de gigantisme. "

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

"Personne n'est aujourd'hui d'accord sur le fait que le TTIP peut développer la croissance des USA et de l'UE ou détruire des emplois."

Pas d'accord

"Ces accords ont déjà tué notre industrie et s'apprêtent à achever notre agriculture. Ils sont néfastes pour la planète, encourageant le déplacement polluant de marchandises à travers toute la planète et également pour notre santé, avec le CETA par exemple, il pourrait y avoir demain du saumon transgénique dans nos assiettes. "

"Ces traités alimentent la guerre économique dont les citoyens sont les grands perdants (délocalisations, droits sociaux, santé). Il faut lutter contre tout nouvel accord de libre-échange (y compris le CETA). Nous souhaitons promouvoir des relations commerciales internationales fondées sur le co-développement et la coopération, dans l’esprit de la Charte de la Havane de 1948."

"La politique commerciale de l'UE doit profondément évoluer pour servir les citoyens, les droits humains et l'environnement. Nous voulons mettre fin aux accords de libre-échange et conditionner la politique commerciale au strict respect des droits sociaux et environnementaux au travers de clauses suspensives automatiques avec les pays ne respectant pas les règles de l'OIT ou de l'accord de Paris."

"Pas avec le même mode de fonctionnement qu'aujourd'hui, où les critères environnementaux, sociaux et démocratiques ne sont pas respectés : il faut un moratoire sur tout nouveau traité de libre échange tant que les critères ne sont pas respectés. "

"Faire des accords de libre-échange n'est pas un but en soi. Il faut des échanges justes et loyaux. Un commerce ultra mondialisé n'est pas compatible avec un développement durable. Il faut consommer et produire le plus localement possible."

"Nous sommes pour mettre fin aux négociations et ratifications en cours des accords de libre-échange (CETA, JEFTA, traité Europe - États-Unis) et nous sommes favorables à une politique de coopération internationale et d’investissement dans l’élévation des conditions sociales, sous contrôle des travailleurs de l’UE et des pays concernés. "

"Les traités actuels ont eu des négociations opaques, avec très peu de contrôle par les autorités politiques. Ils sont à éviter."

"Proposition PFE 15 – Nous renforcerons dans nos accords commerciaux le respect des standards de sécurité et le respect des conditions de travail décentes dans les pays producteurs, du respect des droits humains et de la justice sociale ainsi que le respect des droits de la propriété industrielle."

"Des traités doivent être négociés pour offrir plus de choix aux consommateurs européens, sauf s'ils ne permettent pas de garantir un haut standard de qualité, soutenabilité, protection de la santé et de l'environnement. La consommation en circuit court doit être encouragée."

Pas d'informations disponibles

"Le TAFTA doit non seulement être revu mais tout simplement supprimé de même que tous les traités de libre échange : l’internationalisation de la production est à l’origine de la plus grande part des maux du monde contemporain (explosion des transports, malbouffe, production intensive, dégradation des termes de l’échange aux dépends des pays les plus pauvres, disparition de l’agriculture vivrière…)."

"Il faut au contraire protéger notre économie de la concurrence déloyale et du dumping social, fiscal et environnemental, notamment en taxant les produits importés."

Pas d'informations disponibles

"Les traités de libre-échange sont un désastre pour l'environnement, l'économie, l'emploi. Il est indispensable d'arrêter cette folie. Mais l'Union européenne a pour vocation, inscrite dans tous les traités depuis l'origine, de les favoriser. Pour avoir une politique commerciale intelligente et cohérente, il est indispensable de quitter l'UE."

"Il faut dénoncer ces traités et négocier sur la base d'une taxe carbone et sociale au niveau des frontières de l'Europe."

"Les nations doivent être libres et indépendantes. Nous sommes contre tout pacte et accord supranational. "

"Non, s'il s'agit de considérer qu'aucune protection n'est légitime aux frontières de l'Union européenne. Oui, si ces traités commerciaux sont équilibrés et empêchent les pays à bas coûts de détruire notre agriculture, notre industrie et nos activités de service."

"Nous sommes fermement opposés à la ratification du CETA, et nous souhaitons l’arrêt des négociations sur tous les accords commerciaux visant l’expansion des flux de marchandises, au mépris des enjeux écologiques et humains. Le respect des limites planétaires doit être la norme juridique supérieure et s'imposer au commerce international. "

"Ces traités, tels le TAFTA et le CETA, s’établissent dans le plus grand secret et au détriment des peuples de l’UE. Un commissaire se charge de négocier des accords commerciaux pour 28 nations. Les intérêts de chacun étant divergents, cela conduit à des accords non bénéfiques. Les traités commerciaux devraient être négociés par les États de manière bilatérale (ou multilatérale), là où il y a convergence d’intérêts."

"Les traités de libre-échange tels qu'ils fonctionnent aujourd'hui dans l'Union européenne ne respectent pas les valeurs de transparence et de démocratie du Parti Pirate. De plus, ils n'intègrent pas la notion d'écologie soutenable pourtant vitale pour notre avenir. Nous souhaitons, avant de négocier de nouveaux traités, renégocier et réformer les traités actuels pour que les normes soient revues à la hausse."

24. Emissions de CO2

L'Union européenne doit imposer des objectifs plus stricts en matière de réduction des émissions de CO2.

D'accord

"Absolument. Comme la France l'a défendu au Conseil du 22 mars dernier, nous souhaitons que l'Europe s'engage explicitement à parvenir à la neutralité carbone d'ici 2050. Cela implique de fermer toutes les centrales fonctionnant aux énergies fossiles et sortir de tous les hydrocarbures d'ici 2050. "

"Nous sommes favorables à des objectifs ambitieux mais sans naïveté : l’UE est déjà le continent le plus vertueux en matière d’émission CO2. Des objectifs incantatoires ne sont pas sains. Mieux vaut s’assurer que les entreprises extra-européennes respectent nos standards en instaurant une barrière écologique, et investir dans la recherche pour permettre à l’UE de garder son leadership."

"Il faut revoir à la hausse les objectifs de réduction des émissions de CO2 adoptés lors de la COP 21 et proposer un plan européen de sortie concertée du charbon et du nucléaire pour atteindre 100% d’énergies renouvelables et la neutralité carbone en 2050. Supprimer les subventions aux énergies fossiles et interdire les nouvelles exploitations d’énergies fossiles dans l’UE est le corollaire de cette politique."

"Les objectifs actuels de l'UE visent une réduction des émissions de 40% d'ici 2030. Face à l'urgence climatique, nous proposons d'aller plus loin, et de viser une réduction de 60% d'ici 2030. L'UE a les moyens d'une telle ambition, et il y a urgence à agir, car le GIEC a prévenu que le pic d'émission devait être atteint en 2020. A l'horizon 2050, nous devons viser une Europe 100% renouvelable et décarbonée."

"L'UE doit, au minimum, viser à atteindre la neutralité carbone (émettre uniquement la quantité de gaz à effet de serre que l'on est capable de capter) en 2050, ce qui suppose de renforcer les objectifs climatiques actuels."

"Les pays européens doivent se coordonner pour diminuer toute forme de pollution. La France est l'un des pays les moins polluants du monde développé grâce au nucléaire et à ses barrages hydroélectriques. Il faut d'urgence que l'Allemagne, la Pologne et nos autres partenaires sortent du charbon car cela provoque des morts et des maladies chroniques en France."

"Nous sommes favorables au fait de rendre contraignants les objectifs de la COP 21 fixés dans l'Accord de Paris."

"Oui pour le principe, mais l'important est d'associer à la décision les Etats et les citoyens. Là encore, un débat démocratique est nécessaire pour que ces objectifs imposés soient acceptés par les populations."

"Proposition PFE 21 – Les Fédéralistes favoriseront les énergies renouvelables et feront la promotion d’une meilleure protection environnementale en mutualisant les politiques en Europe : pollution de l’eau de l’air et des déchets. Proposition PFE 19 – Nous accélérerons le déploiement de technologies à basse émission de carbone."

"Nous ne pouvons plus reculer devant l'urgence climatique. Notre planète est en danger, et c'est en ayant une action coordonnée à l'échelle européenne qu'une politique climatique ambitieuse pourra avoir un impact réel."

"Objectif COP21 : limiter le réchauffement à +1,5° maximum. Il faut agir à tous les niveaux avec l'UE: favoriser le ferroviaire vis-à-vis de l'aérien (sortie de la Convention de Chicago qui interdit la taxation du kérosène et taxe sur les billets d'avion pour les vols courts), police européenne de l’environnement, dette commune pour une « Nouvelle Donne Verte », programme de transition vers les énergies renouvelables…"

"Extrêmement d’accord"

"Oui et qui dit imposer dit contraindre contrairement à ce qui a été fait lors des dernières COP. Nous seulement la réduction doit être drastique mais les manquements (des entreprises comme des Etats) doivent être sanctionnés par des pénalités suffisamment lourdes pour être dissuasives. Nous sommes également favorables à l’expérimentation d’une taxe carbone à l’échelon local et/ou régional."

Pas d'informations disponibles

"Réduire les émissions de CO2 est une priorité. Grâce au nucléaire, la France est plutôt un exemple en Europe, par rapport à des pays comme l'Allemagne et la Pologne dont les usines à charbon sont les plus polluantes du continent."

"Indispensable pour atteindre la neutralité carbone en 2025."

"Si la réduction des émissions de CO2 équivaut à une fiscalité plus forte pour chaque citoyen européen, la réponse est non. La réduction des émissions de CO2 doit être obligatoirement accompagnée de moyens à faible facture carbone qui doivent être pris en charge par les états et non par les citoyens. L'urgence climatique l'impose. Les sanctions financières feront l'objet de modalités à négocier."

"Oui avec le concours des Etats."

"Nous souhaitons la révision et la mise en œuvre effective des engagements européens pour le climat sur la base du dernier rapport du GIEC. Il faut changer le mode de calcul des émissions de gaz à effet de serre pour prendre en compte l’empreinte écologique réelle de la consommation européenne (importations comprises)."

"L'accord de Paris visant à limiter l'augmentation de la température à 1,5 ° C par rapport aux niveaux préindustriels doit être mis en œuvre. Les concepts et technologies nécessaires pour atteindre l'objectif de protection du climat ont été développés. Les émissions de CO2 provenant de marchandises transfrontalières, résultant par exemple de la production d'électricité, devraient être imputables aux pays importateurs."

"sauvegarde de notre planète. "

Indifférent

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

"La réduction des émissions de CO2 est un enjeu qui ne s’arrête pas au périmètre de l’UE. Il faut donc une réponse mondiale à ce sujet."

Pas d'accord

"Il faut faire la part des choses. On ne peut pas prétendre lutter contre le CO2 comme le fait l'UE et continuer à encourager le modèle de libre-échange mondialisé. Il faut en contraire changer de modèle de production et de consommation pour privilégier le localisme. Ainsi on luttera contre le CO2. "

"Les politiques écologiques relèvent de la souveraineté des états membres, qui doivent travailler ensemble pour encourager les circuits courts, développer le localisme et brider la mondialisation sauvage."

"L'Union européenne est sous l'emprise des multinationales, les émissions de CO2 sont le résultat de l'exploitation forcenée engagée aujourd'hui. Transports, agriculture, industrie doivent être maîtrisés par le peuple "

"La question du réchauffement climatique est très mal posée et le débat scientifique n'a pas encore tranché de manière claire. Il serait bien plus utile de réduire significativement engrais, insecticides et herbicides... ce qui ne peut se faire que dans un espace protégé des importations qui ne respectent pas ces règles."

25. Aide au développement

L’Union européenne doit augmenter les fonds alloués à l’aide au développement.

D'accord

"L'Europe est le premier donateur d'aides publiques au développement au monde et doit se donner les moyens de le rester. C'est pourquoi nous voulons construire un Pacte avec l'Afrique en développant les investissements et des programmes scolaires et universitaires, en particulier à destination des jeunes filles."

"L'aide au développement est un pilier de la lutte contre l'immigration, mais elle doit être conditionnée à la coopération des pays d'origine dans cette même lutte. C'est un moyen indispensable pour inciter les populations à rester chez elles. "

"Il faut porter l’aide publique au développement à 0,7% du PIB pour tous les pays européens qui ne l’ont pas encore fait, dont la France. Il faut financer la lutte contre le changement climatique et l’action pour l’atténuation et l’adaptation à ses effets dans les pays en développement et les territoires insulaires ou côtiers."

"Nous ne pouvons oublier notre responsabilité dans le sous-développement de certaines régions du monde et le dérèglement climatique, qui les touche prioritairement. Nous proposons donc d'augmenter l'aide au développement à 12,5 milliards d'euros par an, notamment pour aider les pays du Sud à faire face aux enjeux de la transition écologique et à l'adaptation au changement climatique. L'Accord de Paris nous y engage."

"Nous proposons que 0,7 % du RNB européen soit alloué à l'aide au développement (ce n'est pas le cas actuellement). Une des sources de financement est la taxe sur les transactions financière que nous proposons. "

"Ces aides doivent être directement utiles à des projets développés au plus près des populations."

"Et surtout pour le développement durable, gaspillant moins d'énergie et de matières premières."

"Proposition PFE 3 – Nous créerons des plates-formes de coopération entre les entreprises européennes permettant d’atteindre une masse critique pour mieux investir dans la recherche et le développement et mieux placer l’économie européenne dans la compétition mondiale."

"Et ce notamment en direction des pays impactés par le réchauffement climatique dont la population est ou sera prochainement dans l'obligation de migrer pour trouver un niveau de vie acceptable."

"Ces fonds doivent se concentrer sur les objectifs suivants qui sont ceux de la diplomatie pacifique: l'accès des pays les moins avancés à la souveraineté alimentaire, à l'eau potable, à l'électrification propre, à la gestion et au recyclage des déchets et à l'assainissement, et l'accès des femmes aux études supérieures."

Pas d'informations disponibles

"Nous sommes pour à condition que les fonds alloués ne servent pas la croissance ou le pouvoir d’achat mais permettent à tous de s’assurer une alimentation de qualité, un logement décent, l’accès aux soins et à l’éducation."

Pas d'informations disponibles

"C'est une priorité compte tenu de la dette écologique que nous avons envers ces pays."

"Les états doivent mettre en place des référendums pays par pays pour approuver ce principe. Nous n'avons pas à imposer."

"Cette aide doit surtout être utilisée plus efficacement pour permettre aux populations africaines de vivre dignement dans leurs pays. Elle est doit être un outil de la maîtrise des flux migratoires. "

"Nous souhaitons surtout affecter la totalité des aides européennes au développement à l’émancipation des femmes et la scolarisation de 100% des enfants, ce qui contribuera aussi une accélération de la transition démographique. L’usage des fonds européens sera strictement contrôlé pour éviter d’alimenter la corruption."

"Les pirates plaident pour le renforcement des liens avec les pays de l’hémisphère Sud et l’utilisation des instruments de coopération au développement au profit de ces pays. Nous considérons que 0,33% de l’aide au développement au produit national brut des “nouveaux Etats membres de l’UE” comme un montant réaliste correspondant à la responsabilité globale que ces pays devraient jouer."

"l’Europe doit être fraternelle."

Indifférent

"L'aide au développement doit être gérée par les Etats qui ont un réseau diplomatique ancien et connaissent le terrain. En revanche, la Banque Centrale Européenne doit financer un plan de développement de l'Afrique qui permette de maintenir sur place la jeunesse africaine et éviter une immigration incontrôlable."

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

Pas d'informations disponibles

"Nous sommes globalement pour intensifier les aides au développement mais cela ne doit pas se faire uniquement au niveau financier. Il faut commencer par arrêter de piller les ressources des pays les plus fragiles, leur transmettre du savoir technologique, encourager des formations à haute qualification, encourager les échanges d’étudiants etc."

Pas d'accord

"L’aide au développement doit être allouée au cas par cas et conditionnée. Le Plan euro-africain de croissance partagée que nous proposons s'inscrit dans cette nécessité de n'octroyer des fonds d'aide au développement qu'à des pays qui respectent des engagements notamment pour accepter le retour de leurs ressortissants arrivés illégalement en Europe. "

"Il faut conditionner l'aide au développement, attribuée notamment aux pays d'Afrique et du Maghreb, à une véritable politique de lutte contre les filières d'immigration clandestines et à la mise en place de programmes d'aide au retour des expatriés dans leurs pays d'origine."

"Ce n'est pas à l'UE de mener une politique de développement, c'est aux États membres. L'UE a fait la preuve de sa nocivité en Europe, inutile qu'elle aille semer le chaos sur d'autres continents !"

"Les nations doivent être libres et indépendantes. Nous sommes contre tout pacte et accord supranational. "

26. Répartition des demandeurs d'asile

Les demandeurs d'asile doivent être répartis proportionnellement entre les États membres.

D'accord

"L'Europe a tout intérêt à mener une action commune et à renforcer notre système d'entraide. La protection des frontières extérieures est la condition du maintien des libertés européennes, en premier lieu dans l’espace Schengen."

"La politique européenne de l'asile doit être réformée d'urgence, en remplaçant le règlement Dublin III par une gestion communautaire, directe et unifiée de l'asile. L'accueil des migrants ne peut reposer sur les seuls pays d'arrivée. L'accueil doit être solidaire, proportionnel et contraignant pour tous les Etats membres, et tenir compte des demandes des demandeurs d'asile."

"Nous devons renforcer le régime d'asile européen, et remplacer l'actuel Règlement de Dublin par un dispositif centralisé qui permette de répartir des demandeurs d'asile dans les pays d'Europe"

"Nous défendons le principe de la solidarité entre les Etats membres de l'UE, et la réduction du nombre de réfugiés dans chacun des Etats."

"Proposition PFE 60 – Nous mettrons en place une politique d’asile commune dont les coûts seront mutualisés et nous veillerons à mieux répartir le fardeau de l’accueil des réfugiés."

"Allons Enfants propose de revenir sur les accords de Dublin et de créer une agence européenne de l'asile chargée de répartir les demandeurs d'asile et réfugiés selon les capacités de chaque pays membre."

"Mais plutôt que d'imposer une clé de répartition aux Etats, nous proposons un contrat à chaque Etat: l'Agence européenne de l'asile ne pourra pas imposer à un Etat qui le refuse, d'accueillir. En contrepartie, cet Etat ne pourra pas refuser à une de ses collectivités ou communes qui souhaite accueillir de le faire."

"Il faut créer un véritable statut européen pour les demandeurs d'asile ainsi qu'un visa européen permettant la libre circulation dans l'Europe."

"Cette question ne peut pas être laissée à un seul état frontalier."

"Nous sommes favorables à la remise en cause du règlement de Dublin, à la création d’une agence européenne des réfugiés, à une répartition des demandeurs d’asile entre les Etats membres. Pour nous les humains ne sont pas des « quotas » mais des personnes."

"C'est une évidence. "

Indifférent

"Si certains Etats le refusent, c'est ingérable. Il faut d'abord un débat démocratique à l'échelle de l'UE, avec une langue commune équitable (espéranto)."

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

Pas d'accord

"Cela relève de la seule souveraineté des Etats, ils doivent être libres de décider s'ils maintiennent la porte de leurs pays ouverte ou fermée. Il faut en revanche reformer le droit d'asile, détourné aujourd'hui en filière d'immigration massive au détriment de ceux qui devraient réellement bénéficier de cette protection indispensable. "

"Chaque Etat doit pouvoir décider de sa politique migratoire. Les répartitions par quotas fot le jeu inhumain des passeurs. L’impuissance européenne ne doit pas être l’occasion du dévoiement du droit d’asile dont le principe initial honore l’Europe. Nous proposons que les demandes d’asiles soient effectuées dans des pays tiers sûrs en-dehors des frontières de l’UE."

"Nous souhaitons garantir les conditions d’un asile digne, et cette règle y contreviendrait comme les règles de Dublin qui empêchent les demandeurs d’asile de rejoindre le pays qu’ils veulent, et d’être régularisés là où ils le souhaitent."

"La politique migratoire doit dépendre des seuls gouvernements élus qui doivent pouvoir choisir qui rentre ou pas chez soi."

"Ce ne sont pas les demandeurs d’asile qui doivent être répartis entre les États membres mais le très petit nombre d’entre eux auxquels l’asile aurait été accordé avant leur arrivée sur le territoire de l’Union."

"La répartition doit se faire au pro-rata de la richesse des Etats accueillants. On ne peut demander le même effort aux Grecs qu’aux Allemands."

"Il faut abolir le droit d'asile. Nos capacités d'accueil sont saturées et l'afflux de réfugiés ne fait qu’accroître les déséquilibres sociaux et les fractures identitaires au sein des états membres."

"Chaque demandeur d'asile devrait être libre de s'installer où il veut."

"Cela n'a aucun sens d'envoyer des gens dans des pays où ils n'ont pas envie d'aller et qui n'ont pas envie de les accueillir. Cela ne peut que mal se passer. Et c'est d'ailleurs largement incompatible avec les exigences du regroupement familial imposé par la CEDH."

"La vraie question est de traiter les flux migratoires au niveau mondial et non uniquement européen. L'Europe ne peut pas être seule responsable à vaincre toute la pauvreté du monde et être l'unique terre d'asile de la planète."

"Les demandeurs d'asile, les réfugiés fuient les conflits et les guerres imposés par l'impérialisme notamment étasunien et européen pour la conquête de nouveaux profits.Il faut stopper cette situation et accueillir les agressés sans calcul scandaleux."

"Il revient aux Etats-membres de décider de la politique migratoire qui est adaptée au bien commun de leur pays... et pas à un pouvoir technocratique."

"L’UPR étant pour la liberté des peuples à disposer d’eux mêmes, nous considérons que chaque État doit décider lui même de sa politique migratoire. Concernant la France, nous pensons que ce sujet très sensible doit faire l’objet d’un grand débat national suivi d’un référendum avec des questions à choix multiples. "

"Les Pirates européens demandent une politique européenne commune sur l’asile qui permette d'assurer d’un droit d’installation n’importe où en Europe pour ceux dont le dossier est accepté et de promouvoir la possibilité d’un regroupement familial pour ceux dont le dossier a été accepté"

27. Taxe sur les transactions financières

L'achat et la vente d'actions boursières doivent être taxés.

D'accord

"La France a déjà mis en place une taxe sur les transactions financières et nous continuerons de porter sa généralisation au niveau européen. "

"C'est une piste envisageable. Mais ce qui devrait surtout être taxé, ce sont les produits importés du bout du monde avec un bilan carbone lamentable et ne respectant pas les normes sociales et environnementales de notre continent. C'est le meilleur geste à faire pour la planète. "

"Oui ! Il faut taxer enfin les transactions financières, avec un taux progressif et interdire les instruments financiers toxiques (titrisation, ventes de gré à gré, trading à haute fréquence). De plus, il faut s’opposer à la constitution d’un « marché unique des capitaux » qui laisserait les mains libres à une finance qui déstabilise l’économie. "

"Nous proposons une taxe sur les transactions financières ambitieuse, à hauteur de 0,05% de la valeur nominale des transactions. Indolore pour les budgets des ménages, elle pourrait rapporter jusqu'à 190 milliards d'euros annuellement à l'UE et réduire de 90% le volume des produits dérivés, essentiellement spéculatifs. Elle servirait prioritairement à financer la transition écologique et l'aide au développement."

"Nous sommes en faveur de cette proposition, qui permettra notamment de financer l'aide au développement. "

"Ce projet peut très bien d'ores et déjà faire l'objet d'une coopération renforcée entre certains membres de l'UE."

"Proposition PFE 33 – Les Fédéralistes feront en sorte que l’Europe dispose de ressources fiscales propres. Nous mettrons en place une taxe sur les transactions financières et dans le champ environnemental. Certains impôts nationaux seront remplacés par des impôts européens comme la TVA européenne ou une taxe sur les sociétés opérant à l’échelle de l’UE."

"Oui pour limiter les effets de bulle liés à la spéculation haute fréquence et favoriser les investissements de long terme."

"Cette TTF aux taux et assiette communs alimentera directement le budget de la République européenne en tant que ressource propre."

Pas d'informations disponibles

"Oui à la taxe Tobin qui met fin à la spéculation financière à l’origine de l’enrichissement toujours plus important des plus riches"

"Il faut aller plus loin, et remplacer progressivement l'ensemble des prélèvements obligatoires par la Taxe Unique sur les transactions électroniques et financières."

Pas d'informations disponibles

"Cet objectif est strictement impossible à atteindre tant que la France sera dans l'Union européenne, toutes les tentatives pour y parvenir ont échoué."

"Toutes les transactions financières sans exception doivent donner lieu à une taxe."

"La taxation des achats et ventes des actions boursières est un des points du financement de la mesure de la question "Les demandeurs d'asile qui tentent de traverser la Méditerranée doivent être reconduits dans leur pays d'origine"."

"La finance spéculative contraire à l'économie réelle doit être régulée."

"Il faut viser en priorité les flux financiers alimentant la destruction du climat et du vivant. Nous proposons également une harmonisation des pratiques fiscales européennes et une protection contre les dumping fiscal, social et environnemental extra-européen. "

"C'est une évidence."

Indifférent

"La spéculation à court terme doit être taxée, en revanche l'investissement à long terme doit être récompensé."

"Ce qui doit être taxé, c'est la spéculation boursière sans lien avec (ou nuisible à ) l'économie réelle. "

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

"L’UPR ne se prononce pas sur des sujets fiscaux aussi clivants. Cependant, seule la sortie de l’UE permettrait de prendre une telle décision. Il est donc inutile de s’attarder dessus dans le cadre des traités européens qui empêchent cette possibilité et ne peuvent se changer qu’à l’unanimité des États membres."

"Le Parti Pirate souhaite idéalement une instauration d'une telle taxe au niveau mondial, mais est à défaut favorable à une instauration européenne dans un premier temps. En effet, une instauration européenne permettrait déjà une stabilisation relative des activités de spéculation bancaire au sein de l’Eurozone, tout en limitant les risques concurrentiels d’une implémentation seulement nationale."

Pas d'accord

"Cette taxation existe déjà : nous refuserons toute taxation intérieure supplémentaire pour les ménages ou les entreprises, confrontées déjà en France à une pression fiscale sans précédent. "

"Nous sommes contre les profits boursiers qui ne servent que la spéculation. Il faut les supprimer, l'argent qui ne passe pas par la production ne sert que les profits. "

"Il s'agit d'actes économiques normaux... comme il en existe sur tous les marchés. A partir du moment où les plus-values réalisées sont déjà imposées, il n'y a pas de raison d'empiler les taxes."

28. Contrôles aux frontières

Il faut rétablir les contrôles aux frontières au sein de l’UE.

D'accord

"Un Etat doit être libre de décider de qui il laisse rentrer chez lui. Une frontière est une porte que l'on maintient ouverte ou fermée en fonction des circonstances. Ce principe doit être valable aussi pour les marchandises, pas uniquement pour les personnes. Avec des frontières, le scandale de la viande avariée polonaise ne serait pas arrivé jusqu'en France. "

"Des contrôles ciblés et pérennisés face au défi migratoire pour instaurer une double frontière : défendre les frontières extérieures de l’UE pour faire face à l’ampleur du défi migratoire qui est devant nous, et garantir à chaque Etat la maîtrise de sa politique migratoire."

"Oui, mais seulement pour les bonnes causes et selon des modalités acceptables. Par exemple il faut mettre en place des écluses douanières dans l’UE par groupes de pays pour stopper les délocalisations internes à l’UE et construire l’égalisation sociale. Également, si des pays ne respectent pas l’interdiction de culture des OGM ou de l’utilisation du glyphosate, les États doivent pouvoir interdire ces importations."

"L'espace Schengen est un échec. La frontière est une porte et non un mur, elle permet aux Etats de savoir qui rentre et qui sort, de combattre les mafias et de contrôler l'immigration. Combien d'attentats auraient pu être évités si les frontières avaient été contrôlées entre la Turquie et la France ?"

"Proposition PFE 42 – Nous mettrons en place aux frontières une police européenne des frontières, en charge de la surveillance des côtes et des limites territoriales.proposition PFE."

"Il faut rétablir le contrôle aux frontières nationales des états membres en suspendant les accords de Schengen, et en établissant des règles strictes au niveau européen pour stopper immédiatement l'immigration clandestine qui se presse à ses frontières."

"Les frontières nationales sont le système de protection le plus efficace. Devant la multiplication des trafics et des réseaux criminels, parfois terroristes, avoir une vaste zone comme l'espace Schengen sans réels contrôles est totalement irresponsable."

"La vraie question est de traiter les flux migratoires au niveau mondial et non uniquement européen. L'Europe ne peut pas être seule responsable à vaincre toute la pauvreté du monde et d'être l'unique terre d'asile de la planète."

"Oui si la situation l'exige. Cela a été le cas lors des attentats en France nous avons remis nos frontières en place."

"L'Europe est actuellement un espace ouvert, sans réels contrôles ; ce n'est pas acceptable. L'Union européenne a montré son inefficacité dans ce domaine. Il est nécessaire de redresser rapidement la situation."

Indifférent

"C'est déjà fait, en contradiction avec le principe de l'espace Schengen (par exemple entre la France et l'Italie). Là aussi, la méfiance entre les pays fait de gros dégâts, notamment à cause de l'absence de langue commune."

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

"Le contrôle des frontières est l’un des principaux pouvoirs régalien. Chaque nation doit donc pouvoir décider souverainement de sa politique aux frontières. À l’UPR nous organiserons un grand débat national qui sera suivi d’un référendum avec plusieurs questions à choix multiples dont notamment une sur l’appartenance à Schengen. Le peuple français décidera de manière éclairée sa position sur ce sujet délicat. "

Pas d'accord

"Nous souhaitons préserver la libre circulation des personnes dans l'espace Schengen. C'est d'ailleurs pour assurer son bon fonctionnement que nous conditionnerons son accès une participation à l'effort commun en matière d'accueil des réfugiés. Les Etats qui refusent de participer à cet effort devront contribuer à d’autres politiques liées, comme le financement de Frontex ou l’aide au développement."

"La liberté de circulation, définie par Schengen, est un droit qui doit être assuré à tous les européens."

"Il faut au contraire sauver l'espace Schengen !"

"La liberté de circulation est un principe fondamental."

"L'espace Schengen est une opportunité incroyable pour tout citoyen européen souhaitant travailler ou simplement voyager dans un autre Etat membre. La liberté de circulation a permis la multiplication des échanges commerciaux, culturels, touristiques entre Européens. Si les frontières externes doivent être surveillées, ce n'est pas le cas des frontières internes à l'UE."

"Le contrôle aux frontières intérieures est populiste et inutile. Il ne gêne que les travailleurs transfrontaliers, les touristes ou le transport de marchandises. Le rétablissement de contrôles aux frontières intérieures pèse sur les finances publiques tout en n'empêchant pas les criminels de traverser."

Pas d'informations disponibles

"Le contrôle aux frontières va à l’encontre de la politique d’accueil que nous préconisons"

Pas d'informations disponibles

"La libre circulation des êtres humains est toujours une priorité sur la libre circulation des marchandises et des capitaux."

"les frontières nationales sont immuables. Elles dépendent d'une nation et des rapports sociaux qu'elle entretient. La lutte des classes est internationale, ce n'est pas une question de frontières, ça le devient lorsque les peuples sont menacés."

"Nous ne sommes pas favorable à la remise en cause du principe de liberté de circulation, sauf circonstances de sécurité particulière bien évidemment par exemple dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. "

"Les Pirates sont opposés au rétablissement de frontières au sein de l'UE. La libre-circulation, notamment permise par l'espace Schengen, est une initiative soutenue par les pirates, qu'il s'agirait plutôt de pousser davantage. "

"s'il s'agit de contrôle entre I membres."

29. Liberté de la presse

L'Union européenne doit punir financièrement les États membres qui violent la liberté de la presse.

D'accord

"Nous serons intransigeants sur ce sujet. Nous conditionnerons les fonds européens au respect de l'état de droit, notamment le respect de la liberté de la presse. "

"Les violations de l'état de droit, les attaques contre la presse, mais aussi contre la justice se sont multipliées ces dernières années, particulièrement en Pologne et en Hongrie. Ces attaques sont inacceptables, fondamentalement opposées aux valeurs fondatrices de l'UE. La procédure de l'article 7, qui n'a jamais abouti, devrait pouvoir déboucher sur des sanctions financières, pour être pleinement dissuasive."

"Des sanctions doivent être prévues pour les Etats qui violent les libertés publiques et plus généralement les droits humains. Nous proposons notamment un mécanisme renforcé de surveillance des atteintes aux droits humains."

"La liberté de la presse est un principe fondamental que tous les Etats doivent respecter. "

"Proposition PFE 49 – Nous mettrons en place une station de radio publique européenne participative couvrant toute l’UE."

"La liberté de la presse est une des valeurs fondamentales de nos démocraties, une violation ne peut être tolérée."

"Oui. L'appréciation doit être juridique et pas politique: c'est le juge européen qui constate la violation des traités et de la charte des droits."

"La liberté de la presse ne concerne plus grand monde tant les médias appartiennent tous aujourd’hui aux grands groupes financiers et industriels. Il faut promouvoir une presse indépendante non financée par la publicité."

"Pour garantir la liberté de la presse et pour combattre le monopole capitaliste médiatique, l'Union Européenne doit encourager les médias citoyens et les médias indépendants."

"Les violations de la charte des droits fondamentaux devraient être plus sanctionnées que les dépassements du déficit ou de la dette"

"Les sanctions, financières ou d'une autre nature, doivent intervenir dans le cadre d’une veille démocratique continue sur les libertés d’expression démocratique dans l’Union européenne."

"Nous nous battrons pour préserver la vie privée des journalistes, des activistes et des citoyens du monde entier. Nous croyons fermement que les lanceurs d’alerte doivent pouvoir reporter leurs observations, de manière interne, ou à toute autorité compétente ou média. Nous voulons un véritable droit à l'information."

"C'est une évidence. "

Indifférent

"Lorsqu’un Etat membre porte une atteinte grave à la liberté de la presse, la solution est politique et non juridique ou financière. Il en va de la souveraineté des Etats."

"La directive existante “secret des affaires” porte atteinte à la liberté de la presse, il faudrait donc commencer par l'abroger. Ensuite, la protection de la liberté de la presse requiert un financement direct des médias pluralistes, facilement étouffés par des gouvernements autoritaires. L'intervention populaire et le contrôle parlementaire sur de tels financements européens sont indispensables."

"Plutôt que de punir, ne serait-il pas mieux d'encourager ?"

"nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

Pas d'accord

"C'est ouvrir la porte à de nombreuses dérives, et surtout à l'utilisation de ces instruments à des fins politiques. Il est évident aujourd'hui que les procédures engagées contre la Pologne ou la Hongrie visent avant tout à faire pression sur ces pays alors qu'ils refusent la politique de submersion migratoire encouragée par Bruxelles. "

"Ce n'est pas du ressort de l'UE de se mêler des affaires intérieures des pays membres. Debout la France soutient naturellement la liberté de la presse mais est-elle si libre en France qu'on puisse faire la leçon à nos voisins européens ? "

"C’est la liberté d’expression qu’il faut favoriser, pas la liberté de la presse qui est souvent son contraire."

"L'Union Européenne ne doit pas avoir autorité pour sanctionner les états membres, en quelque domaine que ce soit."

"Une telle disposition serait un instrument de chantage dans les mains de l'UE qui s'en servirait pour punir les États récalcitrants plus que pour protéger la presse (seule la presse européiste serait de toute façon considérée comme méritant protection)."

Pas d'informations disponibles

"Quelle liberté dans une Europe entièrement dominée par le capital? La presse est la propriété des multinationales, appeler à la liberté est un leurre."

"Ce doit être un principe de base que les états de l'union doivent appliquer. Cf la convention des droits de l'homme et la charte des droits du citoyen européen. En faire un critère qui pourrait engager une exclusion de l’Europe. Les amendes ne peuvent pas suffire à exonérer des états."

"C'est à la justice des Etats-membres de juger des affaires concernées, étant entendu qu'il y a des recours possibles auprès de la Cour européenne des droits de l'homme."

"Nous sommes globalement opposés à toute sanction financière émanant de l’UE. De surcroît, il faudrait en premier lieu définir les critères d’une presse “libre”."

30. Russie

L’Union européenne doit assouplir les sanctions contre la Russie.

D'accord

"Ces sanctions sont un non-sens au regard des liens historiques qui nous unissent à la Russie, elle servent des intérêts qui ne sont clairement pas ceux de la France, et d'une manière générale de l'Europe. "

"Pour être un acteur de poids dans le monde, l’Europe doit pouvoir normaliser ses relations avec la Russie et instaurer un vrai dialogue tout en défendant ses intérêts."

"Il faut relancer les négociations avec la Russie, gelées depuis 2008, pour le renouvellement du partenariat stratégique avec la Russie, sur la base de la coopération, du dialogue et de la sécurité commune. "

"Les sanctions contre la Russie sont absurdes et contre-productives. La Russie est une nation européenne même si elle n'a pas vocation à intégrer l'UE, il faut avoir un partenariat respectueux."

"Ces sanctions doivent être levées car elles sont une impasse. Elles n'ont en rien solutionné la crise des relations avec la Russie et légitiment les va-t-en-guerre en Europe comme en Russie."

"Avons-nous encore les moyens de tenir tête à la Russie de M. Poutine ? Notre union forte, économique et militaire, associée à l'OTAN nous permettra de revenir véritablement à la table des négociations avec la Russie."

"La politique étrangère de la France doit être libérée de l'influence atlantiste, orientée vers la défense de ses intérêts propres et l'affirmation d'un monde multipolaire, impliquant le développement d'une relation privilégiée avec la Russie."

"Les sanctions contre la Russie n'ont eu d'effet négatif que sur les agriculteurs de l'UE, et particulièrement les agriculteurs français. La Russie ne se porte pas plus mal. Ces sanctions sont sont totalement inefficaces, stupides et contre-productives."

"Nous devons être plus dans le dialogue et la négociation. Évitons de nous créer des ennemis. De cette manière nous pourrions obtenir plus de résultats et éviter de sanctionner. "

"La Russie est un grand pays qui a une histoire commune avec les pays européens et des intérêts communs. L'Union européenne sortirait grandie de garder une ligne indépendante et équilibrée dans la compétition entre la Russie et les Etats-Unis. "

"Ces sanctions ne sont motivées par aucune raison rationnelle et pénalisent très fortement notre économie, en particulier nos agriculteurs. Les États-Unis imposent des sanctions envers la Russie qu’ils ne respectent pas eux mêmes. Ces sanctions leur permettent de voler des parts de marché aux industrielles des pays d’Europe. Nous vivons une guerre commerciale où l’idéologie et la naïveté n’ont pas leur place."

Pas d'informations disponibles

Indifférent

"Les sanctions sont une réponse aux tentatives de déstabilisation russes dans l'est Ukrainien et à l'annexion illégale de la Crimée. Leur objectif principal doit être celui d'une désescalade des conflits."

"Quel est l'effet réel de ces sanctions ? "

Pas d'informations disponibles

Pas d'informations disponibles

"c’est aux citoyens de prendre de telles décisions."

"Il faut négocier avec la Russie sans faiblesse. Les sanctions ne doivent arriver qu'en dernier ressort."

"La Russie est un grand pays beaucoup plus proche culturellement de l'UE que d'autres pays. La Russie ne doit pas être mise au banc des nations européennes mais aidée pour qu'elle évolue vers plus de démocratie. La diabolisation de la Russie ne fait que désunir l'Europe dont certains pays qu'il soient des Balkans ou de l'Europe de l'Est sont plus proche de la Russie que de la France ou l'Allemagne. La condition préalable est de s'accorder sur égalité des droits homme/femme."

"Le Parti Pirate n'a pas pris position sur la question complexe de la Russie et des sanctions contre celle-ci suite à la crise ukrainienne. Les Pirates pensent cependant que la Russie doit s'engager à respecter l'intégrité territoriale des états limitrophes, et faire des efforts concernant la liberté de penser et la liberté de la presse."

Pas d'accord

"L'UE a su répondre fermement aux agressions russes. Il n'est pas question de revenir sur ces mesures tant que la situation géopolitique ne sera pas résolue. "

"Étant donnée l'absence de progrès dans la mise en œuvre des Accords de Minsk (2015) et de l'attitude hostile de la Russie à l'encontre de la souveraineté ukrainienne, les mesures restrictives économiques et individuelles votées à l'unanimité par le Conseil doivent être prolongées. "

"L'UE doit maintenir une position ferme face à un Etat qui ne respecte pas de nombreux droits qui sont au fondement de la construction européenne. "

"Dans le respect du droit international, l'annexion de la Crimée ne sera pas reconnue mais l'Union doit travailler à l'amélioration de ses relations avec la Russie. Dans le cadre d'une Confédération européenne économique et culturelle entre l'Union et la Russie, l'Ukraine, le Bélarus, la Turquie, la Géorgie et l'Arménie, les sanctions pourront disparaître."

"L’Union européenne doit arriver à un arrangement avec la Russie en lui abandonnant les parties proprement russes et russophones de l’Ukraine et en exigeant en retour, pour ce pays, la plus totale liberté d’agir comme bon lui semble et, pour commencer, de devenir membre de l’Union européenne."

"L'Union européenne ne doit pas se mêler des affaires de la Russie. De quel droit sanctionner un pays qui n'accepte pas les dictacts européens? "

"On peut débattre de leur efficacité. Mais elles doivent être maintenues tant que Poutine ne donne pas des marques de volonté de mettre en œuvre les accords de MINSK (qu'il a signés) et de débattre d'une politique de voisinage, dans un intérêt mutuel. Pour l'instant tous ses efforts visent à briser les reins de l'UE."

Y'a-t-ils des sujets plus importants pour vous?

Les affirmations que vous avez cochées auront plus d'importance lors du calcul des résultats

Questions les plus importantes

Quels partis voulez-vous inclure dans vos résultats ?

Vous pouvez choisir tous les partis se présentant aux élections ou alors en choisir au minimum trois

Sélectionner les partis que vous voulez voir apparaitre dans vos résultats

Vos opinions sont les plus proches de:

0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
0%en commun
Votematch Europe Votematch Europe

Sélectionnez les partis auxquels vous voulez comparer vos réponses ci-dessous

  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0
  • 0

1. Réchauffement climatique Haute importance

La lutte contre le réchauffement climatique doit prévaloir sur les priorités économiques.

  • Votre opinion:
  • Renaissance soutenue par la République en Marche et le Modem et ses partenaires: D'accord

    "Nous refuserons de signer tout accord commercial avec un pays qui ne respecte pas l'accord de Paris car nous faisons passer nos objectifs environnementaux avant toute autre considération."

  • Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen: Pas d'accord

    "Il ne faut pas opposer l'un et l'autre, on a vu le résultat avec la crise des Gilets Jaunes. Il faut le développement d'un nouveau modèle économique, basé sur le localisme et les circuits courts, qui conjugue à la fois la préservation de l'environnement et le développement des économies locales. "

  • Union de la droite et du centre: Indifférent

    "Nous devons préserver notre planète pour les générations qui viennent, en réconciliant économie et écologie. Nous proposons l'instauration d'une Barrière écologique : appliquer les standards et la contribution carbone imposés à nos industries aux produits importés, pour éviter une concurrence déloyale et protéger l’environnement. Sans quoi nous saborderons notre économie en continuant à abîmer notre environnement."

  • La France Insoumise: D'accord

    "Le réchauffement climatique est le symptôme de notre pression excessive sur l'écosystème et les ressources naturelles. Il est nécessaire d’instaurer la règle verte au niveau européen, c’est-à-dire l’interdiction de prélever davantage à l’écosystème que ce qu’il est capable de supporter. Le respect de cette règle doit être le préalable à toute politique publique ou investissement de l'Union européenne."

  • Europe Écologie: D'accord

    "Face à un capitalisme prédateur des ressources naturelles, il est temps de poser des limites et de renverser les priorités. Nous proposons un super traité environnemental européen, qui fasse de l’écologie la norme juridique supérieure et tourne le dos à la logique productiviste des anciens traités. Pour changer les règles du jeu face aux industries polluantes et leurs lobbies, l’environnement doit être prioritaire."

  • Envie d'Europe écologique et sociale: D'accord

    "Notre priorité économique à long terme devrait être la lutte contre le réchauffement climatique puisque il sera destructeur pour les êtres humains et donc pour l'économie. Ne pas lutter contre le réchauffement climatique est un mauvais choix économique . Nous proposons un principe d'exception écologique pour que toute la politique économique de l'UE soit soumise à des critères environnementaux et climatiques."

  • Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France! - CNIP: Indifférent

    "Une telle opposition est absurde et amènera à l'échec. La clé de la transition est justement de déployer des innovations technologiques et des modes de production à la fois plus durables mais aussi plus intenses en emplois qualifiés qui créent de la richesse."

  • Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent: D'accord

    "La règle d'or budgétaire imposée aux Etats doit être remplacée par une régle d'or sociale et écologique. Nous proposons que la monnaie créée par la BCE soit utilisée par un fonds de développement social et écologique, qui puisse prêter aux Etats à taux nul. "

  • Espéranto - langue commune équitable pour l'Europe: Indifférent

    "Les deux doivent aller ensemble. C'est le rôle des pouvoirs publics d'assurer un développement économique luttant contre le réchauffement climatique (isolation, développement d'énergie renouvelable, transports...)."

  • Parti fédéraliste européen - pour une Europe qui protège ses citoyens: Indifférent

    "Proposition PFE 17 – Nous définirons la mixité des sources d’énergie au niveau européen et la réalisation du marché de l’énergie en finançant des réseaux et un maillage transfrontaliers pour stabiliser ou faire baisser les coûts de l’énergie pour les ménages et les entreprises."

  • Allons enfants : D'accord

    "Nous ne pouvons plus reculer devant l'urgence climatique. Notre planète est en danger, et c'est en ayant une action coordonnée à l'échelle européenne qu'une politique climatique ambitieuse pourra avoir un impact réel."

  • Pace - Parti des citoyens européens: D'accord

    "Action extérieure: faire de la lutte contre le réchauffement climatique une des priorités de la diplomatie pacifique ; conditionner l’accès du marché intérieur au respect par les entreprises étrangères des normes environnementales européennes. Action intérieure : investissements massifs (y compris par une dette commune) pour la transition énergétique et le développement du ferroviaire paneuropéen."

  • La ligne claire: D'accord

    "à 200%"

  • Décroissance 2019: D'accord

    "Les deux sont indissociables et le retour à une production qui utilisera d’autres sources d’énergie et notamment celle fournie par le travail humain ne manquera pas de créer des emplois, ce qui devrait être l’objectif ultime de toute politique économique."

  • Liste de la reconquête: Pas d'accord

    "Il faut accorder les priorités économiques aux enjeux écologiques, en développant le localisme et le protectionnisme, et en rompant avec le mondialisme libéral et les traités de libre-échange."

  • Démocratie représentative : D'accord

    "Oui mais il faut que la transition écologique soit payée par les entreprises qui polluent et non par les citoyens."

  • Ensemble Patriotes et Gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne!: D'accord

    "Ce beau principe suppose de changer les traités européens, ce qui est impossible puisque certains pays s'y opposeront. Il faut donc sortir de l'UE."

  • Mouvement pour l'initiative citoyenne: Indifférent

    "c’est aux citoyens de fixer les priorités."

  • Liste citoyenne du printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et Dème-diem 25: D'accord

    "A condition que ce ne soit pas vrai pour les conséquences sociales."

  • À voix égales: D'accord

    "La lutte contre le réchauffement climatique est une priorité absolue au-delà de celles économiques. "

  • Parti Révolutionnaire Communistes: Pas d'accord

    "Le réchauffement climatiques ne dépend pas seulement de l'activité humaine comme on voudrait le faire croire pour faire peur. L'activité humaine est dominée par les multinationales mondiales, ce n'est pas pour rien que le réchauffement s'est accéléré. "

  • Évolution citoyenne: D'accord

    "Oui mais seulement si USA et Chine, les plus gros pollueurs, s'y engagent également : notre seul impact n'est pas suffisant "

  • Une France royale au cœur de l'Europe : Pas d'accord

    "Le réchauffement climatique est une réalité complexe, qui n'a pas que des effets négatifs. C'est surtout la pollution qu'il faut réduire très fortement et la diversité biologique qu'il faut protéger à tout prix."

  • Urgence Écologie : D'accord

    "Au delà du réchauffement climatique, il faut inscrire le respect des limites planétaires et reconnaître les droits de la nature dans leur ensemble dans les traités européens. Cela implique de supprimer l’objectif de « croissance » et d’abandonner le PIB comme indice de référence dans ces textes."

  • Ensemble pour le Frexit : Indifférent

    "L’un et l’autre ne sont pas incompatibles."

  • Parti Pirate: D'accord

    "La transition des ressources fossiles aux énergies renouvelables et aux sources d’énergie propre est nécessaire. L'utilisation des sources d'énergie doit être durable et ne doit pas entrer en conflit avec d'autres objectifs environnementaux. Notre objectif est d’établir une structure de fournisseurs d'énergie transparente et décentralisée qui garantisse des options participatives pour tous les citoyens."

  • Union démocratique pour la Liberté, Égalité, Fraternité: D'accord

    "c'est une priorité. "

  • 0% D'accord 0% Pas d'accord 0% Indifférent

    Comparé à d'autres utilisateurs de Vote&Vous

Sélectionner les partis que vous souhaitez voir apparaître dans vos résultats

2. Reconduction des demandeurs d'asile Haute importance

Les demandeurs d'asile qui tentent de traverser la Méditerranée doivent être reconduits dans leur pays d'origine

  • Votre opinion:
  • Renaissance soutenue par la République en Marche et le Modem et ses partenaires: Pas d'accord

    "Si des migrants en détresse sont sauvés en mer par nos gardes-frontières, ils seront, dans le respect des conventions internationales, conduits dans le port le plus proche. En tant que pays des droits de l'homme, nous ne dérogerons jamais de nos devoirs. Cependant, si leur demande d’asile ou de titre de séjour est refusée, ils seront renvoyés dans leur pays d’origine. "

  • Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen: D'accord

    "Le droit d'asile est aujourd'hui détourné en filière d'immigration massive. Cela nuit aux véritables réfugiés. Les demandes d'asile doivent être traitées dans les pays d'origine ou les pays voisins avant toute arrivée sur le sol européen, c'est une réforme indispensable au maintient de cette protection légitime des individus en danger. "

  • Union de la droite et du centre: D'accord

    "Les drames en Méditerranée cesseront lorsque l’Europe mettra fin à son impuissance en matière migratoire. Les demandes d’asile doivent être effectuées dans des pays tiers sûrs en-dehors des frontières de l’UE, sur le modèle de ce qui se fait en Australie par exemple."

  • La France Insoumise: Pas d'accord

    "Au contraire, il faut garantir les conditions d’un asile digne. Éventuellement, on pourra construire un programme pour l’aide au retour des réfugiés qui le souhaitent lorsque la situation de leur pays d’origine le permet. Il faut donc lutter contre les causes de l’exil, plutôt que contre les demandeurs d’asile."

  • Europe Écologie: Pas d'accord

    "Les politiques répressives de retour forcé vers les pays d'origine sont coûteuses et inefficaces. Nous proposons la mise en place par l'UE de corridors humanitaires, sûrs et légaux, pour garantir des migrations décentes et éviter les naufrages. L'UE doit créer un titre de séjour « résident extra-communautaire » pour permettre la libre circulation et libre installation des étrangers en Europe."

  • Envie d'Europe écologique et sociale: Pas d'accord

    "Ceux qui risquent leur vie pour traverser la méditerranée doivent avant tout être sauvés de la noyade: nous relancerons un plan de sauvetage type Mare Nostrum, piloté au niveau européen. Ensuite, les demandeurs d'asile qui ont arrivés en Europe doivent avoir accès à une procédure d'asile respectueuse de leurs droits. Le non-refoulement est un principe essentiel du droit international. "

  • Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France! - CNIP: D'accord

    "Seule la fermeté peut détourner les immigrés d'entreprendre une traversée si dangereuse. Le laxisme donne un faux espoir qui est meurtrier. Au contraire, la fermeté de l'Australie contre l'immigration a dissuadé les passeurs, ce qui a permis de sauver les innocents qui ont cessé de vouloir faire la traversée."

  • Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent: Pas d'accord

    "Il faut accorder des visas humanitaires aux réfugiés afin d'ouvrir des voies légales et sûres de migration."

  • Espéranto - langue commune équitable pour l'Europe: Pas d'accord

    "A traiter au cas par cas : la DUDH de 1948 dit que tout être humain a droit à la vie. S'ils risquent la mort dans leur pays d'origine, c'est forcément non."

  • Parti fédéraliste européen - pour une Europe qui protège ses citoyens: D'accord

    "l'UE doit réfléchir et œuvrer à résoudre les causes de l'immigration. (aides et assistances aux pays défavorisés)."

  • Allons enfants : Pas d'accord

    "Les demandes d'asile doivent toutes être étudiées et ce dans des délais les plus brefs possibles. L'Union européenne est la terre des droits de l'Homme et doit le rester. "

  • Pace - Parti des citoyens européens: Pas d'accord

    "S'ils souhaitent demander l'asile, ils seront reconduits dans les "hotspots" créés auprès des ambassades de l'Union (Etats membres) ou de la République européenne dans le respect des critères du UNHCR. La protection de ces demandeurs d'asile sera assurée par les autorités européennes."

  • La ligne claire: D'accord

    Pas d'informations disponibles

  • Décroissance 2019: Pas d'accord

    "La situation doit être examinée au cas par cas en fonction de la situation qui est celle du migrant dans son pays d’origine. Il faut à la fois permettre à ceux qui le souhaiteraient de pouvoir continuer à vivre dans leur pays tout en accueillant ceux qui s’y trouvent en réelle insécurité."

  • Liste de la reconquête: D'accord

    "Les clandestins doivent être systématiquement reconduits dans leur pays d'origine. Il faut rétablir immédiatement nos frontières et mettre à fin à tous les dispositifs dont bénéficient les immigrés en attente de régularisation."

  • Démocratie représentative : Pas d'accord

    Pas d'informations disponibles

  • Ensemble Patriotes et Gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne!: D'accord

    "Le seul moyen efficace d'empêcher les gens de mourir en tentant la traversée, c'est de les faire renoncer à tenter la traversée en rendant le risque totalement inutile. "

  • Mouvement pour l'initiative citoyenne: Indifférent

    "nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

  • Liste citoyenne du printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et Dème-diem 25: Pas d'accord

    "Il faut supprimer le système Dublin."

  • À voix égales: D'accord

    "Préférable d'allouer les budgets afférants à l'accueil des immigrés pour développer des infrastructures dans leur pays d'origine."

  • Parti Révolutionnaire Communistes: Pas d'accord

    "C'est les envoyer à la mort ou la misère alors que la France, l'Europe sont coupables de la situation."

  • Évolution citoyenne: Pas d'accord

    "Les réseaux de passeurs doivent être identifiés et démantelés."

  • Une France royale au cœur de l'Europe : D'accord

    "La maîtrise des flux migratoires n'est possible que si les dossiers des demandeurs d'asile sont étudiés depuis les consulats. Une personne qui est en France ne devrait pas pouvoir postuler et devrait quitter le territoire national pour le faire. "

  • Urgence Écologie : Pas d'accord

    "Un programme humanitaire pour que plus personne ne meure en Méditerranée ou en montagne. L'UE et les Etats membres doivent cesser de contribuer à la destruction et à l’accaparement des ressources (désertification, exploitation forestière, pétrolière et minière, déchets) qui fabriquent la misère ou mènent à des conflits. Les demandes d’asile doivent être examinées au cas par cas, en respectant les droits humains. "

  • Ensemble pour le Frexit : Pas d'accord

    "C’est un sujet humainement très délicat. Il faut donc étudier au cas par cas les demandes d’asile et accueillir temporairement tous les demandeurs légitimes. "

  • Parti Pirate: Pas d'accord

    "Les pirates ont une exigence de solidarité à l'égard des migrants, en assurant des voies de migrations légales y compris humanitaires, et en offrant aux migrants arrivant sur le territoire français un accueil digne et respectueux des droits humains. Il faut également suspendre le renvoi des demandeurs d'asile au pays de première entrée dans l'UE prévu par les accords de Dublin."

  • Union démocratique pour la Liberté, Égalité, Fraternité: Pas d'accord

    Pas d'informations disponibles

  • 0% D'accord 0% Pas d'accord 0% Indifférent

    Comparé à d'autres utilisateurs de Vote&Vous

Sélectionner les partis que vous souhaitez voir apparaître dans vos résultats

3. Déficit budgétaire Haute importance

L'Union européenne doit systématiquement sanctionner les États membres qui ne respectent pas les règles de déficit budgétaire.

  • Votre opinion:
  • Renaissance soutenue par la République en Marche et le Modem et ses partenaires: D'accord

    "Les niveaux d'endettement des grandes économies européennes sont déjà très élevés. Laisser dériver à nouveau nos finances publiques ne ferait qu'aggraver la situation que nos enfants et petits-enfants devront régler pour nous. "

  • Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen: Pas d'accord

    "Les questions budgétaires relèvent de la souveraineté des Etats. S'il est nécessaire de rompre avec certaines règles pour relancer la croissance par la consommation, c'est un mal pour un bien. Par ailleurs, les politiques d'austérité sont néfastes, en Grèce l'espérance de vie à diminué suite aux politiques de la troïka. "

  • Union de la droite et du centre: Indifférent

    "Le respect des critères budgétaire permet une confiance mutuelle entre les Etats de la zone euro. Mais des sanctions systématiques aveugles peuvent être contre-productives. En revanche, tout appel à l’aide au Mécanisme européen de stabilité doit être gagé par de strictes contreparties en termes de réformes structurelles (comme en Espagne ou au Portugal)."

  • La France Insoumise: Pas d'accord

    "Ce dogmatisme budgétaire est mortifère. Il empêche, par exemple, de répondre à l’urgence climatique dont dépend la survie de l'espèce humaine et de préserver nos services publics. C’est une atteinte insupportable à la souveraineté populaire."

  • Europe Écologie: Pas d'accord

    "La règle des 3% de déficit public n'a pas de fondements. Nous devons sortir du calcul des déficits les dépenses d’investissement écologique, augmenter le budget de l’UE à 5% du PIB, en dédier 50% à la lutte contre le dérèglement climatique pour enclencher la transition écologique de l'économie qui développera l'emploi et changera la donne économique en Europe."

  • Envie d'Europe écologique et sociale: Pas d'accord

    "A moyen terme il faut revoir les règles budgétaires européennes. En particulier, nous proposons d'exclure les dépenses en faveur de l'environnement du calcul du déficit public dans le cadre de la règle des 3 % de déficit public maximum. "

  • Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France! - CNIP: Pas d'accord

    "L'UE n'a aucune légitimité pour "sanctionner" un gouvernement élu démocratiquement. Les plans "d'austérité" imposés pour réparer les erreurs conjointes de certains états et de la Commission ont aggravé les choses comme l'a reconnu le FMI. Les dépenses administratives de la Commission ont représenté plus de 50 milliards d’euros depuis 2014 et augmentent en moyenne de 5% par an. Voilà de vraies économies à faire !"

  • Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent: Pas d'accord

    "Les règles imposées quant aux déficits budgétaires ne reposent sur aucune justification économique mais sur un objectif politique, celui de mener des politiques d'austérité dans les différents pays européens. "

  • Espéranto - langue commune équitable pour l'Europe: Indifférent

    "En l'état actuel de l'UE, les Etats ne suivent pas les règles : voir par exemple l'Italie, ou la France, dont le déficit prévu a augmenté depuis quelques mois."

  • Parti fédéraliste européen - pour une Europe qui protège ses citoyens: D'accord

    "Proposition PFE 27 – Nous mettrons en place une veille démocratique sur les budgets des États par un régulateur européen pour s’assurer que les états membres ne génèrent pas des montants de dettes incontrôlés."

  • Allons enfants : Pas d'accord

    "Les règles de déficit budgétaire ne sont pas adaptées à tous les Etats et à toutes les conjonctures économiques. Il est nécessaire de permettre à un gouvernement de mettre en œuvre une politique de relance dans un contexte défavorable. Il faut adapter les règles pour qu'elles tiennent compte des politiques structurelles mises en oeuvre. "

  • Pace - Parti des citoyens européens: Pas d'accord

    "La règle du déficit doit être respectée mais n'est pas absolue. Les indicateurs habituels (PIB, dette, déficit) ne sont pas les plus pertinents, l'action de la République européenne doit être guidée par de nouveaux indicateurs: coefficient de GINI (écarts de richesse), taux de suicide et de burn-out, taux de mal-logés, qualité de l'air, taux de recyclage des déchets... i.e. le bien-être social et environnemental."

  • La ligne claire: D'accord

    Pas d'informations disponibles

  • Décroissance 2019: Indifférent

    "L’austérité systématique qui prend les citoyens à la gorge n’est pas une solution. Voir l’exemple de la Grèce qui ne s’est pas encore relevée des mesures drastiques imposées par l’UE et dont les plus pauvres ont été les principales victimes. Pour sortir de la main-mise de la finance, nous proposons de rétablir des monnaies publiques locales, régionales et nationales, à côté d’une monnaie commune remise à sa place."

  • Liste de la reconquête: Pas d'accord

    "Les politiques économiques et budgétaires relèvent de la souveraineté exclusive des états membres."

  • Démocratie représentative : Pas d'accord

    "Les règles de déficit budgétaire et la politique d’austérité imposés les dernières années ont accru la crise économique et ont frappé les classes populaires en Europe."

  • Ensemble Patriotes et Gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne!: Pas d'accord

    "L'austérité est un facteur de destruction de l'économie, du modèle social, de la croissance et de l'emploi. Les règles ont été définies de façon arbitraire et ne correspondent à aucune réalité économique"

  • Mouvement pour l'initiative citoyenne: Pas d'accord

    "L’UE doit respecter le choix des pays qui la composent lorsque ces choix sont faits à travers une législation directe."

  • Liste citoyenne du printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et Dème-diem 25: Pas d'accord

    "Les investissements nécessaires à la transition écologique doivent être sortis du calcul."

  • À voix égales: Pas d'accord

    "Lorsque qu’un pays dépasse son déficit budgétaire c’est qu’il ne maîtrise plus ses finances publiques, son l’inflation, ses taux d’intérêt, son taux de change. Lui imposer une amende qui peut aller jusqu’à 0,2% du PIB revient à faire payer les citoyens d’un pays pour les décisions souvent inconséquentes de ceux qui les dirigent. Pierre Moscovici, a souhaité que la zone euro se contente de sanctions symboliques car les sanctions ne sont pas "la réponse qui convient en tout". "

  • Parti Révolutionnaire Communistes: Pas d'accord

    "Les nations doivent être libres et indépendantes. Nous sommes contre tout pacte et accord supranational. "

  • Évolution citoyenne: Pas d'accord

    "Les situations des états peuvent justifier un délai de respect des règles de déficit budgétaire. Les pays de l’Europe doivent converger vers ces critères mais être solidaires de situations particulières qui justifient le non-respect. "

  • Une France royale au cœur de l'Europe : Pas d'accord

    "L'Union européenne n'est pas un Etat fédéral chargé de sanctionner les mauvais élèves. Il s'agit d'une structure de coopération entre Etats souverains, qui doivent assumer leurs responsabilités."

  • Urgence Écologie : Pas d'accord

    "Il faut sortir d’urgence les investissements écologiques de la règle des 3 %, afin de financer un effort comparable à un effort de guerre pour la décroissance énergétique, la sortie des énergies fossiles et la régénération de la nature. En parallèle, l’arrêt des subventions publiques aux nombreux projets destructeurs (Lyon Turin, GCO, Europacity) contribuera significativement à réduire les déficits."

  • Ensemble pour le Frexit : Pas d'accord

    "Chaque État devrait être souverain dans l’élaboration de son budget. Il n’existe aucune raison rationnelle économiquement pour imposer un seuil de 3% de déficit. Cette règle varie au gré des intérêts qu’elle sert et constitue la justification des politiques récessives imposées par la Commission. Pourtant, sous la présidence de Sarkozy, notre déficit public a grimpé jusqu’à 8,5% du PIB pour « sauver les banques ». "

  • Parti Pirate: Indifférent

    "L'Union européenne est légitime à sanctionner un état qui ne respecterait pas les règles communes concernant le déficit budgétaire. Cependant une sanction doit toujours prendre en compte le contexte qui a amené à ne pas respecter la règle commune. En tout état de cause, les sanctions de ce type doivent être soumises au Parlement européen."

  • Union démocratique pour la Liberté, Égalité, Fraternité: Pas d'accord

    "Pour relancer la croissance ou faire tourner leurs administrations en période de crise."

  • 0% D'accord 0% Pas d'accord 0% Indifférent

    Comparé à d'autres utilisateurs de Vote&Vous

Sélectionner les partis que vous souhaitez voir apparaître dans vos résultats

4. GAFA et stockage des données Haute importance

L’UE doit obliger les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) à stocker leurs données sur le continent européen.

  • Votre opinion:
  • Renaissance soutenue par la République en Marche et le Modem et ses partenaires: D'accord

    "Nous souhaitons renforcer la souveraineté technologique de l'Europe. Cela peut passer par l'obligation de stocker les données eurpéennes sur notre territoire, en particulier en réaction au Cloud Act américain."

  • Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen: D'accord

    "La protection des données est un des grands enjeux de l'avenir. Il est indispensable de développer le principe de coffres forts numériques pour protéger les données personnelles et empêcher leur commerce, source de toutes les dérives éthiques futures. "

  • Union de la droite et du centre: D'accord

    "Nous le proposons : les Européens doivent être maîtres de leurs données et avoir le choix face à la marchandisation des données personnelles."

  • La France Insoumise: D'accord

    "Il faut également briser leur monopole en s’opposant à la colonisation par les GAFA de nos services publics, en s’opposant par exemple à la sponsorisation d’établissements, d’équipements informatiques ou de diplômes."

  • Europe Écologie: D'accord

    "L’hébergement de nos données en Europe est un enjeu de protection et d’indépendance stratégique majeur. Mais il ne s’agit pas de remplacer les GAFAM étrangers. L’enjeu n’est pas commercial : nos données sont des biens communs devant être sécurisés des appétits lucratifs de tout acteur (qu’il soit européen et Français ou étranger) et utilisés pour servir l’intérêt général. "

  • Envie d'Europe écologique et sociale: D'accord

    "Tant pour des questions de performance que pour la protection des usagers, la réglementation européenne doit imposer la localisation des données des Européens en Europe. "

  • Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France! - CNIP: D'accord

    "Chaque pays doit être maître des données personnelles de ses citoyens, il s'agit d'un nouveau droit humain à conquérir pour tout citoyen digne de ce nom. La seule solution est que les pays européens encouragent la création de leurs propres champions numériques car les multinationales américaines obéiront toujours aux Etats-Unis avant tout, comme le montrent les scandales récurrents de "fuites" et d'espionnage."

  • Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent: D'accord

    "Créer une agence européenne pour un internet décentralisé, avec une architecture « pair-à-pair » et une gouvernance de Commun, afin créer une alternative aux GAFAM, pour un web ouvert, sans censure, ni exploitation abusive des données personnelles, ni atteintes à la vie privée, ni manipulations par les fake news, en répartissant les données, leur traitement et leur hébergement en Europe, sans contrôle centralisé."

  • Espéranto - langue commune équitable pour l'Europe: D'accord

    "Il faudrait aussi soutenir les logiciels libres."

  • Parti fédéraliste européen - pour une Europe qui protège ses citoyens: D'accord

    "Proposition PFE 43 – Nous œuvrerons pour une réelle protection juridique des citoyens européens, ce qui implique que les droits du citoyen soient garantis de façon uniforme dans tous les pays membres de l’Union Européenne. L'internet européen doit être développé intensément à l'exemple de Qwant."

  • Allons enfants : D'accord

    "Les données personnelles sont des éléments très sensibles qui ne devraient pas transiter par des pays tiers. La cybersécurité serait renforcée en imposant aux GAFA de stocker leurs données sur le territoire car elles ne seraient plus soumises aux aléas géopolitiques."

  • Pace - Parti des citoyens européens: D'accord

    "L'Europe doit garder le contrôle des données de ses propres citoyens."

  • La ligne claire: D'accord

    Pas d'informations disponibles

  • Décroissance 2019: D'accord

    "Tout ce qui peut contraindre les GAFAM doit être mis en place afin que cesse l’hégémonie dont ils disposent en toute impunité."

  • Liste de la reconquête: D'accord

    "Les données personnelles de chaque citoyen doivent être stockées sur le territoire de leur pays d'origine."

  • Démocratie représentative : D'accord

    "Les données sont le produit de la coopération sociale et doivent être socialisées. Elles ne doivent pas être exploitées par des monopoles."

  • Ensemble Patriotes et Gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne!: D'accord

    "La protection des données personnelles est un enjeu majeur. La France devrait imposer que les données de ses ressortissants soient stockées en France."

  • Mouvement pour l'initiative citoyenne: Indifférent

    "nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

  • Liste citoyenne du printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et Dème-diem 25: Indifférent

    "La priorité est au paiement d'impôts en fonction du chiffre d'affaires réalisé et au respect du RGPD."

  • À voix égales: Pas d'accord

    "Peu importe où sont stockées les données, la vraie question est de légiférer sur l'utilisation de celles-ci. Le stockage des données en Europe n'empêche pas forcément une utilisation détournée de celles-ci."

  • Parti Révolutionnaire Communistes: Pas d'accord

    "les grandes multinationales citées n'ont qu'un but: faire du profit. Ce n'est pas en stockant leurs données que cela va changer. Ces outils, cette industrie doit être débarrassée de la maîtrise capitaliste, sinon rien ne changera."

  • Évolution citoyenne: D'accord

    "Au-delà, l'Europe doit vérifier l'usage des données : exemple RGPD"

  • Une France royale au cœur de l'Europe : D'accord

    "Etant donné les rapports de force, il est tout à fait judicieux de traiter ces sujets au niveau de l'Union européenne, plutôt que séparément au niveau de chaque Etat."

  • Urgence Écologie : D'accord

    "Nous souhaitons des mesures de reconquête de la souveraineté numérique, telles que la relocalisation des serveurs, la protection des données personnelles (et leur stockage en Europe) et l’application des règles démocratiques dans le cyberespace. Nous souhaitons également l’abandon de la 5G, inutile et coûteuse, financièrement et écologiquement."

  • Ensemble pour le Frexit : D'accord

    "Nous sommes pour le contrôle des données stockées par les GAFA, c’est un enjeu stratégique majeur. Cependant, il est illusoire de penser que les instances de l’UE obtiendront l’unanimité des États membres pour mettre en place une telle contrainte. Des pays, tels que l’Irlande pour des raisons économiques, s’y refuseront. "

  • Parti Pirate: D'accord

    "Le Parti Pirate milite pour le renforcement du droit de contrôle de ses données personnelles, le stockage des données des GAFA concernant les citoyens européens sur le continent européen permettrait un meilleur contrôle."

  • Union démocratique pour la Liberté, Égalité, Fraternité: D'accord

    "doit surtout avec la possibilité de contrôler et de respecter les libertés individuelles"

  • 0% D'accord 0% Pas d'accord 0% Indifférent

    Comparé à d'autres utilisateurs de Vote&Vous

Sélectionner les partis que vous souhaitez voir apparaître dans vos résultats

5. Régions pauvres de l'UE Haute importance

L’aide financière accordée aux régions les plus pauvres de l’Union européenne doit être diminuée.

  • Votre opinion:
  • Renaissance soutenue par la République en Marche et le Modem et ses partenaires: Pas d'accord

    "Nous ne souhaitons pas réduire les aides au développement mais nous souhaitons être plus exigeants. Il nous faut les conditionner au respect de l'état de droit et à la convergence sociale (instauration d’un SMIC et convergence vers le haut)."

  • Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen: D'accord

    "La solidarité entre Nations peut être un principe, mais cela ne doit pas se faire au détriment de notre propre peuple. La France est contributrice nette au budget de l'UE pour 10 milliards par an, cet argent serait bien utile en France, où nos compatriotes ont de plus en plus de mal à finir le mois et sont écrasés d'impôts. "

  • Union de la droite et du centre: Indifférent

    "La politique de cohésion doit être réévaluée à l’aune de ses résultats : être particulièrement attentif à ce que les fonds structurels soient utilisés pour de réels projets structurants pour les régions les plus pauvres de l’Union, et à ce qu’ils ne financent pas les délocalisations qui affectent notre industrie."

  • La France Insoumise: Pas d'accord

    "Nous refusons la baisse des fonds européens de la politique de cohésion. Par ailleurs, il ne saurait être question que ces fonds soient conditionnés à la réalisation de réformes structurelles qui détruisent les droits sociaux. Ces fonds doivent servir à une harmonisation sociale vers le haut."

  • Europe Écologie: Pas d'accord

    "La politique de cohésion de l'UE est un élément essentiel de la solidarité européenne. L'UE doit viser une convergence économique, et soutenir financièrement les régions les plus pauvres. Nous voulons renforcer ce soutien et y ajouter un fonds social pour la transition écologique et une assurance transition, visant à accompagner les régions et les travailleurs.euses dans la transition."

  • Envie d'Europe écologique et sociale: Pas d'accord

    "Il faut assumer la solidarité européenne, c'est à la base du projet européen."

  • Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France! - CNIP: Indifférent

    "Ce n'est pas le sujet. Quelles aides et pour quoi faire ? Subventionner à perte des projets bidons ou des ponts en Croatie construits par des multinationales chinoises n'a aucun intérêt. Il faut assumer un patriotisme économique français et européen qui donnent les marchés publics subventionnés à nos entreprises."

  • Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent: Pas d'accord

    "Nous nous opposons au cadre pluriannuel du budget de l'UE 2021-2027 qui prévoit de baisser le financement des fonds sociaux européens et nous défendons un accès plus simple aux fonds européens. "

  • Espéranto - langue commune équitable pour l'Europe: Indifférent

    "“doit être diminuée” : non. Mais il faut une gestion claire des aides."

  • Parti fédéraliste européen - pour une Europe qui protège ses citoyens: Pas d'accord

    "Proposition PFE 28 – Nous mettrons en place un mécanisme européen de résolution de crise et un système européen d’assurance des dépôts de telle façon que les finances des États membres ne soient plus assujetties uniquement au sauvetage des banques privées,"

  • Allons enfants : Pas d'accord

    "L'Union européenne n'a pas permis le rattrapage des régions les plus pauvres. L'action en leur faveur doit donc continuer pour offrir les mêmes opportunités et un niveau de vie décent à chaque citoyen européen."

  • Pace - Parti des citoyens européens: Pas d'accord

    "Il s'agit actuellement du meilleur outil de solidarité européenne au service de tous les citoyens européens. La solidarité est au cœur du projet européen et PACE propose d'en faire un devoir du citoyen européen (aux côtés du devoir de respecter les valeurs européennes)."

  • La ligne claire: Pas d'accord

    "Pas d'accord du tout "

  • Décroissance 2019: Pas d'accord

    "Non, l’Europe que nous voulons est une Europe solidaire où prédomine le partage des richesses et la lutte contre les inégalités"

  • Liste de la reconquête: Indifférent

    "Les subventions accordées aux économies sinistrées par la crise financière, l'austérité budgétaire et la mondialisation sauvage ne font qu'accroître la sujétion des états concernés aux diktats de Bruxelles."

  • Démocratie représentative : Pas d'accord

    Pas d'informations disponibles

  • Ensemble Patriotes et Gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne!: Indifférent

    "Les aides européennes n'ont JAMAIS permis aux régions les plus pauvres de se développer durablement. Le financement de quelques infrastructures n'a absolument pas rééquilibré les différences industrielles importantes. Au contraire, tous les déséquilibres sont aggravés par la monnaie unique et les critères budgétaires absurdes que l'UE impose. Il faut absolument sortir de ce modèle dysfonctionnel."

  • Mouvement pour l'initiative citoyenne: Indifférent

    "nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

  • Liste citoyenne du printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et Dème-diem 25: Pas d'accord

    "L'Europe doit être un puissant facteur de réduction des inégalités entre citoyen.nes et entre Etats."

  • À voix égales: Pas d'accord

    "L'Europe doit se battre contre la pauvreté en aidant chacun des membres de L'UE. La vraie question n'est pas l'aide financière mais le contrôle des sommes de cette aide et la vérification que celles-ci ne servent ni la corruption, ni d'autres destinations."

  • Parti Révolutionnaire Communistes: Pas d'accord

    "Les Nations doivent être libres et indépendantes. Elles doivent décider de leurs propres droits à mettre en œuvre. "

  • Évolution citoyenne: Pas d'accord

    "Nous devons être solidaires. "

  • Une France royale au cœur de l'Europe : D'accord

    "Le principe d'une solidarité entre les Etats-membres de l'Union européenne est une bonne chose. Est-elle au bon niveau ou est-elle excessive ? Il revient aux Etats d'en discuter et de ne pas se faire dicter une politique par la Commission. "

  • Urgence Écologie : Pas d'accord

    "Nous sommes pour une Europe solidaire."

  • Ensemble pour le Frexit : Indifférent

    "Étant pour la sortie de la France de l’UE alors que celle-ci est un contributeur net (elle verse environ 8 milliards d’euros chaque année en plus de ce qu’elle reçoit), nous souhaitons récupérer cet argent pour en priorité sauver nos services publics, aider nos agriculteurs ou construire des logements sociaux. L’aide aux régions défavorisées est ensuite possible et ne doit pas se limiter au périmètre de l’UE. "

  • Parti Pirate: Pas d'accord

    "Le principe de solidarité entre les états et les différentes régions est une des réussites de l'Union européenne qui a permis de réduire l'écart entre les différents citoyens de l'Union. "

  • Union démocratique pour la Liberté, Égalité, Fraternité: Pas d'accord

    "une Europe solidaire. "

  • 0% D'accord 0% Pas d'accord 0% Indifférent

    Comparé à d'autres utilisateurs de Vote&Vous

Sélectionner les partis que vous souhaitez voir apparaître dans vos résultats

6. Interdiction du glyphosate Haute importance

Il faut interdire le glyphosate.

  • Votre opinion:
  • Renaissance soutenue par la République en Marche et le Modem et ses partenaires: D'accord

    "Oui, il est impératif de sortir du glyphosate d'ici 2021. C'est notre objectif en France et notre objectif pour l'Europe. Nous avons la politique en la matière la plus ambitieuse de toute l'Union Européenne : nous ne la changerons pas. "

  • Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen: D'accord

    "C'est une solution à terme. Mais il faut aussi logiquement protéger nos agriculteurs de la concurrence déloyale en interdisant aussi l'importation de tout produit traité au même glyphosate. "

  • Union de la droite et du centre: D'accord

    "La fin du glyphosate est un objectif à poursuivre mais il suppose impérativement que des alternatives viables soient proposées à nos agriculteurs. Le gouvernement actuel, en défendant une sortie en 2021 soit 2 ans avant la date fixée au niveau européen, va pénaliser notre agriculture déjà confrontée à de nombreuses difficultés. Nous refusons de considérer l'agriculture uniquement par le prisme des pesticides."

  • La France Insoumise: D'accord

    "Oui, il faut interdire le glyphosate, mais pas que. Il faut sortir des pesticides et des néonicotinoïdes. Si l’UE ne prend pas ces mesures, chaque Etat doit pouvoir les appliquer unilatéralement y compris vis-à-vis des importations en provenance d’autres pays de l’UE. "

  • Europe Écologie: D'accord

    "Le glyphosate doit être interdit dans l'UE au plus vite. Sa nocivité sur l'humain et l'environnement est de mieux en mieux établie par les scientifiques, et interpelle. Mais le procès du glyphosate, c'est avant tout le procès d'un modèle agricole dans son ensemble. Nous devons le changer en profondeur, en donnant à la PAC de nouveaux objectifs : une agriculture 100% bio et locale à terme, sans pesticides ni OGM."

  • Envie d'Europe écologique et sociale: D'accord

    "Nous souhaitons rouvrir le plus tôt possible la négociation sur la mise sur le marché du glyphosate au niveau européen en visant son interdiction immédiate."

  • Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France! - CNIP: D'accord

    "Il faut interdire les pesticides dangereux pour les agriculteurs, les consommateurs et le milieu naturel. En revanche, il faut accompagner les paysans et la recherche pour rendre possible ce changement. Il faut aussi interdire les importations de produits étrangers utilisant le glyphosate, sinon c'est hypocrite et absurde."

  • Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent: D'accord

    "Nous défendons l’élaboration d’un plan annualisé prévoyant l’abandon au niveau européen du glyphosate et des autres substances qui nuisent à la santé et à l’environnement, assorti d’aides financières destinées aux agriculteurs. "

  • Espéranto - langue commune équitable pour l'Europe: D'accord

    "Oui, car trop dangereux, mais il faut aussi taxer les importations de produits cultivés avec du glyphosate (ou les interdire ?)"

  • Parti fédéraliste européen - pour une Europe qui protège ses citoyens: D'accord

    "Proposition PFE 24 – Nous développerons une agriculture plus respectueuse de l’environnement et nous intensifierons les contrôles sanitaires."

  • Allons enfants : D'accord

    "Tout produit qui menace la santé humaine ou l'environnement ne doit pas être autorisé dans l'Union européenne. Nous voulons une Europe exemplaire sur la protection des citoyennes et des citoyens."

  • Pace - Parti des citoyens européens: D'accord

    "La sauvegarde de la biodiversité et la santé humaine sont les priorités absolues. La PAC peut accompagner les agriculteurs pour une transition immédiate."

  • La ligne claire: D'accord

    Pas d'informations disponibles

  • Décroissance 2019: D'accord

    "Non seulement le glyphosate mais tous les intrants chimiques (engrais, pesticides…) qui nuisent à la préservation de la biodiversité et ont des conséquences désastreuses en termes de santé publique."

  • Liste de la reconquête: D'accord

    "Par étape et en accompagnant les agriculteurs dans la recherche et la mise en place de solutions alternatives moins nocives pour l'environnement et la santé humaine."

  • Démocratie représentative : D'accord

    Pas d'informations disponibles

  • Ensemble Patriotes et Gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne!: D'accord

    "L'agriculture moderne passe par la compréhension fine des interactions et des écosystèmes. Les produits destructeurs comme le glyphosate n'y ont pas leur place. Mais, pour changer de modèle agricole, il faut protéger nos agriculteurs, ce dont l'UE est parfaitement incapable puisqu'elle est conçue pour promouvoir la concurrence."

  • Mouvement pour l'initiative citoyenne: Indifférent

    "nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

  • Liste citoyenne du printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et Dème-diem 25: D'accord

    "Immédiatement."

  • À voix égales: D'accord

    "Le glyphosate est un poison."

  • Parti Révolutionnaire Communistes: Pas d'accord

    "Il faut interdire tous produits néfastes à la santé, mais cela dépend évidemment des objectifs poursuivis, si c'est rentabilité, compétitivité rien ne changera. "

  • Évolution citoyenne: D'accord

    "Bon sens."

  • Une France royale au cœur de l'Europe : D'accord

    "Il faut respecter la complexité des éco-systèmes et revenir à des méthodes agricoles plus proches de la nature. Là encore, pour pouvoir le faire, il faut maîtriser la concurrence des productions agricoles non respectueuses de l'environnement."

  • Urgence Écologie : D'accord

    "Oui, il faut interdire le glyphosate, de même que tous les pesticides et produits chimiques cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques et perturbateurs endocriniens, ainsi que des additifs et adjuvants alimentaires et cosmétiques dangereux."

  • Ensemble pour le Frexit : D'accord

    "La très grande majorité des études concluent à la dangerosité de ce produit, nous pensons donc qu’il faut l’interdire. Pourtant, l’autorisation a été renouvelée pour 5 ans à tous les États membres. Il n’y a qu’en sortant de l’UE que nous pourrions dès que possible interdire le glyphosate. Un petit pays comme le Vietnam, qui lui est souverain, l’a fait récemment."

  • Parti Pirate: D'accord

    "Le Parti pirate demande la création d'un moratoire sur l'utilisation de l'ensemble des produits phytosanitaires actuellement mis sur le marché et issus de l'industrie chimique."

  • Union démocratique pour la Liberté, Égalité, Fraternité: D'accord

    "risque pour la santé. "

  • 0% D'accord 0% Pas d'accord 0% Indifférent

    Comparé à d'autres utilisateurs de Vote&Vous

Sélectionner les partis que vous souhaitez voir apparaître dans vos résultats

7. Exports d'armes Haute importance

Les exportations d’armes d’États Membres de l’UE doivent être systématiquement interdites vers les pays enfreignant les droits de l’homme.

  • Votre opinion:
  • Renaissance soutenue par la République en Marche et le Modem et ses partenaires: D'accord

    "Les autorisations préalables d'exportation sont conditionnées au respect des engagements internationaux, mais aussi aux enjeux de stabilité internationale. Il est aussi nécessaire de prendre en compte les enjeux économiques et industriels militaires, essentiels pour notre souveraineté. Il convient enfin de veiller au respect de la position commune de l'UE 2008/944/PESC du Coneil du 8 décembre 2008."

  • Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen: Pas d'accord

    "Par principe, nous sommes opposés à toute intrusion de l'UE dans les décisions souveraines des Etats. Cela n'empêche pas l'obligation morale du respect des Droits de l'Homme. Il devrait d'ailleurs commencer par s'appliquer en France aux relations que nous entretenons avec certains Etats du Golfe, soutiens tacites de l'islamisme et peu scrupuleux des Droits de leurs peuples. "

  • Union de la droite et du centre: Pas d'accord

    "Ce sujet relève de la compétence nationale, en respect du principe de subsidiarité. "

  • La France Insoumise: D'accord

    "Bien sûr, c’est une honte ! Il faut en particulier sanctionner les pays qui entretiennent la guerre au moyen-orient comme la Turquie ou l’Arabie Saoudite en faisant en autres respecter la décision européenne d’embargo sur les ventes d’armes."

  • Europe Écologie: D'accord

    "Nous demandons l’arrêt des exportations d’armes produites dans l’Union européenne non seulement vers des pays enfreignant les droits humains mais en général et une nouvelle initiative européenne pour le désarmement nucléaire multilatéral, le soutien au Traité d’interdiction des armes nucléaires, le retrait des armes nucléaires américaines sur le sol européen et l’établissement de zones libres d’armes nucléaires. "

  • Envie d'Europe écologique et sociale: D'accord

    "Cela suppose une meilleure application de la Position commune du Conseil sur les exportations d'armes (2008), y compris par la France. "

  • Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France! - CNIP: Pas d'accord

    "C'est un objectif souhaitable mais cela relève des nations."

  • Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent: D'accord

    "ainsi que vers les pays en guerre et les zones en tension"

  • Espéranto - langue commune équitable pour l'Europe: D'accord

    "Oui pour le principe, mais “systématiquement” est difficile, car il n'existe guère de pays qui n'enfreigne pas les droits de l'homme."

  • Parti fédéraliste européen - pour une Europe qui protège ses citoyens: D'accord

    "Proposition PFE 56 – Nous créerons un corps diplomatique européen pleinement intégré sur la base du Service Européen d’Action Extérieure avec à sa tête un Ministre des Affaires étrangères. La voix de l’Europe sur la scène internationale sera claire, puissante et respectée. "

  • Allons enfants : D'accord

    "L'UE doit adopter une position ferme face à un Etat qui ne respecte pas les droits qui sont au fondement de la construction européenne et ne doit pas se rendre complice d'exactions portant une atteinte avérée ou supposée aux droits de l'Homme."

  • Pace - Parti des citoyens européens: D'accord

    "En établissant une stratégie industrielle fédérale de défense, il deviendra possible de se désengager de tous les marchés d'exportation controversés, permettant aux Etats européens de retrouver une crédibilité morale et du poids dans les négociations internationales sur la sécurité. "

  • La ligne claire: D'accord

    Pas d'informations disponibles

  • Décroissance 2019: D'accord

    "Comment pourrait-il en être autrement !"

  • Liste de la reconquête: Pas d'accord

    "Les choix en matière de relations étrangères et de politique commerciale relèvent de la souveraineté exclusive des états membres. "

  • Démocratie représentative : D'accord

    "Une transparence dans le marché de l'armement, aussi bien au sujet de la vente qu'au sujet de la production. Un fichier doit être créé pour que chaque citoyen européen soit informé. La France a vendu des armes à l'Arabie Saoudite avec lesquelles des civils ont été tués au Yémen. L'Union Européenne doit sanctionner les acteurs de ce trafic. Par ailleurs il est aussi question de l'utilisation d'armes par les pays européens contre leurs citoyens. À titre d'exemple en France il faut interdire le LBD"

  • Ensemble Patriotes et Gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne!: Pas d'accord

    "C'est à chaque pays de prendre ses responsabilités et il ne faut pas donner à l'Union européenne la possibilité d'exercer des pressions en menaçant de punir un Etat membre par une instrumentalisation peu reluisante de la grave question des droits de l'homme (arrêtons de croire que l'UE les défend : si c'était le cas, elle ne se coucherait pas devant la Chine)."

  • Mouvement pour l'initiative citoyenne: Indifférent

    "nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

  • Liste citoyenne du printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et Dème-diem 25: D'accord

    "Une instance indépendante doit vérifier le respect de ces règles et plus généralement il faut réduire les ventes d'armes au profit d'une coopération renforcée."

  • À voix égales: D'accord

    "Il y a 8 critères d'octroi d'une licence d'exportation d'armes au niveau européen. Aucun des 5 pays européens qui sont les plus gros exportateurs d'armes en Europe dont la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie ne respectent ces critères et fournissent notamment l'Arabie Saoudite qui en retour pour remercier l'Europe fournit Al Qaeda, le Front al-Nosra, et l'Etat islamique."

  • Parti Révolutionnaire Communistes: Pas d'accord

    "La France doit stopper immédiatement toutes ventes d'armes et rapatrier ses troupes de l'étranger. Nous souhaitons que les pays européens fassent de même, alors que tous les pays de l'UE augmentent leur budget guerrier."

  • Évolution citoyenne: D'accord

    "les exportations d'armes favorisent des guerres. Au même titre que le réchauffement climatique une grande politique visant au désarmement planétaire doit être engagée. "

  • Une France royale au cœur de l'Europe : Pas d'accord

    "Il est évident que les pays qui maltraitent leurs populations ne doivent pas pouvoir acheter des armes. Toutefois, les enjeux stratégiques sont complexes. De plus, les “droits de l'homme” sont souvent instrumentalisés dans les conflits géopolitiques. Il faut donc faire attention à ne pas se faire dicter des politiques contraires à nos intérêts européens parce que les opinions publiques ont été manipulées par des informations partielles ou biaisées (cf. armes de destruction massives en Irak...)."

  • Urgence Écologie : D'accord

    "Bien sûr. Hélas dans une grande indifférence, la France viole actuellement les traités internationaux en exportant des armes vers des pays qui commettent des crimes de guerre contre les populations civiles."

  • Ensemble pour le Frexit : Indifférent

    "Certes il est moralement difficile de défendre la vente d’armes à des pays enfreignant les droits de l’homme, cependant nous estimons que chaque État doit pouvoir décider de sa politique industrielle et militaire. L’UE ne devrait rien avoir à interdire à des nations libres. Concernant la France, nous arrêterons l’exportation d’armes vers des pays ne respectant pas les droits de l’homme. "

  • Parti Pirate: D'accord

    "Les Pirates réclament une régulation rigoureuse du commerce d’armes dans le monde et l’interdiction de l’exportation d’armes dans les zones de conflits. Les Pirates cherchent à construire un monde plus pacifique, et réclament donc une régulation plus stricte du commerce de l’armement. "

  • Union démocratique pour la Liberté, Égalité, Fraternité: D'accord

    "oui."

  • 0% D'accord 0% Pas d'accord 0% Indifférent

    Comparé à d'autres utilisateurs de Vote&Vous

Sélectionner les partis que vous souhaitez voir apparaître dans vos résultats

8. Salaire minimum Haute importance

L’Union européenne doit encourager la mise en place d’un salaire minimum propre à chaque État membre

  • Votre opinion:
  • Renaissance soutenue par la République en Marche et le Modem et ses partenaires: D'accord

    "Nous prônons la mise en place d'un salaire minimum européen adapté à chaque pays. L'accès aux fonds européens dépendra en partie de la mise en place de ces salaires."

  • Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen: Pas d'accord

    "Ce salaire existe déjà dans 22 des 26 Etats membres, mais les disparités sont telles que cela n'a aucune influence sur le dumping social et la concurrence déloyale encouragée, notamment, par la directive sur les travailleurs détachés. "

  • Union de la droite et du centre: Indifférent

    "Il faut prioritairement obtenir une vraie révision du travail détaché et que tout travailleur étranger respecte en France les mêmes règles que celles appliquées aux Français, notamment en s’acquittant des cotisations du système de sécurité sociale dont il bénéficie."

  • La France Insoumise: D'accord

    "Il faut une harmonisation sociale ambitieuse ! Nous souhaitons instaurer un SMIC dans chaque pays européen à 75% du salaire médian, mais ce n’est qu’un premier pas. Il faut aussi un mécanisme de convergence rapide entre les pays vers un SMIC européen digne."

  • Europe Écologie: D'accord

    "Nous proposons un salaire minimum européen à hauteur de 60% du salaire médian de chaque Etat. C'est une mesure nécessaire pour lutter contre la pauvreté, contre le dumping social, et pour harmoniser par le haut les conditions de vie des européens. Aussi, cette mesure permettrait de ne pas exercer de pression à la baisse sur les salaires."

  • Envie d'Europe écologique et sociale: D'accord

    "Nous proposons un salaire minimum dans tous les pays d'Europe après concertation avec les partenaires sociaux européens; au minimum, il devra être égal à 65 % du salaire médian dans chaque pays."

  • Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France! - CNIP: D'accord

    "Il n'est plus tolérable de partager un marché commun sans une harmonisation sociale, fiscale et environnementale ambitieuse. Pour que cet engagement ne soit pas les éternelles promesses sans conséquences, il faut avoir le courage de suspendre l'accès au marché commun à des pays qui ne s'engagent pas à harmoniser par le haut leur modèle social."

  • Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent: D'accord

    "Il est nécessaire de doubler cet objectif d'un mode de calcul cohérent, qui doit être à au moins 60% du revenu net moyen dans un pays donné. En France, cela correspond à 1400 euros nets. "

  • Espéranto - langue commune équitable pour l'Europe: D'accord

    "Oui, mais comme les économies des différents Etats-membres ne convergent guère, ce salaire minimum doit être fixé par l'Etat en question."

  • Parti fédéraliste européen - pour une Europe qui protège ses citoyens: D'accord

    "Proposition PFE 38 – Nous mettrons en place des standards sociaux minimums : un revenu minimum basé sur le coût de la vie et des conditions de travail décentes. Nous veillerons à réduire par le haut les grandes différences entre les protections sociales entre les différentes régions de l’UE."

  • Allons enfants : D'accord

    "Assurer les mêmes conditions socio-économiques et un niveau de vie décent à chacun quel que soit le pays européen dans lequel il travaille est une condition de base à une union solidaire. Allons Enfants propose dans un premier temps de mettre en place une rémunération minimale des stages fixée au niveau du seuil de pauvreté de chaque pays."

  • Pace - Parti des citoyens européens: D'accord

    "Expérimentation d'un salaire minimum européen différencié (SMED) par grande zone géographique de prix. Le SMED ne serait pas un montant unique pour l'Europe ni un SMIC par Etat, mais un salaire minimum par grande région qui correspondrait à une quantité de biens et services minimums auquel chaque travailleur peut prétendre. "

  • La ligne claire: D'accord

    Pas d'informations disponibles

  • Décroissance 2019: D'accord

    "Tant que les prix des produits de base ne sont pas les mêmes partout, le salaire minimum de chaque pays doit être compatible avec les pratiques et plafonds écologiques de chacun des Etats. Il faut néanmoins ne pas autoriser le dumping social qui permet aux dirigeants d’entreprises de certains Etats de faire de la croissance sur le dos des salariés. "

  • Liste de la reconquête: Pas d'accord

    "Les politiques économiques et sociales relèvent de la souveraineté exclusive des états membres."

  • Démocratie représentative : D'accord

    "La mise en place d'un salaire minimum est un devoir pour tous les Etats de l'Union Européenne pour permettre, à tout homme et femme, de vivre dignement au sein de l'Union Européenne."

  • Ensemble Patriotes et Gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne!: Indifférent

    "Un SMIC européen propre à chaque État membre ne résout pas les problèmes de concurrence déloyale. Cependant, il s'agit d'une avancée sociale que nous souhaitons pour chaque peuple."

  • Mouvement pour l'initiative citoyenne: Indifférent

    "c’est le rôle de l’UE d’encourager dans certaines directions. "

  • Liste citoyenne du printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et Dème-diem 25: D'accord

    "Oui sur la base de 60% du salaire moyen."

  • À voix égales: D'accord

    "Il ne s'agit pas d'un salaire minimum européen mais d'un salaire propre à chaque Etat membre. Donc, oui à un salaire minimum pour lutter contre la pauvreté."

  • Parti Révolutionnaire Communistes: Pas d'accord

    "Les nations doivent être libres et indépendantes. Nous sommes contre tout pacte et accord supranational. "

  • Évolution citoyenne: Pas d'accord

    "Chaque pays doit avoir un smic en lien avec son niveau de vie. L'objectif est qu'à terme les états fondateurs convergent socialement et économiquement. Il faut une politique du mieux-disant et non du moins-disant. Ce n'est pas à l'Europe de l'imposer car elle factoriserait une démarche moins disante. "

  • Une France royale au cœur de l'Europe : Pas d'accord

    "Le bénéfice d'un salaire minimal n'est pas évident dans chaque pays, surtout face à une concurrence internationale contre laquelle l'Union européenne refuse de nous protéger."

  • Urgence Écologie : D'accord

    "Pour un salaire minimum obligatoirement défini dans chaque État membre garantissant le pouvoir de vivre pour tous, dans le cadre d'un socle commun de droits sociaux européens (formation, couverture santé, assurance chômage). Renforcement du Fonds social européen. Harmonisation des pratiques fiscales européennes et une protection contre les dumping fiscal, social et environnemental extra-européen. "

  • Ensemble pour le Frexit : Indifférent

    "Nous sommes pour la sortie de la France de l’Union européenne. Respectant le droit international et donc la non ingérence dans les affaires intérieures d’un autre État, nous considérons que chaque peuple doit être libre de décider de sa politique salariale. Pour le cas de la France, nous sommes en faveur d’une augmentation de l’ordre de 300€ net du salaire minimum."

  • Parti Pirate: Indifférent

    "Le Parti Pirate prône la mise en place d'un revenu de base, proposition alternative au SMIC européen."

  • Union démocratique pour la Liberté, Égalité, Fraternité: D'accord

    "Permets d'accroître l’emploi et la stabilité."

  • 0% D'accord 0% Pas d'accord 0% Indifférent

    Comparé à d'autres utilisateurs de Vote&Vous

Sélectionner les partis que vous souhaitez voir apparaître dans vos résultats

9. Aides sociales Haute importance

Il faut rendre l’obtention d’aides sociales plus difficile pour les citoyens européens résidant dans un pays autre que le leur.

  • Votre opinion:
  • Renaissance soutenue par la République en Marche et le Modem et ses partenaires: Pas d'accord

    "Nous nous opposons fermement à rendre plus difficile l'accès aux aides sociales pour les citoyens européens vivant dans un autre pays que le leur. "

  • Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen: D'accord

    "Le principe de la priorité nationale doit s'appliquer naturellement pour les aides sociales. La solidarité nationale, c'est d'aider en priorité les siens. C'est une des bases du consentement à l'impôt. "

  • Union de la droite et du centre: D'accord

    "Si un Européen travaille dans un autre pays de l'UE, il doit en respecter les règles mais aussi bénéficier du système du pays qui l'accueille. Nous proposons toutefois de conditionner les aides à au moins 3 ans de cotisations dans le pays afin d’assurer son financement. L’objectif n’est pas de rendre l’obtention plus difficile, mais d’assurer l’équilibre budgétaire qui a besoin de financements lissés. "

  • La France Insoumise: Pas d'accord

    "Ce n'est pas la bonne question. Il faut garantir l’harmonisation sociale par le haut au niveau européen grâce à une clause de non-régression des droits sociaux dans les pays les plus protecteurs et mettre fin au dumping social."

  • Europe Écologie: Pas d'accord

    "La libre circulation est un principe fondateur de l'UE. Compliquer l'accès des citoyens européens aux aides sociales de l'Etat-membre dans lequel ils résident, ce serait les décourager, voire les entraver, dans l'exercice de ce droit. Nous devons combattre le dumping social, pas un supposé « tourisme social », et faciliter l'accès aux aides sociales quand ils exercent leur droit à la libre circulation."

  • Envie d'Europe écologique et sociale: Pas d'accord

    "Les citoyens européens doivent avoir accès aux aides dans le pays où ils résident."

  • Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France! - CNIP: D'accord

    "Le tourisme social n'est pas tolérable. Venir vivre chez un de ses voisins européens en étant motivé par le système social n'est pas sain. Il est normal que chacun cotise d'abord à un système social pour pouvoir en bénéficier."

  • Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent: Pas d'accord

    "La lutte contre le dumping social passe par le fait que l'ensemble des Européens travaillant et vivant dans un autre pays que leur pays d'origine ait accès à l'ensemble des dispositifs de protection sociale de leur pays de résidence."

  • Espéranto - langue commune équitable pour l'Europe: Indifférent

    "c'est à chaque Etat de définir sa politique."

  • Parti fédéraliste européen - pour une Europe qui protège ses citoyens: Indifférent

    "Proposition PFE 30 – Nous réduirons les disparités entre peuple et régions d’Europe par un budget qui œuvrera pour une plus grande cohésion territoriale et sociale."

  • Allons enfants : Pas d'accord

    "Chaque ressortissant européen doit pouvoir bénéficier des mêmes prestations que n'importe quel autre citoyen européen, quel que soit le pays membre dans lequel il réside."

  • Pace - Parti des citoyens européens: Pas d'accord

    "Un citoyen européen = un citoyen européen. Aucune discrimination basée sur la nationalité n'est possible."

  • La ligne claire: Pas d'accord

    Pas d'informations disponibles

  • Décroissance 2019: Pas d'accord

    "Si la vie a été rendue impossible dans son pays pour un citoyen qu’il soit européen ou non, il devra être accueilli dans les mêmes conditions et avec les mêmes droits que les autochtones."

  • Liste de la reconquête: D'accord

    "Les aides sociales doivent être attribuées en priorité aux citoyens résidant sur le territoire national de leur pays d'origine."

  • Démocratie représentative : Pas d'accord

    "Il faut au contraire harmoniser le système de protection sociale et le revoir à la hausse au sein de l'Union Européenne. Il faudrait au contraire garantir à toutes les personnes vivant au sein de l'Union Européenne de pouvoir obtenir des aides sociales."

  • Ensemble Patriotes et Gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne!: Indifférent

    "Le problème, ce ne sont pas les aides sociales qu'un pays décide d'accorder ou non, le problème, ce sont les cotisations sociales payées ailleurs que dans le pays où a lieu l'activité. Il faut mettre fin au travail détaché et donc sortir de l'UE comme le prouve la récente réformette que contestent devant la justice de l'UE la Pologne et la Hongrie."

  • Mouvement pour l'initiative citoyenne: Indifférent

    "cela doit être laissé au choix de chaque pays européen."

  • Liste citoyenne du printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et Dème-diem 25: Pas d'accord

    "Nous sommes pour la portabilité des droits."

  • À voix égales: Indifférent

    "Le sens de la plupart des 30 questions posées revient à se demander si on veut que l'Europe ait beaucoup plus de pouvoir politique que les états membres et si l'on veut se diriger vers une Europe Fédérale ou non. A voix Égales est en faveur pour que soit appliquée la loi la plus favorable votée par un des états dans tous les autres états membres."

  • Parti Révolutionnaire Communistes: Pas d'accord

    "Les aides sociales sont liées à la personne et non pas à la nationalité."

  • Évolution citoyenne: Pas d'accord

    "Non il faut faire converger les modèles sociaux mieux-disants et ne pas niveler vers le bas en favorisant une Europe qui devient cannibale. "

  • Une France royale au cœur de l'Europe : Indifférent

    "Les aides sociales sont du ressort des Etats-membres."

  • Urgence Écologie : Pas d'accord

    "La restriction des aides sociales aux seuls ressortissants nationaux n'a pas de justification. "

  • Ensemble pour le Frexit : Indifférent

    "Nous sommes pour la sortie de la France de l’Union européenne. Respectant le droit international et donc la non ingérence dans les affaires intérieures d’un autre État, nous considérons que chaque peuple doit être libre de décider de sa politique fiscale et en particulier concernant ses ressortissants expatriés."

  • Parti Pirate: Pas d'accord

    "L’UE devrait encourager ses Etats membres à supprimer les obstacles administratifs à la libre circulation des travailleurs en harmonisant les systèmes de sécurité sociale et les systèmes de santé publique, notamment en harmonisant les paiements, en partageant l’information entre les Etats membres et en sécurisant les paiements des retraites publiques lorsqu’un citoyen travaille dans plusieurs pays de l’UE."

  • Union démocratique pour la Liberté, Égalité, Fraternité: Pas d'accord

    "L'Europe doit être fraternelle."

  • 0% D'accord 0% Pas d'accord 0% Indifférent

    Comparé à d'autres utilisateurs de Vote&Vous

Sélectionner les partis que vous souhaitez voir apparaître dans vos résultats

10. Mariage homosexuel Haute importance

L'Union européenne doit encourager ses États membres à légaliser le mariage entre personnes de même sexe.

  • Votre opinion:
  • Renaissance soutenue par la République en Marche et le Modem et ses partenaires: D'accord

    "Nous souhaitons que le Parlement européen continue de promouvoir les droits fondamentaux des personnes LGBT+ en votant des directives si nécessaire. Nos candidats défendent le mariage pour tous mais cela ne relève malheureusement pas des compétences de l'UE."

  • Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen: Pas d'accord

    "Cela ne relève pas de l'UE, mais de la liberté de chaque Etat. En France, le RN a affirmé qu'il abrogerait cette loi pour privilégier une union civile renforcée. "

  • Union de la droite et du centre: Pas d'accord

    "Ce sujet relève de la compétence nationale, en respect du principe de subsidiarité. "

  • La France Insoumise: D'accord

    "Il faut garantir que dans les actes de l’UE, la notion de mariage vise l’union légale entre personnes de même sexe ou de sexe différent. Et il faut également permettre la reconnaissance des droits des familles pour aller vers l’égalité de droits des couples."

  • Europe Écologie: D'accord

    "La Commission doit initier des propositions législatives pour clarifier la reconnaissance des contrats de mariage et partenariats civils dans l’Union, y compris pour les ressortissants de pays tiers. Elle devrait aussi faire un suivi strict de l’application de la jurisprudence de la Cour européenne de justice dont le récent arrêt Coman a reconnu la liberté de circulation aux couples mariés de même sexe."

  • Envie d'Europe écologique et sociale: D'accord

    "Tous les couples et toutes les familles doivent avoir accès aux droits les plus protecteurs dans l'UE. "

  • Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France! - CNIP: Indifférent

    "Chaque nation est libre. Tout ingérence étrangère dans les affaires intérieures d'un pays finit toujours mal, surtout avec des bons sentiments, il serait temps de s'en rendre compte."

  • Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent: D'accord

    "Nous défendons le principe de l'alignement des droits sur la personne LGBTIQ+ la plus favorisée."

  • Espéranto - langue commune équitable pour l'Europe: Indifférent

    "Le meilleur encouragement, ce serait un débat à l'échelle de l'UE, avec une langue commune équitable. Un des gros problèmes de l'UE est la divergence culturelle entre les pays (en particulier Europe de l'Ouest / Europe de l'Est)."

  • Parti fédéraliste européen - pour une Europe qui protège ses citoyens: Indifférent

    "Les droits des LGBT accordés dans les états seront reconnus à la condition qu'ils ne s'opposent pas aux autres droits, notamment ceux de l'enfant."

  • Allons enfants : D'accord

    "Si des marges de souveraineté doivent subsister et permettre aux Etats de faire eux-mêmes certains choix sociétaux, il revient à l'UE d'orienter ces décisions dans la direction de la liberté, de la tolérance et du respect des orientations sexuelles de chaque individu. "

  • Pace - Parti des citoyens européens: D'accord

    "La décision d'autoriser le mariage pour tous appartient aux Etats membres. Mais reconnaître le mariage pour tous et l'adoption pour tous sont deux conditions pour intégrer la République européenne. "

  • La ligne claire: Pas d'accord

    "Absolument pas."

  • Décroissance 2019: Indifférent

    "Ce n’est pas une priorité."

  • Liste de la reconquête: Pas d'accord

    "Les choix de civilisation tel que le "mariage gay" relèvent de la souveraineté exclusive des états membres, l'Union Européenne ne dispose d'aucune légitimité en la matière."

  • Démocratie représentative : D'accord

    Pas d'informations disponibles

  • Ensemble Patriotes et Gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne!: Pas d'accord

    "C'est à chaque peuple de décider ce qu'il souhaite dans ce domaine comme dans les autres."

  • Mouvement pour l'initiative citoyenne: Indifférent

    "c’est aux citoyens de fixer les priorités."

  • Liste citoyenne du printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et Dème-diem 25: D'accord

    "Absolument."

  • À voix égales: Pas d'accord

    "Cette proposition doit rester du ressort de chacun des états membres selon leur histoire, culture, croyance et volonté nationale."

  • Parti Révolutionnaire Communistes: Pas d'accord

    "Les nations doivent être libres et indépendantes. Nous sommes contre tout pacte et accord supranational. "

  • Évolution citoyenne: Pas d'accord

    "Les états doivent mettre en place des référendums pays par pays pour approuver ce principe. Nous n'avons pas à imposer."

  • Une France royale au cœur de l'Europe : Pas d'accord

    "Cette décision est du ressort des Etats-membres."

  • Urgence Écologie : D'accord

    "Nous sommes favorables à la reconnaissance de l'égalité entre les couples et à la lutte contre toutes les discriminations fondées sur l'orientation sexuelle."

  • Ensemble pour le Frexit : Pas d'accord

    "Le mariage entre personnes du même sexe est un sujet de société dont l’UE n’a aucune raison de se mêler. Chaque peuple doit être libre de légiférer ou non sur ce sujet selon ses propres désirs et évolutions sociétales."

  • Parti Pirate: D'accord

    "Le Parti Pirate pense qu'il est important d'encourager les différents Etats européens à légaliser le mariage entre personnes de même sexe dans un objectif d'égalité."

  • Union démocratique pour la Liberté, Égalité, Fraternité: D'accord

    "respect des libertés. "

  • 0% D'accord 0% Pas d'accord 0% Indifférent

    Comparé à d'autres utilisateurs de Vote&Vous

Sélectionner les partis que vous souhaitez voir apparaître dans vos résultats

11. Mobilité des jeunes Haute importance

Une mobilité obligatoire (Erasmus, service civique, formation) doit être instaurée au niveau européen pour les jeunes.

  • Votre opinion:
  • Renaissance soutenue par la République en Marche et le Modem et ses partenaires: D'accord

    "Nous inclurons progressivement un échange Erasmus dans toutes les formations françaises d’ici 10 ans. Par ailleurs, nous triplerons le budget Erasmus pour que 400 000 jeunes français partent en échange chaque année. "

  • Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen: Pas d'accord

    "Ces choix doivent uniquement relever des Etats et surtout de la liberté individuelle. Des coopérations peuvent bien entendu être développées, Erasmus par exemple s'est développé au départ sans aucun lien avec l'UE. "

  • Union de la droite et du centre: Indifférent

    "Pas de mobilité « obligatoire ». Nous proposons un Erasmus universel : chaque jeune, scolaire, apprenti ou étudiant, doit pouvoir effectuer un séjour éducatif et de formation dans un autre Etat membre. C'est aussi ainsi que nous transmettrons à tous les jeunes européens ce sens de la civilisation européenne que nous voulons défendre."

  • La France Insoumise: Indifférent

    "Il faut surtout se donner les moyens budgétaires d’une politique éducative ambitieuse, en garantissant la gratuité et le libre accès à l’université en Europe, et en accordant une allocation d’autonomie à tous les jeunes de 16 à 25 ans pour se former, étudier et travailler un an dans un autre pays européen."

  • Europe Écologie: Indifférent

    "La mobilité doit être de droit mais pas obligatoire. Nous proposons de multiplier par 10 les bénéficiaires du programme Erasmus+ en y intégrant les filières technologiques et professionnelles, tout en renforçant les moyens consacrés au programme European Voluntary Service. "

  • Envie d'Europe écologique et sociale: Pas d'accord

    "La mobilité ne doit pas être obligatoire mais permise, facilitée et encouragée, notamment par la dotation d'une bourse pour les jeunes qui souhaitent étudier ou travailler dans un autre pays européen, que nous proposons. "

  • Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France! - CNIP: Pas d'accord

    "Il faut encourager la mobilité des jeunes en général, y compris hors d'Europe, mais pourquoi le rendre obligatoire ?"

  • Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent: Pas d'accord

    "Nous sommes favorables à l'augmentation des bourses pour les plus démuni·e·s dans le cadre d’Erasmus + et à la mise en place d’un statut européen du·de la stagiaire avec des droits nouveaux et des débouchés sur l’emploi. La mobilité ne se décrète pas. "

  • Espéranto - langue commune équitable pour l'Europe: Indifférent

    "“obligatoire” est toujours un mot inquiétant. Il serait mieux de promouvoir de vrais échanges interculturels (éviter les séjours “Erasmus” où les jeunes n'apprennent pas la langue du pays d'accueil)."

  • Parti fédéraliste européen - pour une Europe qui protège ses citoyens: D'accord

    "Proposition PFE 44 – Nous favoriserons les échanges d’étudiants et de jeunes professionnels dans l’éducation, les sports et la culture. Nous favoriserons également l’excellence dans la recherche et la connaissance par une reconnaissance mutuelle accrue des diplômes."

  • Allons enfants : Pas d'accord

    "L'Europe ne doit pas être subie, elle doit être choisie : il revient au système éducatif d'intéresser les jeunes à l'UE pour qu'ils décident par eux-mêmes de la mobilité qui leur convient."

  • Pace - Parti des citoyens européens: Pas d'accord

    "Tout ce qui est imposé contre la volonté ne fera que créer du ressentiment. Il faut inciter fortement chaque jeune à un service civique européen ou un service militaire européen dans un Etat membre autre que celui dont le jeune est originaire, mais pas l'imposer."

  • La ligne claire: Pas d'accord

    "Certainement pas “obligatoire”."

  • Décroissance 2019: Pas d'accord

    "L’hypermobilité va à l’encontre de notre objectif de réduction de l’empreinte carbone de tout un chacun. Chacun est libre de choisir l’endroit où il pourra s’épanouir, que ce soit sa commune de naissance ou un pays voisin."

  • Liste de la reconquête: Pas d'accord

    "Il faut au contraire lutter contre le déracinement et le nomadisme, et encourager l'engagement civique des jeunes citoyens au sein de leurs nations respectives."

  • Démocratie représentative : Indifférent

    "Chacun devrait être libre de vivre et d'apprendre ailleurs sans obligation. Il faudrait plutôt garantir l'égalité à l'accès au droit d'étudier. Il existe plusieurs barrières à la mobilité à l'intérieur de chaque pays. À titre d'exemple en France la réforme Parcoursup est un frein à la mobilité de chacun."

  • Ensemble Patriotes et Gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne!: Pas d'accord

    "Il est tout à fait louable de prendre des mesures pour que les jeunes puissent aller faire des études à l'étranger mais il serait idiot de les restreindre au seul continent européen et il est hors de question de rendre cela obligatoire car bien des jeunes peuvent avoir d'excellentes raisons de ne pas vouloir partir loin de chez eux."

  • Mouvement pour l'initiative citoyenne: Indifférent

    "nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

  • Liste citoyenne du printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et Dème-diem 25: Pas d'accord

    "Pas obligatoire mais offerte sous forme d'une bourse annuelle de 850€."

  • À voix égales: Pas d'accord

    "Avant d'imposer une mobilité obligatoire, il est essentiel d'avoir une politique commune de l'éducation en termes d'apprentissage de l'égalité hommes/femmes, laïcité, respect de tous les genres et communautés."

  • Parti Révolutionnaire Communistes: Pas d'accord

    "Le caractère obligatoire de ce système va à l'encontre des objectifs de formation. Cette demande émane des multinationales pour exploiter les peuples d'Europe."

  • Évolution citoyenne: D'accord

    "Ce serait un bon principe."

  • Une France royale au cœur de l'Europe : Pas d'accord

    "L'Union européenne doit rester un espace de liberté et ne pas se transformer en un totalitarisme qui a pour but de modeler les mentalités en combattant systématiquement les identités nationales. "

  • Urgence Écologie : D'accord

    "Nous sommes pour un Erasmus écologique et soutenons la mise en place d’un service civique écologique européen qui aurait pour vocation principale la restauration écologique, la dépollution, l’apprentissage de la permaculture et l’appui à l’organisation de la résilience des territoires."

  • Ensemble pour le Frexit : Pas d'accord

    "Pourquoi se limiter à une mobilité au sein de l’UE? Le monde est vaste et les récentes années montrent que les étudiants européens sont attirés par des pays comme les États-Unis, l’Australie, le Canada, la Chine etc. À l’UPR nous militons pour un ERASMUS planétaire. Concernant la France, nous voulons en particulier intensifier les échanges avec les pays de la francophonie."

  • Parti Pirate: Indifférent

    "Une éducation sans frontières est une partie importante d'une forme d’état providence européen pour ne pas laisser une partie de l'Europe en retrait. Cependant, les pirates n'ont pas eu de débat sur une obligation de mobilité, qui demanderait des réflexions économiques et éducatives pour le permettre, mais sont profondément attachés à la liberté de circulation."

  • Union démocratique pour la Liberté, Égalité, Fraternité: D'accord

    Pas d'informations disponibles

  • 0% D'accord 0% Pas d'accord 0% Indifférent

    Comparé à d'autres utilisateurs de Vote&Vous

Sélectionner les partis que vous souhaitez voir apparaître dans vos résultats

12. Services publics Haute importance

La mise en concurrence des services publics avec le secteur privé est bénéfique.

  • Votre opinion:
  • Renaissance soutenue par la République en Marche et le Modem et ses partenaires: Indifférent

    "Il faut distinguer services non-économiques (justice, police, défense, éducation, santé...) qui sont protégés de toute concurrence par les traités européens, des services économiques (transport aérien, télécommunications) dont la mise en concurrence permet l'amélioration de la qualité et la baisse des prix. Qui aujourd'hui souhaite revenir à un seul opérateur télécom et une seule compagnie aérienne ?"

  • Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen: Pas d'accord

    "Les services publics ne sont pas faits pour être rentables ou concurrentiels, ils sont là pour rendre un service de qualité à tous et garantir l'égalité sur le territoire et quelques soient les situations personnelles. Cela ne veut pas dire encourager les gaspillages et la mauvaise gestion, bien entendu. Ils doivent rester la prérogatives des Etats et avoir une situation de monopole quand les circonstances l'exigent."

  • Union de la droite et du centre: Pas d'accord

    "Nous défendons une vision dans laquelle le secteur public est recentré sur ses activités régaliennes : les règles de concurrence n’ont pas vocation à s’y appliquer (au contraire de certains services non directement régaliens). Le pire en la matière, c’est l’idéologie : on le voit avec la volonté de privatiser nos barrages hydro-électriques, qui sont en situation de monopoles naturels."

  • La France Insoumise: Pas d'accord

    "Les services publics ont trait à l'intérêt général et à la souveraineté. Il faut donc en conserver la maîtrise et refuser leur ouverture à la concurrence et la privatisation. En Europe, cela exige d'abroger les paquets ferroviaires et énergie, de permettre le maintien des monopoles publics et de refuser la mise en concurrence. C'est essentiel, par exemple, pour la transition écologique."

  • Europe Écologie: Pas d'accord

    "La défense des services publics est une priorité. La mise en concurrence crée des déserts territoriaux, vidés de services publics, mettant en grande difficulté les citoyens qui y vivent. Elle encourage la détérioration des communs plutôt que leur transformation en sources de bonheur collectif. Contre l'idéologie de la concurrence libre et non-faussé qui saccage nos services publics, nous proposons une garantie européenne des services publics."

  • Envie d'Europe écologique et sociale: Pas d'accord

    "Les services publics doivent être préservés et non privatisés. Dans les transports par exemple, il est important que les Etats gardent la main car c'est une condition de la mise en oeuvre de la transition écologique. "

  • Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France! - CNIP: Indifférent

    "Cela dépend des secteurs. La concurrence a été un succès pour la téléphonie et un désastre pour l'électricité, avec une facture en constante hausse car il s'agissait d'un monopole naturel comme les aéroports, les barrages ou les autoroutes. Il faut du pragmatisme et surtout résister aux lobbys qui cherchent à piller les biens publics."

  • Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent: Pas d'accord

    "Tirons les leçons de la mise en concurrence suivie de la privatisation des chemins de fer britanniques : une majorité de Britanniques soutiennent aujourd'hui le retour à un monopole public. "

  • Espéranto - langue commune équitable pour l'Europe: Pas d'accord

    "Pour les grands services publics, un monopole est souhaitable, et il doit être organisé par les pouvoirs publics. Ensuite, que les acteurs soient publics ou privés n'a que peu d'importance."

  • Parti fédéraliste européen - pour une Europe qui protège ses citoyens: Indifférent

    "Proposition PFE 8 – Nous créerons un budget européen qui pourra directement financer des programmes d’investissement dans de nombreux domaines (transports, rail transeuropéen, réseaux d’énergie, santé, recherche, science, technologie…) avec à la clé la création de centaines de milliers d’emplois."

  • Allons enfants : D'accord

    "Oui si l'ouverture à la concurrence est décidée au cas par cas pour qu'elle ne porte pas atteinte à la qualité et à l'accessibilité du service. "

  • Pace - Parti des citoyens européens: Pas d'accord

    "Le bien commun (dont font partie la santé, l'éducation, la sécurité, la défense, la justice…) ne peut pas être privatisé. Certaines activités publiques peuvent être déléguées au privé. Les entreprises privées peuvent être mises en concurrence. Mais il n'est pas bénéfique que le privé vienne concurrencer le public. "

  • La ligne claire: Pas d'accord

    "À 200 %"

  • Décroissance 2019: Pas d'accord

    "Nous sommes au contraire pour la gratuité des services publics et pour que reviennent partout dans le domaine public des services tels que la production d’eau ou d’énergie, les transports…"

  • Liste de la reconquête: Pas d'accord

    "Les services publics doivent remplir une mission d'intérêt général, et non se plier aux règles de la rentabilité à court terme."

  • Démocratie représentative : Pas d'accord

    "La soumission des services publics à la logique marchande est délétère. Il faudrait plutôt transformer les services publics en biens communs, les sortir d'une logique bureaucratique et impliquer la population dans leur gestion selon la logique autogestionnaire."

  • Ensemble Patriotes et Gilets jaunes : pour la France, sortons de l'Union européenne!: Pas d'accord

    "L'expérience montre hélas que les services publics doivent rester publics. Leur privatisation est une catastrophe pour les usagers, surtout les plus pauvres. La constitution française prévoit que les monopoles naturels doivent rester publics. Il serait temps de la faire respecter !"

  • Mouvement pour l'initiative citoyenne: Indifférent

    "nous ne sommes pas tous d’accord sur cette question."

  • Liste citoyenne du printemps européen avec Benoît Hamon soutenue par Génération.s et Dème-diem 25: Pas d'accord

    "Les biens communs ne doivent pas être mis en concurrence ni même confiés au privé."

  • À voix égales: D'accord

    "La question sur la mise en concurrence des services publics va de pair avec celle sur la mise en place d'une politique industrielle commune. Pas de développement de la compétitivité des entreprises sans mise en concurrence afin d'être les plus compétitifs en interne et au niveau mondial. Ce qui permet une amélioration des services publics. Modification, révision du statut de fonctionnaire."

  • Parti Révolutionnaire Communistes: Pas d'accord

    "Nous sommes contre tous secteur concurrentiel. La seule préoccupation de l'organisation de la société doit être la réponse aux besoins sociaux et aux aspirations du peuple."

  • Évolution citoyenne: Pas d'accord

    "Pas toujours. On ne peut pas vendre ce qui rapporte et conserver ce qui perd de l'argent. "

  • Une France royale au cœur de l'Europe : Pas d'accord

    "Le service public a d'abord à assurer des missions régaliennes dont il a le monopole. S'il est en concurrence avec le secteur privé, c'est probablement qu'il n'est pas à sa place. Mais c'est de la responsabilité des Etats-membres, qui doivent rester souverains. "

  • Urgence Écologie : Pas d'accord

    "Elle n'est pas bénéfique et la politique européenne d'ouverture systématique à la concurrence a fait beaucoup de dégâts. Elle a globalement affaibli les services publics (transport, énergie etc). Nous sommes opposés à une nouvelle étape de libéralisation telle que la remise en concurrence des barrages hydrauliques. "

  • Ensemble pour le Frexit : Pas d'accord

    "La mise en concurrence des services publics est généralement la première étape menant à une future privatisation. Or, lorsqu’il s’agit de grands réseaux ou de projets à long terme (électricité, gaz, réseaux routiers, aéroports, hôpitaux etc.) la privatisation, qui ajoute des problématiques de rentabilité afin de rémunérer des actionnaires, est totalement inefficace. La qualité du service baisse et les prix flambent."

  • Parti Pirate: Indifférent

    "Il est impossible de définir de manière globale si une mise en concurrence est bénéfique ou pas. L'important est le respect du principe d'égalité entre les citoyens, pour le moment rarement respecté en cas de privatisation."

  • Union démocratique pour la Liberté, Égalité, Fraternité: D'accord

    "si elle est maîtrisée et en respectant les lois."

  • 0% D'accord 0% Pas d'accord 0% Indifférent

    Comparé à d'autres utilisateurs de Vote&Vous

Sélectionner les partis que vous souhaitez voir apparaître dans vos résultats

13. PAC Haute importance

La PAC (Politique Agricole Commune) doit favoriser uniquement l’agriculture biologique

  • Votre opinion:
  • Renaissance soutenue par la République en Marche et le Modem et ses partenaires: Indifférent

    "Nous sommes favorables à un verdissement massif des aides de la PAC (conditionnalité des aides, eco-scheme, aides aux surfaces bio etc.). Cependant, il faut préserver les autres domaines d'application de la PAC : le soutien aux revenus des agriculteurs, le développement du tourisme rural, les aides à l'installation, à la modernisation des équipements etc."

  • Prenez le pouvoir, liste soutenue par Marine Le Pen: Pas d'accord

    "La PAC doit favoriser l'agriculture paysanne et le localisme, c'est un garant de la bonne qualité et de la sécurité des produits que nous consommons. Bien entendu le bio doit y avoir une très large part. "

  • Union de la droite et du centre: Pas d'accord

    "Favoriser l’agriculture bio est positif mais se limiter à ne subventionner que le bio condamnerait de fait les agriculteurs qui n’en produisent pas, pour lesquels les subventions PAC sont malheureusement déterminantes. La Commission projette une baisse du budget de la PAC de 15%, nous nous opposerons à toute baisse de ce budget européen pour notre agriculture française."

  • La France Insoumise: D'accord

    "Bien sûr ! Il faut développer l’agriculture écologique et paysanne grâce à des transferts massifs des subventions de la PAC vers les petites exploitations et l’agriculture bio, en plafonnant les aides pour les grosses exploitations, et en renforçant les aides à la conversion vers l’agriculture bio. La vigilance est aussi de mise sur les risques d'une industrialisation dommageable de la filière bio."

  • Europe Écologie: D'accord

    "La PAC actuelle encourage une agriculture productiviste, destructrice de l'environnement, ne permettant pas de garantir des revenus décents aux agriculteurs et encourage la production pour le seul export. La PAAC que nous proposons encourage la transition vers une agriculture biologique, locale, respectueuse de l'environnement et de la santé, tout en garantissant des revenus décents pour ses travailleurs."

  • Envie d'Europe écologique et sociale: Pas d'accord

    "Nous proposons que 70 % de la PAC soit consacrés à des mesures de soutien agro-environnementale. A terme, il faut viser une agriculture entièrement sans produits phytopharmaceutiques, et, plus généralement, correspondant aux critères de l'agriculture biologique."

  • Le courage de défendre les Français avec Nicolas Dupont-Aignan. Debout la France! - CNIP: Pas d'accord

    "La PAC doit encourager les bonnes pratiques et favoriser agriculture vraiment biologique mais aussi soutenir les efforts anciens des agriculteurs français qui ont mis en place des pratiques raisonnées d'excellence."

  • Pour l'Europe des gens contre l'Europe de l'argent: Pas d'accord

    "La refonte totale de la PAC que nous défendons implique d'assurer des revenus décents aux agriculteurs, de relocaliser les productions, d'harmoniser les normes environnementales vers le haut et de garantir la souveraineté et la sécurité alimentaire. "

  • Espéranto - langue commune équitable pour l'Europe: Indifférent

    "La PAC doit permettre une “agriculture durable”, donc éviter l'importation massive d'aliments pour le bétail, et la course à la productivité par les engrais et les pesticides. Il faut une augmentation des prix payés aux producteurs."

  • Parti fédéraliste européen - pour une Europe qui protège ses citoyens: Indifférent

    "Proposition PFE 23 – Les Fédéralistes réorienteront la Politique Agricole Commune en faveur des petites et moyennes exploitations agricoles tout en luttant contre la concurrence intra-européenne par les coûts salariaux."

  • Allons enfants : D'accord

    "La PAC doit, à long terme, permettre la transition de l’agriculture européenne vers une agriculture biologique. Tout type d'agriculture respectueux de l'environnement doit ainsi être encouragé, notamment les formes nouvelles de production telles que la permaculture."

  • Pace - Parti des citoyens européens: Pas d'accord

    "La PAC doit être utilisée comme un outil pour accélérer la transition vers le bio, sans mettre en péril son objectif premier qui reste l'autosuffisance alimentaire des Européens. "

  • La ligne claire: D'accord

    Pas d'informations disponibles

  • Décroissance 2019: D'accord

    "Oui mais elle doit favoriser l’Agriculture Bio ancrée dans les territoires et à taille humaine. L’agriculture bio doit être un choix fait non par appât du gain mais par souci de préserver l’environnement et d’offrir aux consommateurs des produits de qualité à travers des circuits courts."

  • Liste de la reconquête: Indifférent

    "La politique agricole et le développement de l'agriculture biologique doit relever de la souveraineté exclusive des états membres."